Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Libération à la dérive

3 semaines après le départ de Serge July et Louis Dreyfus de la direction de Libération, la nouvelle équipe dirigeante a présenté, vendredi dernier, les résultats financiers du premier semestre : le journal a perdu 6 M€ en 6 mois, soit environ 1/3 de son chiffre d’affaires. Soit 1 M€ par mois, ce qui est très supérieur aux prévisions budgétées (perte d’exploitation mensuelle de 250000€).

Les deux nouveaux cogérants nommés ont entrepris une "opération vérité" sur les chiffres afin de préparer les esprits à de nouvelles mesures d’économies. On entend d’ici les journaleux de Libé, paraphrasant un personnage historique : "Qu’est-ce que la vérité ?"…

De premières mesures devraient être annoncées dès cette semaine, telles que la réduction du nombre de sites où est imprimé le journal, celle du nombre de kiosques où il est distribué, voire une baisse de la pagination. En attendant la clef sous la porte…

Michel Janva

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. Libération est peut-être un journal très éloigné (euphémisme?)des valeurs catholiques, mais ne seriez-vous pas en train de vous réjouir du malheur d’autrui ?
    Personnellement, je n’ai jamais tiré aucune satisfaction à voir mes adversaires regresser, je ne me suis jamais réjouis qu’en constatant la progression de mes alliés.

  2. Cette publication a fait beaucoup de mal à ses lecteurs, spécialement aux jeunes qui prenaient pour argent comptant sa prose vicieuse et biaisée.
    Sa malhonnêteté întellectuelle, son verbiage criard et amoral, sa mauvaise foi perpetuelle font de cette publication un monument de l’aveuglement humain.

  3. Parce que Libération est un des acteurs historique de la subversion des esprits en france, oui, l’on peut, il faut meme, se rejouir de ses malheurs. Non pas par sadisme. Mais par pragmatisme.

  4. Mais les gentils patrons gauchistes de Libé vont peut-être se voir obligés de licencier d’autres personnes après Serge July ! Vont-ils devenir des méchants ?
    Heureusement, le gouvernement sera certainement là pour empêcher les gentils gauchistes de pouvoir affronter la réalité, et vont leur donner de belles subventions.
    Et pendant ce temps, les méchants de Présents survivent sans subventions.

  5. C’est un signe : dans Le Monde daté de mardi, l’article sur les difficultés financières de Libé se trouvait à l’emplacement habituellement dévolu … aux nécrologies !

  6. comme vous je me réjouis de la disparition programmée de ce véritable torchon.
    Oui, c’était un acteur majeur de la subversion, du renversement des valeurs (=faire passer un mal pour un bien) du mensonge, de la pensée unique bobo.
    Que vont-ils lire, ces pauvres bobos? leur restera plus que l’immonde….

  7. C’est quand que Libé met la clef sous la porte ?

  8. Valentino est mignon/gentil tout plein…C’est le genre de sentimentalisme à la guimauve qui permet aux mensonges de se répandre parmi les jeunes.Ces derniers ont besoin et méritent la Vérité!
    Que cette Libération disparaisse vite! Seule la Vérité rend libre?

  9. Selon le Figaro du 26 Juillet,
    “Depuis un mois – et le départ du « patron » historique de « Libération », Serge July -, les abonnements chutent au rythme de 600 par semaine (passant de 24.232 à 22.400 entre le 5 juin et le 17 juillet), alors que la diffusion baisse de 8% (à 78.291 exemplaires vendus en kiosque) sur un rythme annuel, selon des chiffres affichés au siège du quotidien.”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services