Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture

L’Évolution en 100 questions réponses

L’Évolution en 100 questions réponses

Dominique Tassot, ingénieur des Mines et philosophe, est l’un des auteurs français les plus stimulants sur la question de l’évolution – et, plus généralement, des rapports entre science et foi.

Dans ce livre, il synthétise les principales critiques (autant scientifiques que philosophiques) contre la théorie de l’évolution.

L’auteur précise qu’il a longtemps cru aux thèses évolutionnistes et que ce n’est donc pas une vision dogmatique qui l’a conduit à les contester.

Acheter le livre chez notre partenaire Les 4 Vérités.
Paru dans les 4 Vérités hebdo

Partager cet article

39 commentaires

  1. Bonjour,

    Je me souviens d’une discution très interessante avec un ami orthdoxe (donc creationniste) sur ce sujet. J’en avais ensuite dicuté avec différents prêtres afin de mieux comprendre la position du Vatican (evolutionniste). Geologue, jai étudié la theorie de l’evolution (et l’histoire de vision de la creation de la terre) dans mes etudes.

    Je n’ai pas lu ce livre mais il semble interessant. Cependant :

    1e les deux recits de la creation dans la Genese se contredisent et la creation est et doit rester un mystère. La manière dont l’univers a été crée importe peu, les recits, forts en symboles sont comparables aux paraboles du nouveau testament : des recits immagés et plein de symbolique dont ont doit cerner la profondeur. Ce qui compte c’est pourquoi / pour qui / pour quoi. Le comment restera toujours un mystère. Le big bang a très bien pu etre provoqué par Dieu, aucun scientifique a ma conaissance ne pretends avoir trouvé son origine, les recits de la genèse dient “Dieu crea le ciel et la Terre” ils ne disent pas comment.

    2e comme toute theorie scientifique, la theorie de l’evolution est en constante evolution. Il y a des contradictions et des incertitudes mais cela ne veut pas dire qu’il faut tout envoyer balader. Envoie on balader des therories sur pourquoi telle maladie car il reste des zones d’ombre?

    3e pour avoir lu et étudié des ouvrages (americains notamment) créationnistes, ils tiennent peu la route d’un piint de vue scientifique et manipulent les elements de preuves (fossiles etc…), le raisonnement scientifique derrière ne tiens pas. Typiquement, la seule explication sur les fossiles et leur evolution est que les espèces presentes a l’epoque ont disparu (ok) mais que si on ne retrouve aucune des espèces presentes aujoud’hui c’est juste le hasard et que si on ne retrouve pas cela ne veut pas dire que ce n’etait pas présent. Ok c’est pas parcequ’on retrouve pas que ca n’existe pas, mais quand on retrouve des milliers de fossiles et pas un seul vertebré, on peut légitiment penser que les vertebrés ne vivaient pas la. Sur un ou deux echantillons je veux bien mais sur des milliards d’un point de vue mathématique, la probabilité est quasi nulle.

    4e il y a beaucoup de methodes de datation et bizarrement si elles sont correctement utilisées les dates obtenues sont a peu près les memes. Il y a donc bien eu des epoques on on ne retrouve aucun fossile puis quelques milliards d’annees avec que des vegetaux puis des invertebrés quelques milliards d’annees plus tard, puis des vertebrés encore plus tard etc… Note : pour la datation du linceul de thurin avec le C14 il est reconnu depuis plus de 20 ans par la communaute scientifique qu’il y a eu de grosses erreurs amenant a un resultat aberrant, notamment a cause des incendies.

    5e dire que l’homme descends du singe n’est pas incompatible avec le fait qu’il est le sommet et le but ultime de la creation.

    6e Que dire des hommes préhistoriques au physique légèrement différent de nous, enterrés habillés et avec des outils? N’est ce pas une preuve irrefutable que l’homme evolue? Et si ce cela ne suffit pas que penser de l’augmentation de la taille des Hommes de generation en generation?

    Pour conclure, je ne suis pas une spécialiste du sujet, mais de tout ce que j’ai pu voir, les thèses creationnistes tiennent plus de la manipualtion de preuves que d’un raisonnement scientifique. A contrario, les thèses evolutionnistes ne sont pas incompatibles avec notre foi et c’est pour cela que l’Eglise catholique reconnait leur légitimité.

    • J’ai commencé cet ouvrage et sur le plan strictement scientifique, il montre que les théories de l’évolution ne tiennent pas debout.

      • Et il y a des milliers d’ouvrages publiés par la communauté scientifique, dont les membres se surveillent, se contrôles, se notent les uns les autres, à l’affut d’une erreur ou d’une fraude, qui montrent que le créationnisme ne tiens pas debout, et confirment une évolution des espèces sur des milions d’années.
        C’est la même communauté scientifique qui a permis le fonctionnement de nos ordinateurs, de nos smartphones, des fusées Arianne, de guérir de nombreux cancers, l’élaboration de matériaux nouveaux, et aussi malhereusement d’armes terribles, de pseudo-“vaccins” à ARN, qui négatifs qu’ils soient sont quand même des réussites technologiques autorisés par l’augmentation des connaissances et une méthode scientifique rigoureuse.

        Être créationiste de nos jours

        • Plus personne ne croit dans la théorie de l’évolution

          • Ah bon? Je connais asser peu de personnes qui n’y croient pas. Et voyez vous, outre la theorie de l’évolution, le creationnisme réfute l’idée meme que la géologie et la paléontologie aient une raison d’être.
            Savez vous que James Ussher (archevêque du 16eS) a expliqué qu’il avait eu une revelation de Jesus qui lui serait apparu et que la Terre a été créée dans la nuit du 24 octobre 4004 avant JC. La plupart des creationnistes actuels, admettent que cette date etait inventée mais restent dans cette echelle de temps. Comment expliquer donc la préhistoire qui a eu lieu avant?
            Vu que la Terre a ete créée en 7 jours, comment expliquer les gros “accidents” type tremblements de terre.
            Meme si effectivement la these evolutionniste est imparfaite et incomplète, la thèse creationniste est très minoritaire et jusqu’a preuve du contraire ne tiens que par des militants manipulateurs de preuves.

          • J’ignore ce que vous ont fait les créationnistes quand vous étiez adolescent, mais vous êtes à côté du sujet.
            On parle ici de l’évolution, cette idéologie fumeuse que personne n’a jamais pu prouver (lisez l’ouvrage indiqué), mais qui permet aux matérialistes de croire que la matière est auto-créatrice.

          • Je n’ai pas eu le temps de commander et encore moins de le lire depuis hier. Les creationnistes ne m’ont rien fait.
            Que certains evolutionistes croient que la vie s’est autogénerée est un fait que ne nie pas mais ca ne veut pas dire que toute la theorie evolutionniste est fausse dans son intégralité. Il n’y a aucun argument scientifique sur l’autogeneration de la vie : juste des hypothèses. D’ailleurs si vous demandez aux scientifiques qui croient a l’autogeneration pourquoi un etre si faible (physiquement) que l’homme à survecu ils vont beuger et dire que la science n’a pas de réponse ou que c’est du hasard (on peut a ce moment la parler le l’Esprit saint ou du mystère de Dieu non?). Ca ne veut pas dire que tout le reste est faux pour autant.
            En 2008 (sauf erreur de ma part) Benoit XVI a tenté de reintegrer le créationnisme au Vatican et il n’y est jamais parvenu, faute d’arguments et de preuves tengibles.
            Mise a part quelques “originaux” comme Tassot, les scientifiques creationnistes sont quasiment tous issues de sectes comme la scientologie (les othodoxtes avec qui j’en ai parlé preferant dire qu’il ne faut pas percer le mystère de Dieu). La scientologie etant reputée pour sa capacité de manipulation je leur accorde peu de crédit (d’autant plus que les ouvrages venant d’eux que j’ai étudié sont scientifiquement faux).
            Je pense juste qu’il faut vraiment arréter d’opposer religion et science. Refuter en bloc ma therorie de l’évolution est selon moi une grave erreur, meme si je conçois sans soucis que cette theorie est imparfaite et parfois erronée.

          • La théorie de l’évolution n’est pas imparfaite, c’est uniquement de la foutaise. La macro-évolution n’a aucune preuve à son crédit. Aucune. L’homme ne descend pas d’une singe ni d’une amibe. Et les espèces ne sont pas issues d’une seule espèce.

      • La preuve de l’évolution : la baleine n’est pas un poisson et elle a des mains (squelette).
        Comment expliquer les mitochondries autrement? les champignons plus ou moins heterotrophes?L’explosion cambrienne? Les différences entre animaux domestiques et sauvages?

        • Waouh, un croyant dans la macro-évolution ! Bon, il faudra nous expliquer où vous voyez des preuves dans vos exemples. Bon courage.

          • Belle pirouette qui élude les questions. Mais si vous le voulez bien j’attends toujours une réponse de fond, sincèrement. Bon courage à vous.

          • Les oiseaux volent, les poissons nagent donc ça prouve l’évolution. C’est pratique la science avec vous. Je vous invite à lire cet ouvrage, cela vous ouvrira l’intelligence.

    • Je confirme que les méthodes de datations différentes, bien épprouvées et confirmées, avec des résultats convergent, prouve la validité de la théorie de l’évolution, et invalident un créationnisme basé sur une création de quelques milliers d’années.
      Datations isotopiques avec des couples d’isotopes différents, vitesses de sédimentation, rapidité des mutations des ADN nucléaires ou mitochondrial, évolution du champs magnétique terrestre enregistré dans certaines roches, dendrochronologie, etc, etc…
      Tout converge pour montrer un âge de la terre de plusieurs milliards d’années, une évolution de la vie sur plusieurs centaines de millions d’années.
      Saint Augustin d’Hypône disait à propos de la théorie héliocentriste, envisagée, mais avec des hypothèses fausses, par les grecs de sont temps, que de telles questions sont peut être intéressantes, mais qu’elles ne sont pas du ressort d’un évêque, lequel n’a pas à se soucier de comment fonctionne la mécanique céleste mais de comment sauver les âmes.
      Le temps de Dieu n’est pas le nôtre. donc l’âge de la Création n’est pas une question de foi. Dieu fait ce qu’il trouve bon en établissant les lois qui régissent la matière et l’énergie de notre univers.
      Par contre, il nous a doté de capacité intelectuelles pour lire la création.
      La méthode scientifique est justement conçue pour observer et déduire ce que nous enseigne la réalité qu’elle nous plaise ou non.

      • Vous faites :
        http://andre.gagnoud.free.fr/BIBLIOGRAPHIES/
        Puis cliquer sur « La bible face à la science » bibliographie, puis chercher les liens correspondant à Daniel Pignard et vous aurez 6 liens qui vous expliquent le mécanisme qui a provoqué le déluge et la dérive des continents, et donc que le créationnisme tient parfaitement la route.
        « Recherche sur le déluge et la dérive des continents »
        « Quand Dieu cogne avec sa graine »
        « Tsunami Indonésie »
        « Romain la Roche »
        « Arche de Noé »
        « 360 jours passe à 365 jours »

        • Parcouru avec intérêt.

          Mais c’est tellement à l’encontre de tout ce qui est généralement considéré qu’évidemment les questions abondent, même pour le non-spécialiste que je suis.

