Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Liberté d'expression

L’expression “La Grande Muette” est liée au droit de vote et non à la liberté d’expression

L’expression “La Grande Muette” est liée au droit de vote et non à la liberté d’expression

Savez-vous que les femmes en France ont obtenu le droit de vote bien avant les militaires de carrière ?

C’est en effet le 21 avril 1944 que le droit de vote est accordé définitivement aux femmes tandis que, un peu plus d’un an après, les militaires de carrière sont les derniers citoyens français (à l’exception des personnes sans domicile fixe) à obtenir le droit de vote :

“Jusque-là, les militaires étaient exclus du suffrage universel sous prétexte qu’ils ne devaient pas prendre parti dans les luttes politiques. L’armée ne sera donc plus surnommée la « Grande Muette » (même si encore aujourd’hui ses membres sont soumis à un devoir de réserve, comme l’ensemble des fonctionnaires).[source]

On utilise parfois la formule “la Grande Muette” pour dire l’armée. Si on y a encore recours de nos jours, cette métaphore désigne en réalité l’armée de la IIIe république et ne correspond plus à une réalité contemporaine.

Adolphe Thiers, alors président de la République, fit voter la loi du 27 juillet 1872 sur l’armée, qui refusait aux militaires le droit de vote. Les officiers n’avaient ainsi pas le droit de voter en raison de la méfiance des Républicains à leurs égards. Ne pouvant pas prendre parti dans les luttes politiques, ils étaient bien muets électoralement parlant.[source]

Dans un éditorial très intéressant d’un dossier sur la liberté d’expression des généraux en deuxième section, en mars 2017 (déjà!), le général (2S) Bouquin, président de l’association G2S (association des généraux en deuxième section), écrivait :

“(…) Peut-être en guise de conclusion faut-il rappeler l’origine de l’expression « la grande muette » ? Cette formule ne fait en aucune manière référence à l’expression des militaires, mais à leur droit de vote ! Au début de la Troisième République, en raison de la défiance des républicains envers l’armée, il a été décidé que les militaires d’active (officiers en particulier), ainsi que les citoyens durant leur service militaire, ne pourraient disposer du droit de vote. C’est ainsi qu’ils sont collectivement devenus « la grande muette ».

C’est donc un terme qui n’a rien à voir ni avec la liberté d’expression ni avec le devoir de réserve. Est-il bien judicieux de continuer à l’utiliser maintenant que les militaires ont le droit de vote ? Sauf à penser que certains trouvent utile de conserver l’expression parce qu’ils croient utile que les militaires continuent à se taire…”

Le dossier complet est consultable ici.

Partager cet article

10 commentaires

  1. « Définitivement », vous allez un peu vite, hein? Et si on le leur retirait, aux bonnes femmes, leur droit de vote? Ce serait peut-être utile, puisqu’elles n’ont pas d’âme? (Du calme les commentaires : je plaisante !)
    Cela dit, votre photo de marins bâillonnés est terrifiante, comme le sont toutes celles de groupes dans la même situation. Mais quand il s’agit de militaires, ça fait froid dans le dos.

  2. Pas mal , l’image avec des militaires portant des masques comme pour signifier que le masque est symbole de muselière…

    J’espère d’ailleurs que cette photo est un montage et que dans la réalité on ne voit pas des militaires défilant avec des masques comme de vulgaires et ridicules zombies paniquards masqués !!!!!!

  3. A l’occasion de cette crise de la lettre ouverte, un ami militaire m’a raconté qu’alors il était en école d’officiers, il avait dû, comme la plupart des officiers, étudier le russe (l’ennemi de la guerre froide) : à sa grande surprise, le journal de l’armée soviétique “Krasnaia Zviezda” était bien plus libre d’expression que tous les magazines des armées françaises. Il en avait alors tiré la conclusion que le qualificatif de “grande muette” était toujours d’actualité.
    Selon lui, plus de trente ans après ce premier constat, la situation a encore empiré : tout ce qui ressort de la communication “institutionnelle” est maintenant confié à des fonctionnaires civils, ce qui illustre la défiance du pouvoir politique vis à vis des militaires.

  4. De toute façon, je le répète, l’armée se doit de protéger la France et les français (et non la République…).
    Elle doit donc sonner l’alerte quand la situation est grave et si elle ne le faisait pas cela lui serait reproché plus tard.

  5. Rendre de nouveau l’armée muette est l’ambition de notre gauche, des LREM aux EELV…La dialectique marxiste est de sortie…

  6. Les militaires n’ont qu’un droit : celui de se taire. Et il est fortement question de le leur supprimer.
    😡😡😡😡😡

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]