Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Législatives : retour sur les points non négociables

Selon Jean Madiran (article en accès libre) :

"il faut prendre en considération la possible, la progressive montée en puissance des trois points déclarés non négociables. En eux-mêmes ils ne sont pas nouveaux. La nouveauté est que maintenant ils sont énoncés par Benoît XVI avec clarté, avec insistance, avec solennité. Leur traduction concrète est fort parlante : 1. rejet du prétendu droit à l’avortement ; 2. aucune reconnaissance juridique pour les couples homosexuels ; 3. liberté effective des parents dans de choix de l‘école et de l‘éducation de leurs enfants.

— Mais combien, dira-t-on, d‘électeurs catholiques (et d‘élus) pour s’y référer ?

— Attention : ces trois points non négociables n’expriment pas une obligation « confessionnelle », mais une exigence de la morale naturelle, inscrite dans la nature humaine, dans le cœur de tout être humain. Elle s’y est endormie ou plutôt elle y a été scolairement et médiatiquement anesthésiée. Il n’est pas impossible de la réveiller."

Réveillons-la.

Michel Janva

Partager cet article

2 commentaires

  1. Malheureusement, malgré tout le travail de réflexion sur ces points et en dépit de leur médiatisation sur la blogosphère catholique, l’élection ne s’est pas du tout joué là. N. Sarkozy s’est fait élire essentiellement sur les questions économiques. C’est cela qui intéresse la majorité des électeurs, y compris beaucoup de catholiques, et pas le reste.
    Cela ne veut pas dire qu’il faut abandonner le combat. Mais l’objectif de celui-ci est d’abord de sensibiliser les chrétiens peu au fait de ces questions et d’emporter leur adhésion. On ne pourra sauver toute la société à court terme. L’urgence, c’est l’Eglise, dont la ferveur et la vie morale est menacée par l’ignorance de beaucoup de fidèles sur la teneur et la gravité des points non négociables.

  2. Les questions économiques font d’ailleurs partie des points non négociables : “une économie au service de la personne”.
    D’ailleurs peut-on séparer la question de l’avortement du problème économique d’élever des enfants ?
    [Oui : il faut distinguer ce qui est fondamental et dont la négation détruit la société dans son essence pour nous rapprocher de la barbarie de ce qui n’est que de l’injustice. Les questions économiques sont justement négociables. MJ]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]