          Si vous datez la Création à environ 4000 av J-C, où est-ce que vous placez dans le temps la grotte de Lascaux par exemple, et tout ce qui constitue la Préhistoire d’autre part? Avec notamment les diverses étapes d’inventions techniques : pierre taillée, pierre polie, diverses cultures etc..

          De même pour la dérive des continents, pourquoi penser que la vitesse ancienne et actuelle de dérive soit si différente? Et que pensez-vous des théories proposant plusieurs épisodes de continent unique puis dislocation (“cycles de Wilson”)

          Et pour revenir au sujet de l’histoire de la vie, si vous retenez le Déluge, je suppose que vous n’en retenez qu’une occurrence, et alors comment interprétez-vous les multiples épisodes d’extinction massive généralement admis (https://fr.wikipedia.org/wiki/Extinction_massive)

          • « où est-ce que vous placez dans le temps la grotte de Lascaux par exemple, et tout ce qui constitue la Préhistoire d’autre part? »

            La préhistoire se situe avant le déluge.
            La grotte de Lascaux se situe peut-être avant le déluge sans en être certain.
            Pierre taillée, pierre polie, diverses cultures etc.. se situent après le déluge et après la dispersion des peuples et des langues.

            « De même pour la dérive des continents, pourquoi penser que la vitesse ancienne et actuelle de dérive soit si différente? »

            Des preuves d’une dérive des continents rapide sont dans la forme des rides longitudinales et transversales à la dorsale qui suggère un déplacement rapide. D’autre part des relevés ont montré cela «Cooling basalt records fast reversals …Fast reversals, fast cooling, fast spreading» (R.S. Coe, M. Prevot and P. Camps, “New evidence for extraordinarily rapid change of the geomagnetic field during a reversal” Nature 374:687_692, April 20, 1995)

            « Et que pensez-vous des théories proposant plusieurs épisodes de continent unique puis dislocation (“cycles de Wilson”) ? »

            Mes explications sur le mécanisme de la dérive des continents répondent à votre question.

            « comment interprétez-vous les multiples épisodes d’extinction massive généralement admis »

            La bible ne nous informe que d’une extinction massive qui est le déluge, or le déluge, les historiens officiels refusent d’en parler et les guides des grottes préhistoriques ont interdiction d’en parler.

      • Je me demande bien qui vous êtes pour confirmer ces méthodes de datations toutes plus fumeuses les unes que les autres basées sur des postulats reconnus faux et pour lesquelles ont applique toutes sortes de correctifs tous plus fumeux les uns que les autres.

        Cela fait de années que l’on entend toujours les mêmes nous servir les même balivernes.

        Toutes les lois de la génétique s’opposent à l’évolution. Sans exception.
        Et la génétique n’a rien de fumeux.

      • Voici une interview de Mme M-C van Oosterwyck-Gastuche sur LE CARBONE 14 FACE AU LINCEUL DE TURIN
        http://crombette.altervista.org/fr_c14.htm

        Le carottage des glaces est très mal interprété.
        Ils aiment vous berner les scientifiques et vous en redemandez.
        Les scientifiques sur l’Antarctique annoncent 3270 m de glace = 800 000 ans (Est Rép 15 mai 2008), soit 1 m = 245 ans. Sauf que sur le Groenland, un avion chasseur P-38 a été retrouvé à 75 m sous la glace après seulement 46 ans.
        Donc très grossièrement, 3270 m dans l’Antarctique = 3270/75*46 = 2005,6 ans. A comparer aux calculs des scientifiques officiels qui trouvent 800 000 ans sans avoir vérifié comment se formaient les strates. De bien piètres scientifiques en vérité puisqu’ils ne vérifient pas leurs hypothèses pourtant facilement vérifiables, l’histoire du P-38 en est la preuve.
        http://p38assn.org/glacier-girl-recovery.htm
        Les datations sont en fait très fantaisistes
        http://pleinsfeux.org/antarctique/#.U6AX3ii0OJs
        Les études de carottes de glace du « Global Invasive Species Programme », de Camp David, de Vostok et de tous les autres, s’appuient sur le paradigme qu’une couche équivaut à une année. Toutes les analyses isotopiques et chimiques assument cette délimitation fondamentale. La citation révélatrice vient de l’organisateur de l’expédition, « Richard Epps ». Il déclare singulièrement, « Qui vous a dit qu’une couche équivalait à une année ? Nous avons creusé à travers cinquante ans de temps et avons trouvé des milliers de couches dans 250 pieds ».

    • On peut utiliser le même argument de manipulation à l’égard des évolutionnistes, surtout quand on sait le nombre de mensonges et de dissimulations auxquels ils ont eu recours pour accréditer et maintenir cette thèse, qui au départ n’était qu’une fiction (“fake news” dirait-on aujourd’hui) diffusée par Conan Dyle pour faire connaître son ami Darwin. Les ennemis de Dieu et de la chrétienté, nommément les francs-maçons, s’en sont ensuite saisis, trouvant l’occasion trop belle. Pourtant, les sous-sols des facultés et centres de recherche regorgent de fossiles cachés au public qui pourraient largement démonter cette thèse. Ensuite, quand on retrouve vivants des animaux qu’on pensait disparus, ou plutôt “évolués”, le discours s’infléchit pour essayer de tordre dans tous les sens la réalité.
      Sur un même plan, les mêmes ennemis de la foi veulent faire passer pour un roman les récits de l’Ancien Testament. Le problème est que l’archéologie apporte chaque jour un démenti cinglant à cette thèse, mais ils n’en font pas état. Ainsi, on a retrouvé des traces de Ninive, de Sodome et de Gomorrhe, qui prouvent que ces cités ont bien existé et qu’elles ont subi les affres décrites dans la Bible.
      Pour en revenir à notre sujet, comment expliquer que certaines espèces aient évolué et d’autres pas ? N’est-ce pas tout simplement une affaire de disparition d’espèces, comme il s’en produit par milliers aujourd’hui, du fait de la modification du climat et de la destruction progressive de leur habitat ? Lorsque les baleines auront toutes disparu du fait de la surpêche, pensez-vous que nos descendants diront qu’elles ont évolué ? Et que dire des grands cataclysmes qui ont émaillé l’histoire de notre planète ?
      Pour moi, cette thèse de l’évolution ne résiste pas à un examen honnête et approfondi, et particulièrement au plan scientifique. Ainsi, il n’existe pas un seul biologiste sérieux, compétent et honnête qui puisse aujourd’hui valider cette thèse, après avoir observé de près la complexité incroyable du vivant à l’échelle cellulaire, qui indique manifestement la présence d’un concepteur et d’un chef d’orchestre.
      Alors de grâce, ne vous faites pas les complices des ennemis de Dieu et de la foi par candeur et excès de naïveté, ce sont les mêmes qui sont à la manœuvre pour tenter de détruire l’être humain en tant que créature de Dieu en détruisant sa nature, sa lignée, sa beauté et sa finalité par toutes sortes de lois scélérates et monstrueuses.
      Je n’ai pas encore lu ce livre, mais il existe des centaines d’autres publications sérieuses qui concourent aux mêmes conclusions.
      Que Dieu nous protège.

  2. La thèse de Darwin porte le titre de “L’origine des espèces”. J’en recommande la lecture, simplement pour observer la mise en œuvre d’une imposture qui dure encore, parce qu’elle arrange beaucoup de monde.
    La première partie est très convaincante: elle montre les mécanismes de l’évolution au sein d’une espèce (“bizets” ou pigeons, races de chevaux…)
    La seconde est à lire avec esprit critique: le raisonnement, auparavant lumineux, devient confus, brumeux, et le lecteur finit par capituler en se disant que l’auteur très intelligent doit avoir raison mais que c’est lui, lecteur, qui ne comprend pas… Grave erreur, renouvelée en 1994 avec Andrew Wiles et le théorème de Fermat: les pairs on finit par accepter la démonstration, très compliquée, tous sauf un: il a repris une à une les étapes et pointé une erreur. AW a fini par trouver la preuve manquante par une autre méthode mais cette épisode est instructif quant à l’acceptation des erreurs célèbres, simple paresse humaine.
    Pour finir avec Darwin, alors qu’il disait, pour faire court, “entre les espèces c’est pareil” (ce qui imposait le fameux “chainon manquant” qui manquera toujours), sa théorie s’est fracassée sur l’ADN.

    • L’ADN et sa capacité à muter, à changer, à cause des radiations, des agressions chimiques, des virus, est au contraire une mise en évidence de la possibilité de l’évolution des espèces.

      • Non, car bien qu’il mute, l’ADN n’évolue pas, ni ne change du tout au tout. Il n’y a aucun saut d’espèce, aucune évolution majeure qui a pu être constaté, juste de très légères mutations, souvent régressives. Votre affirmation n’ajoute aucun élément en faveur de l’évolutionnisme.

  3. Il est clair que l’approche de Darwin est paradoxalement plus politique et philosophique que scientifique…

  4. La distinction entre micro évolution (variations minimes à l’intérieur d’une espèce, ne modifiant pas les principales fonctions, les organes, souvent réversibles, …) et la supposée macro-évolution (apparition de plusieurs organes et fonctions nouvelles et cohérentes entre elles, créant une nouvelle espèce ou nouveau règne) est essentielle pour appréhender la question.
    La micro évolution ne pose aucun problème scientifique (elle en résoud même).
    La macro évolution :
    1) n’a jamais été prouvée ni expliquée;
    2) fait intervenir le hasard, discipline mathématique donc obéissant à des lois rigoureuses, comme mécanisme indispensable (théorie synthétique de l’évolution). Or il a été prouvée que ce hasard est (mathématiquement) impossible pour expliquer les éventuelle mutations entre espèces, et plus encore entre règnes.
    Pour passer d’une espèce à l’autre, voire d’un règne à l’autre, avec des fonctions nouvelles ou complètement différentes, des organes nouveaux ou fonctionnellement différents , il faut des mutations favorables SIMULTANEES de plusieurs centaines voire milliers de gènes, commandant, ces fonctions nouvelles, et de cela manière coordonnée, et adaptée à l’environnement …, Et pour les espèces sexuées, les mêmes mutations chez un mâle et une femelle proche géographiquement, et à la même génération!
    Les lois du hasard appliquées à la biologie moléculaire montrent que c’est absolument IMPOSSIBLE (probabilité de l’ordre de 10 puissance 200, bien au delà du seuil d’impossibilité mathématique défini par Borel).
    Et cela se serait reproduit des millions de fois …
    Lire à ce sujet : “Hasard et certitude”, de Georges SALET, en particulier sa troisième partie.
    Et également, sur le plan plus biologique, certains chapitres de “l’Evolution, une théorie en crise”, (“combler les intervalles”) de Michaël Denton, l’ouvrage est ancien, mais toujours intéressant pour se poser les questions de fond.
    Par exemple le passage des reptiles aux oiseaux …
    L’épigénétique apporte un éclairage nouveau intéressant, et conforte l’impossibilité du hasard comme explication.
    Pour des raisons donc scientifiques (et non religieuses), la théorie de l’évolution faisant intervenir le hasard comme explication indispensable est une impossibilité scientifique.
    Mais pour des raisons idéologiques, (besoin de détruire la possibilité d’une Création ex nihilo), elle a été imposée, est devenu un dogme intouchable, à l’instar d’une religion, et il est interdit aux scientifiques de la remettre en cause, sous peine de voir leur carrière irrémédiablement détruite.

