Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’identité nationale : nouvelles analyses

Nouvelle contribution de Renaissance catholique avec une conférence magistrale sur la nationalité de Michel de Jaeghere.

Polémia analyse le débat Besson/Le Pen et évoque la fin du modèle assimilationniste.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Analyse pertinente de Polémia qui pose avec honnêté intellectuelle les questions qui s’imposent suite à la prestation de MLP :
    “En tout cas, l’attractivité de Marine Le Pen paraît s’émousser :
    – Eric Besson lui disant « vous êtes jeune, mais vous êtes un dinosaure » : de fait, Jean-Marie Le Pen ou Marie-France Stirbois auraient pu tenir un discours voisin, il y a 20 ans ou 25 ans.
    – Le politologue Pascal Perrineau affirmant dans Le Monde du 15 janvier: « Le FN n’a pas retrouvé le parfum de soufre qu’il a pu dégager dans le passé. Un parti peut aussi s’user dans la contestation. » (…) « la rupture avec le système politique et une stratégie de dénonciation tous azimuts, Marine Le Pen peut incarner cela mais sur un mode mineur et sans doute avec moins d’efficacité.»
    – Un point de vue conforté par la faible audience de l’émission de France 2 : 10% de parts de marché, 2,7 millions de téléspectateurs.
    Tous éléments qui conduisent à s’interroger sur l’efficacité électorale et politique de la stratégie de « pasteurisation » du discours national portée par Marine Le Pen : sa forme, mélange de pugnacité et de sourire, est souvent efficace mais son logiciel idéologique et stratégique est il adapté au XXIe siècle ?”
    On ne saurait mieux dire.

  2. J’observe que sur le Salon Beige, tous les articles sont signés par leurs auteurs.
    L’article en question est signé Polémia, c’est-à-dire aussi anonyme qu’une lettre de dénonciation écrite par un Corbeau.
    Comme si l’auteur n’avait pas les “balloches” d’assumer ses opinions.

  3. @ Jehan
    Cet anonymat est assez logique : Polémia est animé par Jean-Yves LE GALLOU, membre du GRECE, organisation néo-païenne et anti catholique si largement implantée dans le Bloc Identitaire, ancien de l’UDF devenu FN, puis ayant suivi Bruno Mégret au MNR, puisque -déjà en 1998 J-Y LE GALLOU parlait de la ”ringardise” de JM LP- avec le succès que l’on sait. Cette intuition politique incertaine aux bonheurs peu assurés -l’UDF a disparu et le MNR n’en est pas loin- ne peut justifier une telle assurance de jugement.
    Cette biographie ne le dispose pas non plus à la bienveillance envers le FN J-M LE PEN et Marine Le Pen.
    Au point même de falsifier les faits : si Eric BESSON a disposé de 50 minutes sans être contredit, c’est parce que durant l’essentiel de l’émission, il était seul et que le débat n’a duré qu’environ un quart d’heure, avec des diversions très politiciennes et mensongères qui plus est d’Eric BESSON, que ce soit sur la présence de Marine Le Pen au PE le jour du débat sur l’immigration, tout comme sur les maires FN.
