Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Italie

L’exemple de La Manif Pour Tous a porté des fruits en Italie

L’exemple de La Manif Pour Tous a porté des fruits en Italie

Antonio Rapisarda, journaliste du quotidien Il Tempo, spécialiste italien des mouvements identitaires et souverainistes, écrit dans Présent :

Entre la France et l’Italie, il n’y a pas que les Gilets jaunes et les forconi qui soient communs. En cette période d’affrontement du peuple contre les élites, il y a aussi une lame de fond en faveur de la famille. « Des feux seront allumés pour témoigner que deux plus deux font quatre », annonçait Chesterton. Nous y sommes.

Il y a donc un « Mai68 conservateur » des deux côtés des Alpes. Par ce « Mai 68 conservateur », nous entendons le phénomène qui depuis plusieurs années voit l’émergence d’une résistance (catholique pour une partie), opposée aux libertaires d’hier et d’aujourd’hui : les partisans de la « famille naturelle » ont délaissé leur habituelle posture de majorité silencieuse face aux opérations « d’ingénierie sociale » des promoteurs de la société liquide, face aux « avancées sociétales » qui ont trouvé dans les gouvernements libéraux et les Hautes Cours du pouvoir judiciaire des alliés précieux et les exécuteurs concrets des thèses les plus radicales des mouvements LGBT. […]

Malgré l’échec de l’objectif strictement politique – enrayer l’approbation légale du « mariage pour tous » – l’exemple français, avec son implication massive des jeunes en première ligne de la protestation, a encouragé en Italie une approche moderne et générationnelle de la révolte face aux attaques politiques, anthropologiques et culturelles contre la famille menée, comme en France, par les centrales libérales-libertaires, par les médias officiels et les gouvernements « techniques » et de centre gauche.

Des centaines de veillées ont eu lieu dans les rues du pays avec des livres de Platon à la main. Grâce aux jeunes animateurs de la « Manif pour tous Italia », le gigantesque Jour de la famille a pu être organisé : il a réussi à faire descendre dans la rue en 2016 près d’un million de personnes contre la loi Cirinna sur les unions civiles et la politique antisociale du gouvernement Renzi. Si l’objectif d’arrêter la mesure n’a pas été atteint ici non plus (la loi fortement contestée a divisé les partis et n’a été approuvée qu’avec le recours à l’engagement de la responsabilité du gouvernement devant le parlement), la donnée politique fondamentale est l’entrée prépondérante des questions éthiquement sensibles dans l’agenda politique des deux mouvements souverainistes avec une matrice identitaire : la Ligue et Fratelli d’Italia. Une transmission s’est opérée entre l’inquiétude populaire et un courant politique qui a compris l’importance de la question anthropologique, et a produit non seulement une réponse électorale en faveur de Matteo Salvini et de Giorgia Meloni (le Mouvement 5 étoiles, lui, n’ose pas aborder le thème), mais qui s’est aussi traduit par une digue gouvernementale qui a stoppé un raz-de-marée annoncé comme irrépressible.

Dans le fameux « contrat gouvernemental » entre la Ligue et 5 étoiles, en effet, le thème des « droits civils » (en Italie, ce terme cache exclusivement les revendications LGBT et le ius soli pour les enfants d’immigrés) n’est pas envisagé précisément à cause de l’opposition claire de la Ligue à toute libéralisation du concept de famille et d’ouverture à une citoyenneté facile. Si un des initiateurs du Jour de la famille comme Simone Pillon a trouvé sa place au Parlement dans les rangs du parti de Salvini, l’expression directe de la sensibilité pro-vie cultivée au sein de la Ligue est Lorenzo Fontana. Ministre de la Famille (et c’est déjà un signal précis voulu par Salvini), catholique de tendance traditionnaliste, l’ancien député européen incarne la projection politique, par le biais de ce militant identitaire, des grandes attentes de mouvements tels que la Manif pour tous. Coauteur d’un essai sur le taux de natalité – Le Berceau vide de la civilisation–, et chercheur dans ce domaine, Fontana s’est attelé, pendant la première phase du gouvernement, à un plan de relance du taux de natalité (fonds et mesures incitatives pour un milliard d’euros), à un texte de loi pour les entreprises afin de concilier les exigences des mères de famille et le travail. Il a aussi arrêté net les campagnes pro-gender et LGBT qui étaient financées, à l’initiative du gouvernement précédent, par des institutions publiques comme la présidence du Conseil.

Autre signe de rupture avec la propagande libérale-libertaire, Lorenzo Fontana sera présent au XIIIe Congrès mondial des familles qui se tiendra à Vérone – la ville shakespearienne de Roméo et Juliette – du 29 au 31 mars. Un soutien, celui de son ministère et du patronage de la Région Frioul-Vénétie-Giulie, qui a déclenché non seulement la haine fondamentaliste des féministes et de la gauche radicale – elles ont promis de descendre dans la rue contre la manifestation et ont menacé les hôteliers accueillant des congressistes – mais aussi la colère publique du Mouvement 5 étoiles, avec Luigi Di Maio, qui a nerveusement qualifié de « droite des loosers » les participants au congrès, en plus de Fontana, Matteo Salvini, Giorgia Meloni, le ministre de l’Education Bussetti et Simone Pillon, et les animateurs de l’événement.

La réponse de Fontana, dans une allocution à la Chambre des députés, a été tout à fait dans un autre registre :

« Je suis déçu que l’opposition idéologique puisse atteindre ces niveaux inacceptables, encore plus sur un sujet qui ne devrait pas diviser, comme la protection de la famille, de la maternité, de l’enfance et de la paternité, sur lequel, au-delà des polémiques stériles, nous continuons et continuerons toujours à orienter notre travail avec sérieux, engagement et dévouement absolu. »

[…]

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Quand est ce que la France votera pour des politiciens aussi courageux ?

  2. Jamais, la France est atteinte de manière incurable électoralement. Trop de gauchisme depuis 50 ans dans tous les domaines a contaminé les esprits. Les problèmes français ne se regleront pas par la voie des urnes.

  3. Pour l’instant, l’Élysée, comme la mairie de Paris, affectionne l’homosexualité. Un ministre pose même main dans la main avec “son mari”.
    La décadence en marche.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services