    Si la macro évolution existe, il serait nécessaire de trouver une autre explication que le hasard pour expliquer les milliards de mutations coordonnés dans un seul organisme en une seule fois, et adaptées à leur environnement…
    Il faudrait par exemple imaginer que ces mutations favorable et coordonnées, aient été inscrites dès le départ dans le premier génome de la première cellule, pour pouvoir s’exprimer au cours des générations??? (ce serait le retour à une forme de vitalisme !? )

    Dans l’état actuel de la vraie science, (libérée des énormes contraintes idéologiques ), il n’y a pas la moindre hypothèse sérieuse qui permettrait d’expliquer les macromutations. Celles ci ne sont donc qu’une vue de l’esprit.

    • D’accord sur l’imptobabilite, mais si justement on replace le “hasard” par le Saint Esprit, toute la theorie tiens la route…. De meme pour l’homme vulnérable qui survit en milieu hostile (d’un point de vue purement physique, le corps de l’homme peut sembler une regression du corps d’un singe car il est un néogène : pour faire simple un corps d’enfant chez un adulte).
      Actuellement on se rends compte aussi qu’on ne connait rien de l’epigénetique et de la capacité de l’ADN a intégrer une infirmation venue de l’exterieur via l’ARN. On se rends compte aussi des soucis de consanguinité et donc du besoin de “métissage” entre des populations qui ont subi des microévolutions différentes. Ce ne sont biensur pas des preuves mais des pistes pouvant expliquer en partie les marcoévolutions.
      Ce que l’hypothèse creationniste qui parle juste de l’extinction n’explique pas c’est l’improbabilite de ne pas retrouver des types entiers de fossiles (vetebrés…) a certaines epoques la seule explication serait alors que de nouvelles espèces apparaissent (comment?). C’est sur ce point que le créationnisme tel qu’il est décrit actuellement ne tiens pas du tout non plus.
      La Vérité se situe donc probablement entre les deux.

      • Remplacer le hasard par l’Esprit Saint pour expliquer les macro évolutions?
        Pourquoi pas dans l’absolu, Dieu étant maître de ses décisions même si nous ne les comprenons pas.
        Donc ce n’est plus le hasard. Mais alors on sort du cadre de la science …

        Concernant la vulnérabilité de l’homme, c’est tout à fait exact qu’il est l’animal de loin le plus vulnérable et celui qui met le plus de temps (plus d’une dizaine d’années au minimum) à être indépendant de ses parents pour survivre, vivre et se reproduire.
        Cette vulnérabilité est compensée par la société qu’il construit, l’éducation (pas nationale!), son “intelligence”, sa spiritualité, lui permettant de s’adapter aux différents environnements plus ou moins hostiles, voire de créer un environnement artificiel.
        Paradoxe : l’animal le plus fragile par son corps biologique, et celui qui arrive le plus à contrôler son environnement et toutes les autres espèces.

        Quelques “avantages” biologiques qui permettent cette compensation :
        – un cerveau extrêmement complexe, avec un réseau cablé beaucoup plus précis que les autres animaux.
        – une vraie station debout, avec bascule du bassin, gros doigt de pied non opposable (contrairement aux singes) permettant un meilleur équilibre, …, et une meilleure irrigation du cerveau,
        – un pouce du membre antérieur opposable aux autres doigts (idem aux singes là ), lui permettant de manier les outils, et d’en créer grâce à son cerveau, de les améliorer grâce au langage, …
        – la position du cou, permettant de libérer le larynx et lui donnant la possibilité de moduler, avec la langue, des sons d’une très grande finesse (avec le système auditif capable de les reconnaître), et qui vont permettre la vie en société;
        etc …
        C’est la résultante de ces diverses spécificités biologiques (toutes ne sont pas citées) qui permettent à l’homme de vivre, se développer, croître, construire des sociétés, malgré son énorme handicap de départ.
        Elles sont en parfaite coordination les unes avec les autres et d’une complexité effarante, on n’a pas tout découvert encore, très loin de là!
        Chaque espèce vivante, chaque fonction et organe, chaque cellule est une merveille de complexité, de coordination et de cohérence, et l’homme en particulier encore plus !

        Expliquer cette fantastique complexité par le hasard, est la tentative désespérée des matérialistes, contraire à l’intelligence et à la vraie science, et qui ne peut donc s’imposer que par une pression intellectuelle permanente, interdisant de fait la libre réflexion.

        Sur la fixité des espèces (du moins entre les éventuelles macro-évolutions,…), un livre récent intéressant d’Olivier Nguyen : “Stabilité des espèces” .

        • Une question que je me pose depuis des années. Les généticiens nous disent que l’ancêtre commun des grands singes et de l’homme avait 48 chromosomes. Les hominidés en ont 46.
          Il y aurait eu fusion d’une paire de chromosome. A priori, pour que des individus soient interféconds, il faut qu’ils aient le même nombre de chromosomes.
          Cela signifie que dans le groupe d’ancêtres à 48 chromosomes, plusieurs ont muté en même temps et les “mutants” se sont reproduits ?
          Existe-t-il une réponse scientifique à cette question ?
          Je commande le bouquin maintenant.
          L’évolution est extrêmement complexe …

  5. La microévolution peut s’expliquer par le simple hasard, mais ce simple hasard est plus difficile à justifier pour la macroévolution. Tandis que Darwin se contente du hasard seul, le co-découvreur de l’Evolution, Wallace, en appelle en plus à un élément spirituel (the unseen Universe of Spirit) pour expliquer la survenue de certains événements très exceptionnels. Dans un livre récent (Legras & Oth : Science et Foi, des rapprochements ? Editions Pierre Tequi, 2021) nous confrontons le hasard seul vs hasard plus « quelque chose » comme une Conscience (Dieu selon nous) qui aurait guidé, depuis le passé lointain mais encore à notre époque (« miracles ») des événements dont la probabilité de survenue est statistiquement proche de zéro. Pour cela nous nous appuyons sur le fait que notre petite conscience humaine semble capable d’agir (très modestement) sur le monde matériel, tel que le montrent de plusieurs récentes expériences. Un manuscrit sous presse fait état de ces expériences et conclut « En bref, l’Esprit peut avoir eu, et a encore, un rôle dans l’évolution du Monde » (Kauffman & Radin « Is Brain-Mind Quantum ? A theoretical proposal with supporting evidence » (2021, sur Google).

