Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Immigration

L’expulsion des clandestins a coûté 500 millions d’euros à la France en 2018

L’expulsion des clandestins a coûté 500 millions d’euros à la France en 2018

Ce montant est à additionner au coût de l’immigration légale et illégale. Ce qui est dramatique, c’est que les clandestins expulsés reviennent à chaque fois :

C’est un chiffre très élevé. Selon les informations du Parisien, les expulsions des étrangers en situation irrégulière ont coûté 500 millions d’euros à la France en 2018. Un rapport parlementaire, dévoilé par le quotidien francilien, s’est intéressé à la politique d’expulsion de l’Etat et doit être présenté jeudi 6 juin en commission des finances. Selon ses conclusions, les expulsions forcées représentent entre 70 et 80% des raccompagnements à la frontière et coûtent six fois plus cher qu’un retour aidé. Le coût de ces derniers s’élève en moyenne à 2 500 euros contre 13 800 euros pour les expulsions forcées.

On pourra se référer à ces trois articles récents concernant le coût de l’immigration en France :

Budget 2019 : 4,5 milliards d’euros consacrés à l’immigration

Chaque immigré touche 426 euros par mois

La fraude à la sécurité sociale d’origine algérienne, marocaine, congolaise, et malienne coûterait 20 milliards par an

Combien de temps encore les gilets jaunes vont-ils supporter fiscalement le coût exorbitant de l’immigration ?

 

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Quelques distributions de Légions d’Honneur (déshonorantes pour ce rang) à grand renfort médiatique ne suffiront à faire oublier la réalité.

    Ils peuvent pourtant disposer s’ils le veulent de l’aide médiatique et gratuite de bénévoles identitaires qui, décourageant l’immigration illégale sans violence, empêcheraient ces dépenses inutiles.

    Mais ils préfèrent appauvrir les Français et détruire peu à peu le pays que de l’administrer avec bon sens pour le bien commun.

  2. Ce qui confirme que “l’immigration est une chance” uniquement pour le porte monnaie des mafias et des oligarques bruxellois (parce que cette immigration consomme et fait donc vivre les industriels).

    Mais cette immigration est une malchance économique pour les contribuables qui paient l’entretien des immigrés. Lesquels immigrés travaillent souvent au black voire, pas du tout.

  3. Les garder coûte 100 fois plus !

  4. On en parle rarement, mais le travail des immigrés ne rapporte rien à la France, car le plus souvent ils vivent chichement en France pour envoyer l’argent à leur famille restée au pays. 41 milliards en 2017. Ces exportations de fonds contribuent au déséquilibre de la balance des paiements de la France. C’est une vraie aide aux pays Africains qui en ont sans doute besoin, mais ce ne sera jamais suffisant pour les retenir chez eux. D’ailleurs ils finissent par rejoindre le fils ou fille installés en France.
    Le problème de l’immigration est que le gouvernement n’est pas honnête en ne disant pas la totale réalité des faite et des chiffres. On peut ensuite taxer toute une partie de la population de xénophobe.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique