Liberté de conscience : déclaration des adjoints au maire de Bollène

Déclaration :

B"Nous,
adjoints au maire de Bollène, et en tant que tels, officiers
d'état-civil, avons souhaité faire cette déclaration, pour plusieurs
raisons.

1/ En
portant plainte contre Marie-Claude Bompard, mesdames Gilles et Leroux
ont déclenché un mécanisme visant à la priver de son droit à la liberté
d'expression, donc à sa liberté d'opinion.
En conséquence, le
maire de Bollène ne s'exprimera plus sur ce sujet que dans le cadre de
la procédure judiciaire, si toutefois le parquet estime justifié et
opportun de la poursuivre.

2/ Nous sommes réunis pour assurer Marie-Claude Bompard de notre entier et indéfectible soutien dans cette affaire.

Il
y a presque trois semaines, le 23 août, madame le maire de Bollène a
souhaité recevoir ces deux personnes, pour leur faire part des raisons
qui la conduisaient à refuser d'assurer elle-même cette cérémonie ou de
déléguer son pouvoir à un conseiller municipal, fut-il d'opposition,
pour le faire à sa place. Ce rendez-vous n'était en aucun cas public.

A
la sortie de cette réunion, Mme Gilles et Mme Leroux sont allées dans
la minute contacter la presse
(Vaucluse matin). Elles ont posé pour les
photographes. Elles ont donné leurs noms, montré leurs visages. Ce sont
elles qui ont décidé de médiatiser cette affaire. Elles en portent
l'entière responsabilité.

De
ce fait, et depuis lors, le maire de Bollène a été en butte à des
pressions administratives, des pressions politiques, notamment de la
part du parti socialiste, des pressions médiatiques et, pour finir,
puisque celles-ci ne suffisaient pas, des pressions judiciaires.

C'est donc pour éviter toute éventuelle condamnation pénale à Marie-Claude Bompard que notre collègue Jacqueline Morel a décidé, de sa propre initiative, de procéder à la cérémonie d'aujourd'hui.

Cet
acte ne constitue nullement une approbation de notre part de la loi
Taubira. D'ailleurs, il y a un peu moins d'un an, le conseil municipal
votait une motion demandant
le retrait de cette loi, et, en cas de vote de cette loi,
l'instauration d'une clause de conscience pour les officiers
d'Etat-civil. Cette motion est plus que jamais d'actualité.

3/
En effet, nous réclamons la liberté de conscience pour les officiers
d'état-civil, comme François Hollande lui-même l'avait proposé, devant
les maires de France en novembre 2012, déclarant : « et il y a toujours la liberté de conscience ».

Nous réclamons cette liberté de conscience, droit prévu dans notre Constitution.

C'est d'ailleurs en ce sens que Marie-Claude Bompard avait écrit à Manuel Valls, le 27 août dernier, sans réponse à ce jour.

C'est
pour cela aussi que nous ne pouvons que nous féliciter des récentes
conclusions du rapporteur public au Conseil d'Etat, qui estime que la
question de l''absence de liberté de conscience dans la loi Taubira et
dans la circulaire Valls, n'est pas dépourvue de tout caractère
"sérieux". Nous attendons donc, avec espoir, la décision du Conseil
d'Etat, quant à la transmission de cette question au conseil
constitutionnel.

4/
Pour conclure : nous assurons Marie-Claude Bompard de tout notre
soutien et nous poursuivons notre combat pour que notre liberté de
conscience soit reconnue."

19 réflexions au sujet de « Liberté de conscience : déclaration des adjoints au maire de Bollène »

  1. Logorrhée

    Je ne comprends pas ces duos homosexuels qui s’unissent semble-t-il moins par amour et bonheur que par revendication idéologique et politisée, c’est bien loin d’apaiser les tensions. Quel intérêt de s’unir devant un officier d’état civil qui officie du bout des lèvres en total réprobation? Pense-t-ils vraiment ainsi servir leur soit disant cause? On dirait que le but est moins de faire du bien à leur duo que de choquer les autres en faisant un forcing que je trouve tout à fait déplacé dans ce contexte…