  6. Le ptérodactyle vole-t-il encore ?

    Le ptérodactyle, c’est un oiseau préhistorique sans plumes mais avec des ailes formées de membranes comme une énorme chauve-souris de 12 à 18 mètres d’envergure. Il est classé évidemment dans les dinosaures qui ont disparus il y a 65 millions d’années.

    Or nous possédions de nombreuses photographies de cet oiseau visibles sur internet principalement trouvés ou tués par des mineurs ou des chasseurs :
    https://youtu.be/cryq1SPbp6k
    Mais nous n’avions pas de vidéo de cet animal en vol sauf une prise au débotté et très floue et donc peu probante.

    Récemment, Une vidéo de cet animal vu dans le ciel de l’Idaho dans les Rocheuses nous a fait avancer sur la question : https://youtu.be/YreRe_vkTp4

    Le vol majestueux et non saccadé élimine à mon avis un vol mécanique.
    A noter le retournement cul par-dessus tête pour regarder en arrière, ce qu’aucun film fantastique ne montre à ma connaissance.

    Premièrement, il s’agit d’un animal sans plumes mais avec des ailes de peau, donc le vent inversé sur les ailes ne rebrousse pas les plumes.

    Deuxièmement, la trajectoire a été abaissée lors du retournement puisque sur le ralenti on voit nettement que l’oiseau descend en bas de l’image alors qu’il était correctement centré juste avant ce retournement.

    Troisièmement, la forme de l’aile n’est pas celle des oiseaux ordinaires et il se pourrait donc bien que ce retournement soit possible sans trop heurter la trajectoire.

    Quatrièmement, pourquoi un faussaire aurait inventé un retournement impossible de cet oiseau alors qu’il veut faire croire que c’est crédible ?

    Cinquièmement, un ami m’a écrit ceci : « J’ai trouvé la vidéo du ptérodactyle et je l’ai chargée dans mon logiciel de traitement vidéo. Sans parler du mouvement de bascule original (tout à fait improbable s’il s’était agit d’un truquage), sur le plan de l’analyse d’image, l’animal présente les mêmes aberrations chromatique, la même colorimétrie et d’effet de renforcement de netteté que le reste de l’image. Le défaut de mise au point à la première seconde est lui aussi conforme au comportement d’un appareil qui refait son focus juste après un zoom. La vidéo me paraît authentique. Merci pour cette info. »

    Au-dessous de cette vidéo apparaissent des commentaires et en descendant très bas, l’un d’eux est très intéressant :
    Traduction :
    – en 2008, au coin sud-est de North table mountain à Golden dans le Colorado, j’ai vu une créature très similaire chevaucher le bord de tête d’un orage qui sortait du Clear Creek Canyon (à l’ouest de Denver South Platte River). Il a essayé d’attraper un Urubu en plein ciel, le ratant à peine le long de L’escarpement de Mesa. Le vautour-dinde avait une envergure de 4-6 pieds (1 à 1,5 m), tandis que le thunderbird avait une envergure de 48-72 pieds (12 à 18 m). Fondamentalement, la chose avait quatre sections équidistantes (deux par aile) chaque section étant trois fois l’envergure de vautour. La tête et les jambes étaient identiques, tout comme la structure de l’aile (comme un 2×10, pas une aile triangulaire reliée au corps de la coque). Il y avait aussi des lignes électriques et une tour juste derrière le thunderbird. La chose était immense. Ils ne volent pas, ils glissent et c’est pourquoi ils ont des jambes qui peuvent leur faire monter une Mésa pour sauter. Le film de L’Idaho montre aussi que la chose peut glisser à l’envers. Il est réel. J’ai appelé la Division de la faune du Colorado. L’officier Kyle Banks est venu pour enquêter ou pour minimiser la possibilité d’un thunderbird, mais ils savent. D’abord la vérité est bafouée. Ensuite, il est refusé. Ensuite, c’est évident. Je l’ai vu en plein jour planer à une centaine de miles par heure après qu’il ait essayé d’attraper un autre oiseau dans les airs, la vérité pour moi est évidente. kirk out

    A noter que ce témoin a vu ce thunderbird près de Denver dans le Colorado, lequel est proche de l’Idaho.

    Deux autres personnes ont fait ces commentaires :
    Traduction :
    -Le demi-retournement qu’il a exécuté apporte une authenticité immédiate étrange à la vidéo. Pourquoi? Parce que c’est très étrange, même L’équipe de Spielberg manquerait ce détail. Aussi simple que cela paraisse, la plupart des représentations de ces ptérosaures/ptérodactyles volants ne le montreraient jamais comme volant de cette façon. Ce mouvement de la tête semble très naturel d’une créature vivante. Peuvent-elles être à l’origine de légendes amérindiennes sur le thunderbird?

