Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Valeurs chrétiennes : Education

Liberté, fraternités et histoire aseptisées

Liberté, fraternités et histoire aseptisées

D’Anne Coffinier et Axelle Girard sur Educ’France :

Si vous n’avez pas croisé de statues vandalisées, ou tenté vainement de voir Autant en emporte le vent la semaine dernière, c’est que vous n’êtes plus de ce monde. Et à tout prendre, vous avez peut-être de la chance.

La France vit depuis quelques jours sous un régime jamais expérimenté jusqu’ici. Une tentative de dictature intellectuelle inédite, agressive autant que terrifiante pour ce qu’elle signifie de l’échec de notre système éducatif. On achève bien l’histoire, à commencer par celle notre pays. 

Fondées sur des théories hasardeuses, les préconisations des experts ont désorganisé l’enseignement de l’histoire à l’école publique. La chronologie n’est plus qu’une donnée superfétatoire, alors même que l’esprit français et la pensée occidentale reposent largement sur une vision linéaire de l’histoire.

Sans récit, l’esprit humain ne peut pas penser le présent. D’aucuns prétendent ainsi lutter contre le racisme en vandalisant des statues, ce qui revient à plaquer une grille de lecture américaine sur des faits qui sont sans rapport avec la problématique nationale. Mais au jeu sinistre de la décapitation systémique, pas sûr que Jules Ferry conserve longtemps sa tête.

Partager cet article

4 commentaires

  1. Cette dictature intellectuelle n’est pas “inédite”. Il y a le précédent de 1789 et son bilan à deux millions de morts… 20 ans plus tard.

  2. ils commencent comme ça puis un jour trouveront raciste qu’un blanc se présente à toute élection!

  3. Le France aurait-elle laissé s’implanter le régime délirant des Talibans détruisant toute trace de civilisation de plus de 40 ans d’âge ? Tout ce qui est antérieur à l’avènement de Mitterrand est susceptible d’avoir défendu l’esclavage d’une manière ou d’une autre, de façon active ou passive.
    Car quiconque n’a pas condamné publiquement et bruyamment l’esclavage blanc à l’égard des populations noires ou arabes est forcément complice.
    En conséquence, nous n’en n’avons pas fini avec les manifestations interdites,
    mais “autorisées au nom de l’émotion mondiale” par Un pouvoir rampant et lèche-babouches…

  4. Bonjour. C’est étonnant de voir qu’au Portugal cela ne fait pas autant de vague… pourtant à une époque, certains portugais faisaient le commerce d’esclave. Bien à vous.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services