Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

L’euthanasie par Rivotril

L’euthanasie par Rivotril

Comme une suite à cet article (qui a suscité de nombreuses réactions), un reportage de France 3 dénonce l’euthanasie par Rivotril :

Partager cet article

6 commentaires

  1. Je n’entends pas dire que ces médicaments sont déconseillés en cas de problèmes respiratoires !
    C’est pourtant une circonstance particulièrement aggravante.

    L’orientation salvatrice en Réa est abusivement refusée alors même que TOUTES les Réanimation des cliniques privées sont vides ! Deuxième circonstance particulièrement aggravante !

    On étouffe les patients avec un masque TOTALEMENT INUTILE et en le SACHANT pertinemment
    Troisième circonstance particulièrement aggravante !

    Contre-indications du médicament RIVOTRIL
    Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
    – insuffisance respiratoire grave,
    – syndrome d’apnée du sommeil,
    https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-mrivot01-RIVOTRIL.html

    Respiration : le clonazépam pourrait provoquer un arrêt respiratoire. Cet effet sur la respiration pourrait être plus marqué pour les personnes atteintes de problèmes respiratoires ou de lésions cérébrales, ou pour celles qui utilisent d’autres médicaments qui ont un effet suppresseur sur le centre respiratoire (par ex. la codéine, la morphine). En cas de problèmes respiratoires graves, discutez les risques et les bienfaits de la prise de ce médicament avec votre médecin.
    https://ressourcessante.salutbonjour.ca/drug/getdrug/rivotril

    Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales : dépression respiratoire (voir rubrique Mises en garde et précautions d’emploi).
    INSUFFISANT RESPIRATOIRE
    Chez l’insuffisant respiratoire, il convient de prendre en compte l’effet dépresseur des benzodiazépines et apparentés (d’autant que l’anxiété et l’agitation peuvent constituer des signes d’appel d’une décompensation de la fonction respiratoire qui justifie le passage en unité de soins intensifs).
    https://www.doctissimo.fr/medicament-RIVOTRIL.htm

    Ne prenez jamais Rivotril 2 mg, comprimé quadrisécable :
    · Si vous avez une insuffisance respiratoire grave (maladie grave des poumons).
    · Si vous avez un syndrome d’apnée du sommeil (pauses respiratoires pendant le sommeil).
    http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/affichageDoc.php?specid=68429141&typedoc=N

  2. micron est un nazi et sa clique de bras cassés idem . A quand un Nuremberg pour juger ces assassins?

  3. Le fond du problème est moins le produit que le nouveau protocole qui lui a été adjoint. Partons de ce fameux article 51 du décret 2020-1310 du 29 octobre 2020 (copié du décret du 28 mars 2020) :
    1. Il facilite l’usage en EHPAD du sédatif “Rivotril” remboursé à 100%. Mais surtout :
    2. Il préconise des “protocoles exceptionnels et transitoires”, notamment ceux de la SFAP (société française d’accompagnement et de soins palliatifs).
    Or, dans le cadre de la crise Covid, le protocole appliqué est celui imposé par les ARS (en mars 2020) qui ouvre la possibilité de “sédation” hors hôpital, après un simple appel téléphonique de validation auprès du Samu ! Voyons celui de l’ARS Île-de-France, document détaillé qu’on trouve en cherchant sur internet : ‘Décision d’admission des patients en unités de réanimation et unités de soins critiques dans un contexte d’épidémie à Covid-19’. Télécharger la version PDF de 8 pages, avec en en-tête le logo de cette ARS.
    Lorsqu’on rapproche le bas de la page 4 et le paragraphe 3.a. de la page 6, on a une situation de “non-admission en soins critiques” qui peut se décider AVANT même l’entrée dans une structure de soins médicaux et A DISTANCE (au téléphone avec le régulateur du SAMU). Autrement dit : alors que les soins en EHPAD ne sont que BASIQUES (hygiène, confort, …), la lourde décision d’un protocole de fin de vie est prise PAR TELEPHONE, tandis que l’application habituelle de la loi sur la fin de vie se fait DANS l’hôpital et en situation de SOINS HOSPITALIERS EFFECTIFS pour donner une chance de guérison ! Et la page 3 n’est pas convaincante sur le respect correct et A DISTANCE de la “procédure collégiale”.
    C’est un changement majeur car de simples soignants d’EHPAD se retrouvent dans des situations ordinairement traitées en hôpital, à entériner sur un simple appel une sédation de personnes âgées, ce qui peut être très traumatisant pour ces non-initiés. Il y a une AMPLIFICATION grave et EVIDENTE du risque de dérives euthanasiques au moment du “dialogue” téléphonique (par facilité, par méconnaissance du malade, par économie de ressources RH, par surcharge du SAMU, par manque de lits, par psychose collective sur le virus, etc.). De plus, on fait basculer un malade DIRECTEMENT en “traitement” de fin de vie, sans lui donner la moindre chance de tentative de guérison par un traitement hospitalier, ce qui pose question au regard du serment d’Hippocrate !

  4. Le Rivotril tue beaucoup plus en France que l’islam …
    Environ 10 000 fois plus.

  5. Et cette pratique n’est pas nouvelle : dans un clinique réputée de la banlieue nord de Lyon, dans le même service, Maman en janvier 2008, puis Papa en avril 2015, ont été « apaisés » définitivement par injection d’hypnovel en perfusion continue. Dans les 2 cas, je n’ai pu qu’assister à ces assassinats, en restant totalement impuissant.
    En 2006, Élisabeth Bourgois avait publié « Les assassins sont si gentils ». Ce livre décortiquait minutieusement l’enchaînement des processus qui permettent à 4 amis de très longue date de prendre progressivement le contrôle de tout le pays en vue d’imposer l’euthanasie.
    https://books.google.fr/books/about/Les_assassins_sont_si_gentils.html?id=LzEVPQAACAAJ&source=kp_book_description&redir_esc=y
    En 300 pages, ce roman s’avère incroyablement prophétique. La société française bien-pensante est en train de suivre, point par point, le scénario de ce livre…

Publier une réponse