    -La chose qui semble si authentique dans cette vidéo d’un Ptérodactyle. C’est quand il se penche en arrière pour regarder derrière! Je ne peux pas imaginer que quelqu’un fasse une fausse vidéo et rêve d’un geste aussi gracieux. Elle me paraît être vraie! Bien sûr, cette vidéo va envoyer les ennemis de Dieu dans une frénésie de déni. Et ça m’a fait prendre conscience. Ce type de ptérodactyle ne pouvait pas tourner sa direction, (gouvernail) tête sur le côté pour regarder derrière! Alors maintenant la science sait, comment le ptérodactyle regarde en arrière!

    Ma conclusion est donc que la vidéo est bien authentique et que ce thunderbird est encore bien vivant entre le Colorado et l’Idaho.

    Tenez, Cette mystérieuse créature ailée a été filmée en Chine par un individu, près de la frontière avec le Laos. Le cameraman a tout d’abord cru que c’était un oiseau mais en zoomant on voit clairement que c’est un ptérodactyle ou quelque chose de la sorte. Quelle est cette mystérieuse créature donc?
    https://www.youtube.com/watch?v=bTeL8zZjNSA

    Ornithomimosaure filmé il y a 30 ans :
    https://youtu.be/t2FS9h1F1cI

    Mammouth en vidéo
    https://youtu.be/S7pdAFGDT6I?list=PLldkzme1C8rSrFI8ZjLGC3v1olSOQ6t_N

    Commentaire en dessous : « Cela a peut-être été fait en 1948, ou pas, par un soldat allemand ou pas, mais c’est sans importance. CGI ce n’est PAS le cas, parce que si vous regardez même les meilleurs dessins animés, le mouvement des animaux est si doux et artificiel qu’il est évident qu’ils ne sont pas réels, et vous devenez nerveux en les regardant après un certain temps parce qu’ils semblent si peu naturels. Celui-ci, en revanche, a des mouvements complètement naturels, comme le ferait un éléphant, interagit normalement avec l’environnement (derrière des arbustes, en laissant des traces, etc.) Vous ne trouverez pas une seule vidéo CGI qui soit aussi naturelle.

    Et oui, il pourrait être perdu en Sibérie, c’est 5 millions de kilomètres carrés, et -30 degrés, et les humains n’habitent qu’environ 0,001% de ce territoire. Il y a beaucoup d’animaux auxquels la biologie moderne ne croit pas, mais dont les habitants savent qu’ils sont là et avec lesquels ils interagissent quotidiennement. Le fait que les animaux soient rares et que les Européens ne les aient pas vus ne signifie pas qu’ils n’existent pas, et le dire ne fait que souligner à quel point nous pensons être supérieurs aux autres peuples. »

  7. Un grand ‘Merci’ au SB d’avoir rendu cette discussion possible – au-delà des empoignades inévitables: c’est bien ce que pointait GK Chesterton en réponse aux anglicans qui accusaient les catholiques d’être moutonniers, incapables d’indépendance intellectuelle (‘Du courage et de l’indépendance’, in “Pourquoi je suis catholique”).
    En laissant de côté l’anecdotique (aussi passionnant soit-il) et le caricatural (simple projection d’une mauvaise foi personnelle), on peut retenir deux éléments:
    – les micro-évolutions (au sein d’une espèce) ont bien été mises en évidence par l’observation; elles résultent essentiellement d’une adaptation (stupéfiante au passage) aux modifications des conditions extérieures. La thèse de l’accident “miraculeux” ne tient guère la route, à la fois par sa probabilité infinitésimale, et par sa disparition rapide faute d’effectifs suffisants.
    – le “créationnisme” au sens restrictif où l’entendaient certains de nos prédécesseurs (lecture littérale, ‘journalistique’ d’une bible qui parle d’autre chose), avec un univers né il y a 4.000 ans (en gros) et ‘tout fait’, est devenu impossible à défendre.
    – les macro-évolutions (passage d’une espèce à une autre, nouvelle) n’ont jamais été prouvées, surtout pas par Darwin, il suffit de le lire, ni confirmées en rien depuis qu’on en parle. A titre de comparaison la théorie de Wegener (dérive des continents) a été mise en évidence une cinquantaine d’années plus tard; celle de la relativité a pris un peu plus de temps, celle de Georges Lemaître (expansion de l’univers) un peu moins – au grand dépit de Fred Hoyle.
    Georges Lemaître (prêtre catholique) a permis justement de dater l’univers, ainsi que le système solaire; les différentes “ères” terrestres en sont la traduction: il semble peu pertinent de les remettre en cause.
    Reste qu’on ne sait pas le “comment” de l’évolution qu’on observe dans les traces du passé. Il n’est pas interdit d’y trouver l’influence discrète du Créateur; mais comme Il fait tout pour éviter de s’imposer (respect de la liberté de l’homme…), je pense qu’on attendra en vain une preuve définitive de ce qui reste un acte de foi.

    • Moïse, inspiré par Dieu, insiste plusieurs fois au début du livre de la Génèse, sur le fait que chaque créature est créée selon son espèce. Contrairement à ce que vous dites, Dieu, à propos de la création des espèces, n’hésite pas à s’imposer.

    • « mais comme Il fait tout pour éviter de s’imposer (respect de la liberté de l’homme…) »

      Non, il n’évite pas de s’imposer, bien au contraire :
      « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu’un des morts ressusciterait. » (Luc 16 :31)
      Ces paroles veulent dire que la Genèse donnée par Moïse doit être écoutée et crue y compris ce qui est scientifique et historique.

  8. Je ne suis pas convaincu par tous ces débats. Peut-être la synthèse de D. Tassot apporte des lumières importantes, je le souhaite. Cela fait des années qu’il travaille le sujet. Il faudra alors reprendre le débat, après s’être enrichi de ce nouvel apport ?

