Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

“L’homosexualité est un péché”

“L’homosexualité est un péché”

Tout catholique soucieux d’étudier et de connaître le magistère de l’Eglise catholique ne sera pas surpris de cette affirmation entendue sur France Inter. Léa Salamé juge que dire cela est incroyable. Mais elle n’est pas choquée pour autant et reste très à l’écoute de son invité. Pourquoi cela ne fait-il pas scandale ? S’agit-il d’un évêque, d’un prêtre ou d’un homme politique aux convictions catholiques affirmées ?

Non, il s’agit tout simplement d’une jeune femme musulmane et lesbienne qui le dit :

Ce lundi 7 septembre au matin, la romancière Fatima Daas était l’invitée de France Inter pour parler de son livre, La petite Dernière, à l’occasion de la rentrée littéraire. Dans cette ouvrage, l’auteur de 25 ans, musulmane pratiquante et lesbienne assumée, publie un autoportrait semi-fictif où la narratrice porte son nom. Elle y évoque sa foi et sa sexualité, et la difficile cohabitation entre les deux. Sur la radio de service publique, Fatima Daas explique qu’elle n’a « aucune envie de réformer cette religion-là [l’islam, NDLR] » et donc qu’elle considère que son homosexualité « est un péché ».

Pour les catholiques qui douteraient de cette affirmation, voici un extrait du catéchisme de l’Église catholique (cec 2357 à 2359) :

2357 L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (…), la Tradition a toujours déclaré que ” les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés ” (CDF, décl. ” Persona humana ” 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

2358 Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition.

2359 Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection chrétienne.

 

Partager cet article

5 commentaires

  1. Si, en tenant exactement les mêmes propos, elle était catholique, s’appelait Berthe Pichon, et n’était pas lesbienne, elle aurait été fusillée sur place.

  2. Et oui, n’en déplaise aux luthériens et autres modernistes.
    Le catéchisme est très bien dit : chasteté, accueil, des recommandations pleines de bon sens et d’amour au sens des enseignements du Christ.

  3. En effet sa réponse est compatible avec les n° 2357 et 2358 du catéchisme mais s’écarte évidemment du n° 2359. Sur le fond sa réponse me paraît être d’une grande honnêteté morale et je lui donnerais volontiers “le bon Dieu sans confession” si j’étais certain de n’être pas tombé sous son charme moi qui suis pourtant un homme, ma femme, ma progéniture, ma vie et l’anatomie en attestent et la loi me permet encore de l’affirmer . En un mot comme en cent on n’est pas encore sorti de l’auberge des 6ème et 9ème commandements malgré les efforts louables du catéchisme. La réponse de cette romancière me paraît “classique” en ce qu’elle aurait pu être prononcée par Sappho elle-même et toutes les poétesses qui ont suivi. Je me réfère à la fin de sa phrase: “….bon j’aime les femmes mais j’aime Dieu aussi.” C’est honnête mais théologique du tout. Pape Fançois au secours lui qui disait ” Qui suis-je pour juger?

  4. lire C’est honnête mais PAS théologique du tout…Avec mes excuses mais comme on dit “le lecteur aura corrigé de lui-même….”

  5. Sur ce point (l’homosexualité est un péché), Fatima est d’accord avec Christian VANNESTE.

    Mais l’idéologue Léa n’a pas réagi car Fatima est une femme, lesbienne et musulmane qui porte le bon prénom.

    Mais face à Christian, homme blanc, hétéro et catholique, cela aurait été une autre histoire. Il aurait probablement été traité de tous les noms et moqueries comme France Inter ne se prive pas de le faire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]