  2. Benoit

    En tous cas, les 2 femmes ont été “mariées” aujourd’hui en Mairie de Bollène. Cela leur ouvre le droit à l’adoption. Des enfants pourront donc être victimes de cet acte d’état civil fait dans une mairie “de chez nous” comme dans toutes les mairies PS, UMP, écolos, communistes…
    Liberté de conscience ? les élus pensent à eux avant tout.
    La résistance qui aurait pu voir le jour chez tout ceux qui n’ont pas eu le courage de mettre leurs actes en accord avec leurs paroles aurait été un acte d’intérêt général pour le bien de tous et surtout pour la défense des enfants qui vont être livrés légalement à ces couples “légitimés” par des officiers d’état civil de chez nous. Mais ce n’est pas grave, l’important c’est d’éviter des soucis judiciaires à leurs maires… L’intérêt général toujours…

  3. perlin pinpin

    ce soir nous avons eu le droit à la television à leurs baisers sont un drapeau arc en ciel. Je n’ai guère apprécié le ton agressif d’une des 2 mariées comme si le mariage était une action militante!on ne se marie pas pour faire 1 mariage de plus dans les statistiques….
    Mes enfants ont voulu changer de chaîne sentant une ambiance vindicative et non festive

  4. René Clémenti

    D’accord avec Benoit! Je ne vois vraiment pas ce qui peut motiver tant de satisfaction…
    La parodie de mariage a eu lieu. Ce n’était vraiment pas la peine de mobiliser tous nos soutiens pour finir par s’allonger devant le préfet.
    Je suis le premier à dire qu’on ne peut reprocher à personne de n’être pas un héros. Mais alors, au moins, que ceux qui ne se sentent pas d’aller jusqu’au bout se taisent dès le départ et fassent à leurs administrés homos leur petite affaire en silence. Sans nous casser les oreilles avec leurs états d’âme.
    Pour ma part je ne soutiendrai plus que celui ou celle qui, après avoir ouvert grand sa bouche, aura le courage d’être cohérent avec lui-même.

  5. Pietro

    A ceux qui condamnent ces adjointes au maire de Bollène, comme le maire elle-même, Mme Bompard, on peut opposer la force injuste de la loi : si peu d’évêques, si peu de prêtres, si peu de catholiques se mobilisent pour soutenir les maires que les qq uns qui ont exprimé leur désaccords sont obligés de céder : c’était le conseil donné par Phelipot du FN, qui avait semblé choquant.
    Mais être condamné, c’est ne plus être éligible. Faut-il vraiment que l’excellente Mme Bompard, perde sa mairie, tandis que J. Bompard perdrait sa mairie et son siège de député, SANS que cela ne change rien, vu le très petit nombre de maires qui ont exprimé le rejet de cette loi : qq dizaines sur 36 000, ce qui est plus que très peu.
    Les Bompard constatent que défendre les fondamentaux, ce qu’ils accusaient le Fn de ne plus faire, oblige à des compromis prudentiels.

  6. Antoine

    Pour Cadmos: Les adjoints sont des agents d’Etat civil, ils ont donc compétences (et responsabilité) indépendamment du maire.
    http://www.liguedusud.fr/droit-reponse-marie-claude-bompard/#more-995
    Pour Benoit et René Clémenti : J’admire votre détermination et votre résistance. De quelle commune êtes-vous maires?
    Pour Pietro: Sans doute il y a t-il deux lignes différentes au sein du front, mais force est de constater que M. le Vice-Président du F.N a dit que Mme Bompard devait célébrer cette union… A mon sens, on est au delà du compromis prudentiel…
    Soutien aux Bompard bien évidemment, je salue sincèrement la détermination de Benoit et Clémenti, maires de leur commune respectives qui nous montrent la voie, mais en tant que père de famille (et non maire), je pense que j’aurais aimé qu’un adjoint m’évite 5ans de taule et 75 000€ d’amende.

  7. Schnuki

    A Baillousque et à Cadmos
    Je vous livre ce que j’ai compris après avoir interrogé des officiers d’état civil de ma commune.
    1) Les adjoints au maire peuvent marier sans que le maire doive donner son accord.
    2) Le maire peut marier lui-même ou donner délégation pour cela à certains officiers d’état civil qui ne sont pas adjoints.
    Dans le 1er cas seulement (un adjoint marie), la responsabilité du maire n’est pas engagée (à moins qu’il n’ait constitué sciemment son équipe en y ayant prévu d’avance un adjoint qui accepterait de se dévouer pour célébrer les “mariages” entre personnes de même sexe).

  8. JPE

    la nécessité d’inventer des réponses hors du système est désormais une évidence.
    cette phrase provient d’un article cite dans ce blog
    Cette évidence exige que nous prenions les moyens de réaliser cela concrètement car il y a urgence sur le bateau France en pleine dérive et incohérence de toutes parts

Laisser un commentaire