    Il me semble qu’il faudrait établir des fondements sérieux sur la causalité des réalités en philosophie et en théologie. Et notamment réfléchir sur la science, plus précisément de savoir ce qu’on appelle aujourd’hui la science ?!?

    Si l’on n’a pas au préalable d’idée bien établie sur la causalité (divine et humaine), on peut accumuler des connaissances sur ce sujet complexe de ‘l’évolution’, mais on brasse du vent ou on dit des sottises cf entre autre AFumey du 23/6 à 16h31 son dernier §. Et notamment cela permettrait d’éviter de confondre des faits (vérifiés ou pas) et des théories (plus ou moins explicatives…) et de les confronter abusivement avec les certitudes philosophiques et théologiques…

    Et de bien commencer par savoir que cette opposition entre créationistes et évolutionistes est une invention stupide et créée contre l’Eglise.

    Il y a beaucoup à apprendre à revenir aux textes de st Thomas (Création et Gouvernement du monde…). Et ne pas aller voir les tordus comme Dumouch…

    • Étudiez la génétique et vous verrez que tout est limpide, à l’exception de l’attitude des généticiens vis à vis de ces questions. Sans doute la peur d’affronter l’obscurantisme.

    • Il existe diverses théories évolutionnistes.
      Mais l’évolutionnisme qui affirme que l’homme est le résultat de mutations aléatoires innombrables est l’antithèse du créationnisme (peu importe l’âge que celui-ci attribue à la terre – on peut être créationniste en lui attribuant un âge se comptant en milliers d’années ou en myriades d’années).
      Cet évolutionnisme nécessite en effet d’innombrables destructions d’êtres vivants.
      Or Dieu qui est pure Bonté n’a pu que créer un monde exempt de tout mal.

  9. En Genèse 9, (12,13,14) L’auteur, les auteurs ou l’Auteur du texte dit :

    “J’établis, mon alliance avec vous : aucune chair ne sera plus détruite par les eaux du
    déluge, et il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. ”
    ^Et Dieu dit : “Voici le signe de I’alliance que je mets entre moi et vous et tous les
    êtres vivants qui sont avec vous, pour toutes les générations à venir. J’ai mis mon arc dans la nuée, et il deviendra signe d’alliance entre moi et la terre. 0uand j’assemblerai des nuées au-dessus de la terre et que l’arc apparaitra dans la nue, je me souviendrai de I’alliance qui existe entre moi et vous et tout être vivant, quelle que soit son espèce, et les eaux ne deviendront plus un déluge détruisant toute chair.”

    La version scientifique actuelle de l’histoire de la terre fait état d’une atmosphère saturée d’eaux à une époque (très ?) éloignée, eau qui serait par la suite venue grossir les eaux de surface de quelques dizaines de mètres … Cela est corroborée par l’étude des fonds marins près de côtes qui montrent un étage à -40 m environ sur la plupart des côtes (cas de la grotte Cosquer aujourd’hui à – 37m sous le niveau de la mer).
    Dans une telle atmosphère, le phénomène optique de l’arc en ciel ne peut exister.
    Par contre après que les eaux soient tombés, et dans la situation actuelle, ce phénomène est possible.
    Ce qui est curieux, c’est que l’auteur, ou l’Auteur, de ce texte fait état de cette connaissance :
    il sait qu’avant le déluge (que l’on y croit ou pas), l’arc en ciel ne pouvait exister …!
    Or ce texte de la Genèse est supposé être écrit vers 2000 ans av J-C …
    De même un déluge sur l’ensemble de la planète est devenue impossible puisque les eaux en excès sont tombées, et la promesse de Dieu : “il n’y aura plus jamais de déluge” ….

    Comment un humain de cette époque, non connaisseur de ces phénomènes scientifiques, pouvait-il deviner qu’avant un déluge, il ne pouvait y avoir d’arc en ciel …?

    Sauf si cet auteur, ou des ascendants assez proches pour avoir permis la transmission orale, ont connu l’époque avant le déluge, et l’époque après, hypothèse finalement la plus raisonnable.

    • Il y a eu deux phénomènes optiques qui ont changé après le déluge :
      1)L’arc-en-ciel est apparu.
      2)Il y a eu désormais le jour et la nuit.
      Ces deux phénomènes optiques peuvent être expliqués si l’indice de réfraction entre l’eau et l’air avait fortement changé.
      L’indice de réfraction air-eau n_air/n_eau aurait été de 2 ou plus avant le déluge au lieu de 4/3, ce qui empêche l’arc-en-ciel d’être visible puisque dans ce cas, son angle de vue est de 0° maximum, donc invisible.
      Cet indice de réfraction élevé avant le déluge permet aussi à la lumière arrivant sur l’atmosphère de la terre de se courber beaucoup plus et ainsi d’atteindre la face de la terre cachée actuellement à la lumière du soleil.

  10. On peut imaginer que les deux théories se complètent ?
    Par exemple : chaque être possède dès sa création son essence qui n’évoluera pas. Mais cette essence ne se dévoile que peu à peu et non pas du fait de l’environnement qui l’amène à s’adapter. Mais parce que le dessein du Créateur est que son essence se dévoile à un moment donné et par étapes. En fait cela revient à dire que tout évolue en même temps: la matière inerte, les organismes par le geste perpétuel du Créateur. Ce geste du Créateur pouvant se manifester par une évolution lente et quasiment imperceptible comme la dérive des continents. Mais à certains moments ce “geste créateur” peut engendrer des “sauts d’évolution” et des changements brutaux comme le fut le big bang où la fin des dinosaures. La bible d’ailleurs présente cette longue progression de l’éducation du peuple et puis il y a des moments de rupture : le départ du paradis terrestre, le déluge, l’exil à Babylone etc…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services