Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

L’hallalisation signe de l’islamisation

Polémia analyse l'hallalisation de la société française. Extraits :

H "L’explosion de la demande des produits hallal est une preuve supplémentaire, non d’une intégration croissante des populations arabo-musulmanes à la société française mais, au contraire, de leur retour vers les pratiques de leur pays d’origine ou de celui de leurs parents, voire de leurs arrière-grands-parents. Toutefois ce réenracinement ne va pas sans poser de problèmes : en effet, pas plus que le jeûne du ramadan, la promotion de l’alimentation hallal ne reste cantonnée à l’espace privé ; au contraire, elle tend à s’imposer dans l’espace public, à la fois pour des raisons d’intérêt commercial et en réponse à des pressions politiques. […]

La logique commerciale conduit les entreprises agroalimentaires à fournir de la viande et des produits hallal à ceux qui en désirent. Mais la tentation existe aussi, dans le souci de rentabiliser les chaînes de production, d’« hallaliser » des produits destinés à l’ensemble des consommateurs. Ainsi pour les moutons et les poulets (70 kg par personne et par an), viandes très consommées par les musulmans, il est impératif de développer des filières d’abattage hallal répondant aux règles suivantes : animal égorgé vivant, sans être étourdi, la tête tournée vers La Mecque, par un sacrificateur agréé. Pour éviter de mettre en ligne une autre filière d’abattage classique – et donc d’augmenter les coûts d’investissement et de production – il peut être tentant, sans en avertir le consommateur, de distribuer de la viande hallal dans le circuit classique. C’est largement le cas actuellement pour la volaille et les ovins : le consommateur laïc ou catholique finance ainsi, sans le savoir et souvent contre son gré, l’expansion islamique en France. […]

La logique de rationalisation des coûts peut donc conduire à hallaliser la distribution des viandes. La logique commerciale conduit, elle, à hallaliser l’offre de plats préparés : pour pouvoir vendre partout, et à tout le monde, bien des firmes, comme Maggi, éliminent le porc et l’alcool de leurs préparations et s’approvisionnent principalement en viandes hallal. Dans une logique purement commerciale, c’est le groupe le plus intolérant qui dicte sa loi aux marchands d’abord, à tous les clients ensuite. Ce phénomène est renforcé par l’importance de la restauration collective dans les écoles et les entreprises où, souvent, les règles de la minorité sont imposées à la majorité."

Partager cet article

8 commentaires

  1. Pourrions nous avoir un vademecum pour ne pas acheter halal sans le savoir, comme par exemple listes des entreprises qui vendent de la volaille et du mouton et qui sont bien “gauloises” non halalisées? Voir une certification non halal
    Pour les autres boycott, puisque le nerf de la guerre est le fric, utilisons les mêmes armes.

  2. “Mangez du cochon, sauvez les Bretons”
    Jusqu’à présent, il n’y a pas d’impôt-mosquée sur la viande de porc.

  3. Conséquence directe du remplacement de population que l’on nous impose, le populicide est en marche.
    Conséquence directe de l’effondrement de leurs “valeurs” et de l’échec des politiques fondées sur ces mensonges de l’intégration, de l’autre et tout le blabla qui n’est jamais que l’insulte faite au bon peuple de France.
    Conséquence du reflux universel (mental, culturel, religieux, social, politique, …) des indigènes Français. Nous nageons dans la lâcheté la plus crasse.
    On hallalise la bouffe depuis un bail et l’iceberg pointe, alors imaginez ce qui va se passer : la partition actée du territoire.
    Taille haut!

  4. Il est temps que les chrétiens réagissent très fortement à cet égard en commençant par se refuser à acheter la viande de bêtes non seulement abattues avec cruauté, mais surtout sacrifiées.
    Rappelons-nous l’avertissement de Saint Augustin : “Les dieux des païens sont des démons”…

  5. La raie publique c’est bien la reine des prostituées et le royaume des souteneurs.

  6. Imaginons le tollé de nos pseudo “élites pensantes” de “gôche”, s’ils étaient exposés à avaler, sans le savoir, des aliments sur lesquels auraient été dites des prières catholiques !Ils s’en étrangleraient de rage.
    D’autre part que font les écolo-zoolâtres si assidus à nous démontrer que l’homme n’est qu’un animal comme les autres et que faire souffrir un animal est digne des nazis ? Qu’est-ce qui les rends muets ? …la trouille de vengeances d’un autre âge.
    @ Daugan dit vrai : Res-publica, tu n’es plus qu’une fille publique, tu t’es prostituée de toi-même.

  7. “La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l’humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu’il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et c’est ici que s’est produite la plus grande faillite de l’homme, débâcle fondamentale dont toutes les autres découlent.” (Milan Kundera – L’insoutenable légèreté de l’être)
    (lire plus >>) (Site ” Tribunal animal “)

  8. Rappelons-nous ce que nous dit saint Paul dans l’Épître au chapitre 8 versets 9 et 10:
    Mais prenez garde que cette liberté dont vous usez ne devienne pour les faibles occasion de chute. Si quelqu’un te voit en effet, toi qui as la science, attablé dans un temple d’idoles, sa conscience, à lui qui est faible, ne va-t-elle pas se croire autorisée à manger des viandes immolées aux idoles ?
    Merci !
    JFL

Publier une réponse