    Voilà pour l’ “”analyse” de POLEMIA qui s’appuie de plus sur un article du MONDE et un jugement de Pascal PERRINEAU qui s’est trompé durant 20 ans sur le FN, qui n’avait par exemple pas su prévoir la présence de JM LP au second tour en 2002, ni même la baisse électorale du FN en 2007. Polemia se met ainsi au niveau de ces politologues qui savent admirablement prédire le passé.
    Par contre, il faut être juste et reconnaître ce qui a de la consistance : là où POLEMIA -LE GALLOU a raison, c’est quand il dit que le logiciel du FN demande à être révisé en ce début de siècle. C’est d’autant plus exact, que quand il était au FN, Jean-Yves LE GALLOU n’eut de cesse d’orienter le FN vers une monomanie sur l’immigration, avec surenchères successives, dont les fameuses mesures de B. MEGRET qui ethnicisaient la citoyenneté, et vers une normalisation Vème République, faisant s’éloigner ce parti du populisme contestataire anti étatique, pour adopter une ligne économique et sociale très techno de défense du système social à la française, comme un vulgaire SEGUIN ou CHIRAC : énarchie quand tu nous tient….
    Ce fut une erreur qui fit perdre au FN le vote des classes moyennes indépendantes ainsi que ce”lui d’une partie des cadres, et qui a permis de laisser qq années plus tard ce créneau des libertés économiques à N. SARKOZY, avec un succès certain, renforcé par ses gesticulations sécuritaires place BAUVEAU.
    Oui le logiciel doit être changé, comme l’avait remarqué Jean-François TOUZE, parti depuis du FN : mais ce qui doit être bazardé ressort en grande partie de la période MEGRET-LE GALLOU.
    De plus, pas d’illusions et de faux strabismes convergents : c’est toute la droite nationale qui peine à se renouveler, et du MNR au PDF, sans oublier son décalque mimétique du MPF, car tous redisent et répètent les mêmes thèmes avec à peu près les mêmes mots qu’il y a 20-25 ans, comme le reproche POLEMIA au seul FN.
    Puisque POLEMIA est une structure de réflexion, que proposent ses animateurs, en dehors d’une vague vision incantatoire d’une Europe impériale des régions, et d’un état plus hégélien que décentralisé, alors qu’il faudrait le replacer dans ses fonctions basiques, c’est à dire le rendre aux citoyens et aux corps sociaux enfin libérés de son emprise jacobine et socialisante, dans le cadre d’une démocratie fondées sur des libertés civiles dont la norme constitutionnelle seraient supérieures au droit positif ?
    Bref aux antipodes de la Vème République gaullienne.
    Cette manière qui plus est de réduire le destin d’un parti à un débat durant une émission, fait coller très exactement la pensée de ceux qui l’expriment au but recherché par Eric BESSON : il y a plus de traits communs entre un énarque nouvelle droite qui ne croit pas à la morale naturelle, mais à la volonté de puissance prométhéenne de l’homme divinisé, et un ex(?) socialiste maçonnisé et jacobin, pour lequel le fait naturel des communautés et des nations doit être effacé par une idéologie de transformations des réalités humaines en un agrégat constructiviste étatique.
    Car rechercher les racines raciales des Européens est aussi contraire à la loi naturelle que de vouloir supprimer le peuple français par l’immigration : dans les deux cas il s’agit de nier 2000 ans d’histoire chrétienne et européenne.

