Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

L’homme est un être de transcendance

Emmanuel Falque, Philosophe, est interrogé dans La Croix. Extrait :

Dans les débats actuels sur l’animal, comment les chrétiens peuvent-ils se positionner ?

Unknown-12C’est une question difficile, du point de vue philosophique et du point de vue éthique. Le danger serait de vouloir toujours s’en tenir à d’anciennes catégories. En philosophie, on a cessé de penser la distinction entre l’homme et l’animal comme une différence de « nature », ou une différence de « degré », ou une simple question d’infériorité ou de supériorité. Longtemps, la philosophie a cherché des critères permettant de distinguer définitivement l’homme de l’animal : la raison (Aristote), la pensée (Descartes), la liberté (Rousseau), le travail (Marx), le rire (Bergson)… On a ainsi multiplié à l’infini les critères de distinction sans vraiment y parvenir. On a ensuite cherché à établir une différence de degré entre l’homme et l’animal, avec l’idée que l’homme serait capable d’opérations que l’animal ne pourrait réaliser que partiellement.

Mais aujourd’hui, au moins en philosophie, on se pose différemment la question de l’animal. On s’interroge moins sur la différence entre l’homme et l’animal que sur leur différence d’accès au monde. On se demande comment l’animal voit le monde, comment il l’éprouve, comment il le sent, etc. C’est à partir de là que nous deviendrons peut-être capables de penser une communauté entre l’homme et l’animal. […]

Le mot « bête » ou « bestial » ne cesse pourtant d’apparaître dans la Bible. On le trouve au début de la Bible, par exemple avec la « bête qui te convoite » dans l’épisode de Caïn et Abel (Gn 4, 7) et aussi à la fin de la Bible, avec la « bête écarlate » de l’Apocalypse (Ap 17, 3). La bête, c’est le refus de l’animal. Et le bestial, c’est la possibilité pour l’homme de tomber en deçà de l’animal. « Qui fait l’ange fait la bête », rappelait Pascal. Seul l’homme est capable de devenir meilleur et donc de devenir pire. L’homme seul est capable de comportements – comme la pornographie, l’addiction, le génocide… – non pas infrahumains mais infra-animaux.

Qu’est-ce que la théologie peut dire de notre animalité ?

À mes yeux, le Christ n’est pas seulement venu pour nous diviniser. Il veut aussi rejoindre notre animalité et nous sauver de notre bestialité. Il veut les faire siennes pour les transformer en lui. « Tout ce qui n’est pas assumé n’est pas sauvé », disait Grégoire de Nazianze. Nous ne sommes pas que des consciences sans corps, comme le seraient les anges. Nous sommes aussi des corps sans conscience, comme le sont les animaux. Le propre du christianisme, c’est de partir de la corporéité, donc aussi de l’animalité, pour la convertir en humanité.

Dans la Genèse, on voit Yahvé Dieu prendre de la terre pour modeler Adam (Gn 2, 7). Et c’est la même terre avec laquelle il a modelé les animaux (Gn 1, 25). Avec les animaux, nous sommes faits de la même boue, nous avons une chair commune. C’est fondamental. Mais nous ne sommes pas que corps et âme. Nous sommes aussi esprit, comme le dit saint Paul (1 Th 5, 23). Le pneuma, c’est le souffle qui tourne l’homme vers Dieu. Le propre de l’homme n’est pas de ne pas être un animal, mais de faire en sorte qu’il soit insufflé pour devenir un vivant tourné vers Dieu. L’homme est un être de transcendance, c’est-à-dire un être d’ouverture. Dans un sens philosophique, cette transcendance est une ouverture horizontale au monde. Dans un sens chrétien, c’est aussi une ouverture verticale, une ouverture à Dieu. Cette transcendance ne nous fait pas nous échapper du monde, mais elle nous fait vivre autrement dans le monde."

Partager cet article

6 commentaires

  1. Que se passe t-il ? Le Sb fait de la pub, indirecte, pour la Croix depuis un certain temps ………. Cet allume cheminée (la croix) aurait-il modifié sa ligne éditoriale. Laissé de côté ses idéologies gÔchisantes, plus proche du protestantisme ?
    Assurément si cela s’avère exact nous avons ici un bel exemple du fumeux ” QUI EST ” le boss ……… Avec une ligne éditoriale plus protestante que catho ce média a perdu au fil des années des milliers d’abonnés, au profit d’autres. N’est-il pas alors contraint et forcé de revenir dans le rang, même si cela est sur le fond trop tard ?
    Comme quoi ce n’est pas celui qui veut formater qui ……………..formate !!!
    [Oui, enfin le SB cite aussi Libé et le Monde parfois. Et même La Vie récemment.
    A part ça, avez-vous une remarque à faire sur l’entretien cité ?
    MJ]

  2. Oui c’est bien ce qui est au-delà de l’immanence, et d’abord de l’immanence du corps, qui nous fait Humains.
    F. Buytendjick (Pr. Psychol. Univ. Cathol. de Louvain) notait très justement que : ” L’animal est presque totalement livré à la situation qu’est pour lui, son corps.”. Le propre de l’humain est de dépasser cette situation au nom de ce qui la transcende. Ceux qui refusent cet au-delà du corps, comme Simone de Beauvoir affirmant : “Le corps, après tout, on na que ça”, veulent au contraire ramener l’homme à la bestialité, latent en nous depuis la “Faute originelle”.

  3. L’homme est fait à l’image de Dieu. Il a un corps, un esprit et une âme.
    Dieu est âme, esprit (l’Esprit Saint) et a un corps (Jésus).
    C’est le mystère de la Sainte Trinité. N’y pas y voir 3 dieux mais un seul. Le christianisme est monothéiste !
    D’autre part, “L’homme seul est capable de comportements” est-il dit ? Non, un animal peut par exemple avoir un comportement homosexuel si l’environnement l’y oblige :
    https://effondrements.files.wordpress.com/2013/05/vaches_en_chaleur.png
    Il peut voler la part de son voisin etc….. Mais c’est l’instinct qui agit. Il ne le fait pas en pleine conscience.

  4. Bienvenue dans le Réel!
    Bien sûr que l’être humain est un être de transcendance… c’est ce qui nous caractérise en premier.
    C’est ce que l’on nomme en terme religieux : l’Esprit-Saint vécu en pleine conscience.
    Je suis donc, je vis.
    Jésus est venu pour nous montrer comment vivre l’Esprit pour être en Dieu.
    – “Mais l’heure vient, et c’est maintenant, les vrais adorateurs adoreront Le Père en esprit et en vérité, car ce sont de tels adorateurs que Le Père désire.
    Dieu est esprit et ceux qui l’adorent doivent l’adorer en esprit et en vérité.”
    St-Jean 4-7 : Entretien avec la Samaritaine.

  5. L’homme est fait à l’image de Dieu.
    Certes.
    Mais mon image dans un miroir, ce n’est pas moi!
    Nous sommes la courbe et Dieu…l’asymptote!

  6. La citation de Pascal est plutôt” Qui veut faire l’ange, fait la bête”.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services