Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Société / Immigration / Religions : L'Islam

L’exclusion sociale est d’abord du fait de l’imprégnation islamique de vastes pans de notre société

Bernard Antony réagit sur son blog aux déclarations de Thomas Legrand qui a prétendu hier sur France Inter que "tous les textes sacrés de religions monothéistes comportent, parmi d’admirables choses, des appels à tuer" :

"(…) Se gardant bien d’étayer son assertion par la moindre référence et quelques citations. Car je défie ce Legrand-là de trouver dans l’Évangile, dans la parole de Jésus-Christ, quelque appel à tuer ! Ce Legrand, pour ne pas proférer n’importe quoi, ferait bien d’essayer de lire un peu par exemple les livres de Bat Ye’Or, la grande historienne juive des rapports des trois religions, du jihâd et de la dhimmitude. Il pourrait y méditer le rappel irréfutable qu’elle formule : « Quand les musulmans égorgent, c’est tout de même très souvent selon l’exemple du prophète ; mais quand les chrétiens tuent, le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas par imitation de Jésus-Christ ! »

Outre les balivernes sur la nature de l’islam, toujours faussement présenté exclusivement comme une religion, reviennent sans cesse les formules incantatoires du « pas d’amalgame » et des « exclus de la République ».

Pour ce qui est de la première et pour faire vite, car j’ai déjà assez répliqué : pas d’amalgame en effet entre les précurseurs parmi les musulmans qui veulent en finir avec la sacralisation des textes de cette religion du Livre (que n’est pas le christianisme !) et ceux qui continueront à amputer, fouetter, lapider, crucifier, en imitation de Mahomet, de son Coran et de ses hâdiths. Nécessité de border les éditions de ces textes, comme on le fait de Mein Kampf dans l’édition israélienne (!), sur le danger qu’il y a à se laisser séduire par les exemples qu’ils renferment

Pour ce qui est des « exclus de la République » soi-disant discriminés par manque de soutien et de moyens éducatifs et de formation professionnelle et qui seraient une pépinière de terroristes : ras-le-bol ! (…) Comment se fait-il alors qu’il n’y ait pas de terroristes dans la population des réfugiés d’Indochine, arrivés en France avec bien moins de secours et de relais et des handicaps bien supérieurs à ceux des immigrés islamiques ? Par quoi s’explique donc la différence ? Or, comme on ne peut croire qu’elle tiendrait à des facteurs raciaux, alors ? Alors quels sont les facteurs explicatifs, sinon culturels, c’est-à-dire, au sens large, ceux qui relèvent du conditionnement islamique, dans tous les domaines de la croyance religieuse, de la politique et des mœurs ?

Ce n’est pas principalement dans l’échec de la République et de son système scolaire aberrant, au demeurant bien réel et aux conséquences régressives catastrophiques, qu’est la cause principale du terrorisme. L’exclusion sociale, elle est d’abord du fait de l’imprégnation islamique, partielle ou totale, de vastes pans de notre société. Allez donc voir en Pologne, en Croatie, ou en Hongrie si les constructions des quartiers sont meilleures que les nôtres ! Elles ne le sont pas. Mais pourquoi demeurent-elles propres et peut-on s’y promener en toute sécurité à n’importe quelle heure ? Poser la question, c’est y répondre"

Partager cet article

6 commentaires

  1. “l’imprégnation islamique de vastes pans de notre société” Pourquoi ?
    Parce que la France, grâce à la franc-maçonnerie, a perdu sa spiritualité. Une spiritualité pourtant très évoluée par rapport à bien d’autres !
    Prenons par exemple la lapidation ! Les textes judaïques prévoyaient la lapidation pour punir divers crimes et attitudes jugées criminelles, tant dans le Pentateuque (terme grec désignant la Torah) que dans les écrits rabbiniques (le Talmud).
    Presque toutes les familles religieuses de l’islam, prônent aussi ce châtiment !
    Dans le christianisme par contre, Jésus dit clairement qu’il ne condamne pas la femme adultère, mais lui demande de ne plus pécher.
    Mais voilà, quand un musulman vient en France, personne ne va lui expliquer le modèle spirituel qui a forgé la civilisation européenne. L’Education nationale l’écarte du programme intentionnellement, pour plaire à une minorité franc-maçonne, qui s’est appropriée le pouvoir de décider de ce qui est politiquement correct ou pas. Cette caste prône l’homme-dieu ! Ce qui va totalement à l’encontre de ce qu’est la France !
    Les valeurs chrétiennes enseignées dans toutes les écoles, empêcheraient ce communautarisme actuel. Il ne s’agit pas de demander aux élèves de croire au Dieu chrétien mais de connaître son message ! Nulle part Jésus demande de tuer, contrairement à ce qu’affirme Thomas Legrand sur France Inter ! Son manque de connaissance ne vient-il pas de l’école qu’il a fréquentée ?

  2. La vérité est que ce sont les Français de souche comme moi – qui avons toujours fait bon accueil à l’étranger, qui avons largement contribué à financer leurs logements, leurs soins médicaux, etc., souvent au dépens de nos propres besoins -, qui sommes aujourd’hui les exclus de très nombreux lieux de France, où il nous est devenu impossible de loger, et pas même de s’y promener tranquillement…
    Le “vivre ensemble”, ça n’a jamais été nous qui l’avons rejeté, mais exclusivement des émigrés mahométans qui nous méprisent et font leur loi avec arrogance dans de nombreuses zones de non-droit républicain (où règne déjà la charia), sous l’œil passif et complice des “zélites” de la République, grâce à qui, désormais, le “vivre ensemble” vire au “mourir ensemble”…
    Alors, nous n’avons plus le choix : être dhimmi ou dissident, sinon pour les femmes, ce sera être voilées ou violées !

  3. un autre type d’exclusion: à Nantes dans le quartier rénové de Malakoff, la mairie a décidé d’installer un jour de marché; mais elle n’a pas levé le petit doigt quand le camion de la charcutière s’est vu expulser dès le premier jour par des “militants”, sur le thème: pas de porc ici!

  4. autrement di oû l islam passe la France trépasse ?

  5. Dans C dans l’air d’hier soir, le philosophe musulman Abnenour Bidar a soutenu la même thèse que Thomas Legrand et a parlé plusieurs fois de ghettos. Les musulmans se posent toujours en victimes du racisme et prétendent être exclus alors que des sommes faramineuses sont versées par la politique de la ville à ces quartiers de non droit.

  6. L’islam est le problème, pas la solution, il faut en tirer les conséquences :
    Une main de fer pour contrôler l’islam et si ça ne suffit pas : éradication.
    Il n’y a aucune échappatoire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]