  4. Le 29 mai 2005, date du référendum sur la constitution €uropéenne refusée par 15.449.508 Français, le peuple français a été déclaré « inexistant » par la classe politique de ce pays. Le peuple français sont ces 15.449.508 Français et Françaises qui ont répondu OUI à la question suivante : « La France est-elle votre passé, votre présent et votre à venir ? ». C’est l’histoire de la Résistance française au 21ème siècle.
    L’« inexistence » du peuple français a été confirmée, le 5 janvier 2010, par M. Éric Besson qui affirmait à la Courneuve : « La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage. »
    M. Éric Besson affirme que la France est « un conglomérat de peuples », tunisien, algérien, marocain, camerounais, chiliens, roumain, polonais, cambodgien, coréen, tchèque, italien, portugais, etc. Il n’y a pas de peuple français parmi ce conglomérat de peuples. M. Besson signifie, par là, que seule la France n’est pas un peuple.
    Les 15.449.508 résistants qui composent le peuple français ont maintenant compris que M. Besson est fou.
    Arold.

  5. “Rechercher les racines raciales des Européens est aussi contraire à la loi naturelle que de vouloir supprimer le peuple français par l’immigration : dans les deux cas il s’agit de nier 2000 ans d’histoire chrétienne et européenne”… nous nageons en plein délire sous les apparences, et les apparences seulement, d’un raisonnement (long mais creux).
    En quoi préserver l’identité ethnique des peuples européens serait une négation des racines chrétiennes de l’Europe ? On mélange les pommes de terre et les carottes ! Je ne donnerai qu’un seul exemple illustratif du contraire de cette assertion qui reflète une vision idéologique de l’identité : l’exemple du clergé flamand pendant le XIXè et la première partie du XXè siècle. Les prêtres ont été les infatigables défenseurs de l’identité flamande. On peut être fier et souhaiter préserver ses origines et son ethnie tout en étant chrétien et même catholique romain. L’Eglise n’est pas cette “grande métisseuse” comme disait Céline : universelle comme son nom l’indique (catholicos = universel), elle n’a jamais prôné un mélange indistinct des peuples dans un cosmopolitisme destructeur des peuples. L’inculturation pratiquée depuis le début le prouve. La démarche identitaire qui consiste à réagir au métissage généralisé n’est pas contraire à l’esprit chrétien.
    En fin de compte, comme d’habitude, face aux analyses de fond auxquelles à aucun moment il ne répond, Monsieur Gannat rétorque par des attaques “ad hominem” en nous ressortant une bibliographie de Jean-Yves Le Gallou (qui jusqu’à preuve du contraire n’est pas l’auteur officiel de ce texte et même s’il l’est cela ne retire rien à sa pertinence), en nous ressortant les querelles de personnes, en nous ressortant les haines et les aigreurs, empêchant ainsi toute réflexion sur les stratégies adoptées par le nouveau FN et toute perspective de réflexion et d’union pour l’avenir.
    En fait, Pascal Gannat est à l’école de M. Besson : offense aux personnes, esquive des sujets problématiques. Avec de telles pratiques démobilisatrices, le mouvement national va avoir du mal à s’engager en toute sérénité dans la voie de la concorde et la paix. Mais ne serait-ce pas là le dessein secret de ceux intéressés par l’immobilisation de la droite nationale (UMP ? franc-maçonnerie ? infiltrés ?) qui envoient M. “Gannat” sévir quotidiennement sur le SB ?

  6. @Pascal GANNAT
    Merci pour cette analyse.
    Au final, il s’agit d’un énième réglement de compte à l’intérieur de la mouvance nationale.
    Les gens qui composent cette mouvance peuvent venir d’horizons très différents, là n’est pas le problème. Qu’ils soient incapables de s’entendre lorsque l’essentiel est en jeu, c’est-à-dire la sauvegarde de la patrie et de “la civilisation” , c’est cela qui est dramatique.

  7. @ Jehan
    Ne soyons pas obtus. J-Y Le Gallou est une des rares personnes issue de la droite nationale qui explore l’avenir par les idées, et Polémia est un site très intéressant à lire, quoique très marqué par l’idéologie hégélienne du Kulturkampf.
    Autant ma critique était rude sur son analyse de l’émission, qui consistait à faire d’un quart d’heure de télé le matériau d’un jugement définitif, jugement de plus mal étayé, me semble t il, à partir du Monde, et que je crois très partial pour des raisons personnelles, autant je partage votre opinion sur la nécessité d’une base commune à tous les courants.
    Mais c’est aux partis de la définir (ou redéfinir en termes de bien commun ?), et particulièrement le FN.
    Cela suppose que le débat soit possible : or, il est évident que cette émission a servi une fois de plus à agresser toujours les mêmes, le FN et Marine Le Pen, l’attitude de Besson, lamentable pour un ministre, n’ayant quasiment pas été relevée, à par par Bruno Gollnisch, ce qui est à son honneur. Le débat est remplacé par un procès permanent.
    Mais, sur les mairies FN le FN est pris à son piège : ne voulant pas reconnaître que certains maires l’ayant quitté, souvent en fin de mandat, avaient fait un excellent travail, et refusant d’en assumer le bilan, comme J-M Le Chevallier à Toulon (assainissement de la dette, rénovation du centre ville ancien, etc….), ou J. Bompard à Orange , et persistant dans cette impasse, il se condamne à s’entendre dire ce que Marine Le Pen a du subir, bloquée par les blocages anciens du FN : à savoir que le FN est incapable de gérer. Or ces maires sont partis parce que le FN a mal su les comprendre en interne, et cela avait déjà été déjà le cas pour J. PEYRAT de NICE, qui est parti parce que certains, dont B. MEGRET et et J-Y Le Gallou, lui avaient refusé de se présenter sous une étiquette d’union municipale locale et non strictement FN. Or il fut élu ainsi et entraina d’ailleurs une partie du FN local avec lui.
    Toutes ces querelles sont anciennes, et tant qu’elles n’auront pas été soldées, chaque épisode du présent sert à les relancer en permanence de manière hypocrite : j’ai trouvé l’article de POLEMIA déplacé en ce sens.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services