Bannière Salon Beige

Partager cet article

Liberté d'expression

Liberté d’expression : « ne pas porter atteinte à la dignité des personnes »… Vraiment ?

Liberté d’expression : « ne pas porter atteinte à la dignité des personnes »… Vraiment ?

Communiqué de l’Agrif :

Nous lisons ce jour dans le Point de cette semaine un intéressant article intitulé : « La liberté d’expression expliquée à nos enfants ».

Il est présenté comme des réponses de Jean-Paul Delahaye de la très laïciste Ligue de l’enseignement à des « questions que tout le monde se pose ».

À l’interrogation, essentielle, « y a-t-il des limites à la liberté d’expression » ? Delahaye répond :

« Nous avons le droit de parler de tout mais pas d’insulter une autre personne… »

Et un peu plus loin :

« Il est, par exemple, interdit de tenir des propos sexistes, racistes, antisémites ou homophobes… Ce ne sont pas des opinions mais des délits sanctionnés par la loi, car ils portent atteinte à la dignité des personnes ».

Notons que M. Delahaye omet d’évoquer les propos de haine antichrétienne ou antifrançaise. Bien sûr, ces derniers tombent dans la qualification de racistes. Néanmoins on lui aurait su gré de les lister à l’égal des paroles antisémites ou homophobes.

Venons-en à « l’atteinte à la dignité des personnes ». Me Malka, l’avocat de Charlie-Hebdo et Philippe Val, le directeur, ont rappelé eux-mêmes en 2007 qu’à l’égard des chrétiens, leur périodique en avait fait pour le moins dix fois plus que contre les musulmans. Oseraient-ils alors sérieusement prétendre que les tombereaux d’obscènes dérisions ainsi déversés n’ont jamais, au grand jamais, visé des personnes, et que nulle haine n’était sous-jacente à cet acharnement ?

Non, la vérité, c’est que plusieurs fois, c’est bien à la dignité des personnes que Charlie a porté atteinte.

Qui oserait prétendre que la défiguration, en couverture de Charlie-Hebdo, du visage du Christ, signée Coco, pauvre Coco, avec la plus obscène composition des parties sexuelles de l’homme, ne relèverait pas pour le moins d’une furieuse christianophobie ? Le tribunal de Paris, saisi par l’AGRIF, aura à en juger.

Partager cet article

2 commentaires

  1. “les propos de haine antichrétienne ou antifrançaise. Bien sûr, ces derniers tombent dans la qualification de racistes.”
    En quoi être chrétien ou Français serait-il synonyme d’appartenance à une race ? Delahaye aurait dû mentionner les propos antichrétiens et les propos antifrançais. Nous savons tous pourquoi il ne l’a pas fait.

  2. la liberté d’expression est uniquement réservée aux “progressistes” jamais aux autres

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services