Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

L’Europe existait avant l’UE et pourrait exister sans elle

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"François Hollande a publié, dans le « Monde » du 8 mai, une tribune solennelle (et même un tantinet grandiloquente !) intitulée : « Sortir de l’Europe, c’est sortir de l’histoire ». Pour une fois qu’un dirigeant politique français nous présente sa vision de l’Europe, ne boudons pas notre plaisir. Malheureusement, cette vision est totalement déconnectée de la réalité et repose sur des principes mortifères pour la France comme pour l’Europe elle-même.

Le premier principe erroné et mortifère est contenu dans le titre. Soit ce titre ne veut strictement rien dire, soit il signifie que la « construction européenne », telle qu’elle est aujourd'hui pratiquée, obéit au « sens de l’histoire ». Mais cette vieille lubie des marxistes et des progressistes de tout poil n’existe tout simplement pas : l’histoire est ce que font les hommes. D’ailleurs, l’histoire du marxisme elle-même prouve l’absurdité de la théorie (qui aurait prophétisé la victoire de Lénine au début de la funeste année 1917 ?). Au demeurant, c’est d’autant plus absurde que l’on nous assène à longueur de journée que « l’Europe, c’est la paix » et qu’elle nous conduit à une « fin de l’histoire » merveilleuse où, enfin, la démocratie représentative et l’économie de marché fleuriraient partout. Vous pouvez tourner les yeux dans toutes les directions, rien n’indique que cette « fin de l’histoire » se rapproche. Mais, enfin, c’est bien « l’argument » principal des européistes. Or, on voit mal comment François Hollande peut à la fois reprocher aux « populistes » de vouloir « sortir de l’histoire », tout en leur proposant la « fin de l’histoire »!

Le président croit pouvoir justifier par le passé l’Union européenne telle qu’elle est. Je trouve déjà surprenant que le chantre de la repentance permanente nous invite à faire mémoire d’un passé glorieux qui nous vit renverser le totalitarisme nazi. Mais, surtout, le raisonnement a beau être très répandu dans l’oligarchie, il me reste particulièrement incompréhensible : si je comprends bien, M. Hollande nous explique que, puisque la CEE s’est créée après la chute du nazisme, elle serait le meilleur rempart contre tout totalitarisme. Mais rien n’est moins sûr : le plus sérieux adversaire du national-socialisme fut le stalinisme, qui fit encore plus de morts.

Et puis comment ne pas voir que François Hollande nous vante la volonté d’union de citoyens, de peuples, de nations ? Précisément, cela même qu’il ne veut plus regarder. D’ailleurs, le président nous ressasse le vieux slogan : « Le nationalisme, c’est la guerre ». Slogan qui n’a que l’apparence du bon sens. On pourrait dire, avec beaucoup plus de certitude, le socialisme, c’est la guerre, puisque ce sont des socialistes qui nous ont entraînés dans la guerre en 1914, en 1939, sans parler de la plupart des guerres coloniales et des conflits récents.

Comme tous les démagogues, François Hollande fait mine de s’opposer à un monstre. Mais ce monstre n’a aucune réalité. Il dénonce ceux qui voudraient « sortir de l’Europe », alors que la plupart des eurosceptiques demandent simplement à sortir de l’actuelle Union européenne. Que je sache, l’Europe existait avant l’UE et pourrait exister sans elle. Ils demandent à ce que l’UE soit subsidiaire, c’est-à-dire qu’elle soit au service des nations et des peuples.

On peut choisir l’Europe fédérale. C’est manifestement le cas de François Hollande. Mais il faut avoir l’honnêteté de dire que l’on pense que la France, c’est de l’histoire ancienne. D’ailleurs, à supposer que l’Union européenne s’effondre, croit-on vraiment qu’il n’y aurait plus de coopération entre nations européennes ? Même entre 1870 et 1945, les coopérations entre l’Allemagne et la France ont toujours existé. A fortiori aujourd’hui. Les échanges internationaux ne doivent tout de même pas tout à l’Union européenne! Même en Europe, beaucoup de coopérations n’ont rien à voir avec l’UE, comme Ariane que l’on prétend mettre au crédit de Bruxelles et qui doit tout à la coopération de nation à nation!

Là où cette tribune devient une sinistre farce, c’est lorsqu’il ose nous dire – après des décennies où la volonté populaire a été piétinée – que « les Français peuvent décider et imposer souverainement leur préférence ». Ils le peuvent peut-être, mais, quand ils le font, on ne les écoute pas ! Il ose même nous dire que l’Europe qu’il veut protégerait les frontières, alors qu’il n’a cessé de militer pour toujours plus d’immigration ! Ces grands démocrates qui détestent le peuple, ces grands Européens qui détestent la civilisation européenne, ces grands Français qui ne supportent pas la grandeur de la France, décidément, nous en avons soupé !"

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

10 commentaires

  1. François Hollande étant un nain politique il ne voit pas plus haut que le raz des pâquerettes…
    De toute façon même s’il voyait plus haut, ou était équipé d’un cerveau, sorti des histoires de cul et de sa braguette il ne reste plus grand chose.
    “la CEE s’est créée après la chute du nazisme, elle serait le meilleur rempart contre tout totalitarisme…” (sic)
    Impossible puisque le nazisme n’est pas mort et qu’avec Hollande il renait !
    Enfin l’Europe cela date de Charlemagne et même d’avant, c’est une idée monarchique et non républicaine !

  2. L’Europe qui intéresse les UMPS, et qu’ils s’entêtent à nous vendre, n’est pas celle forgée par le christianisme et appelée à développer une Fraternité héritée d’un même Père, non, c’est une utopie collectiviste qu’ils entendent instrumentaliser pour forger le mondialisme des jouisseurs apatrides et antichrétiens.

  3. Qu’est ce que l’Europe aujourd’hui?
    Une multitude de pays tous endettés et dont la dette grossit de jour en jour!!!
    Qui aide l’Europe?
    Que prône cette Europe?
    La fin des Nations,la fin de la souveraineté ,la fin de l’Histoire et l’effacement de ses racines Chrétiennes au profit d’une méga mondialiasation,un grand marché d’échanges dont le Boss serait à Washington!!!
    Le traîté transatlantique pas encore signé mais pensé fortement permettrait le libre échange entre l’Europe et l’Amérique mais dont le siège directionnel serait à Washington!!!
    Pauvre France dans quelques temps tu seras peut être le 51 état des Etats Unis!!!
    Où êtes-vous Philippe de Villiers, vous qui aimez la France ,son Histoire et ses racines Chrétiennes?
    Vive La France,vive “l’Europe aux anciens parapets”

  4. Hollande n’a aucune culture historique. Il est lobotomisé dans le politiquement correct et l’historiquement correct. Il fait parti “de ces grands démocrates qui détestent le peuple”. Ces mêmes grands démocrates, qui aux XVIIIe siècle, de l’autre côté de l’Atlantique, avaient des esclaves ! Nous ne serons pas les esclaves des technocrates de Bruxelles et de leurs apparatchiks nationaux.

  5. Pas d’accord avec G. de Thieulloy qui cède au nominalisme des mots creux : l’Europe n’a jamais existé, sauf comme zone géographique.
    Par contre il existe une culture, une civilisation des pays et nations d’Europe, au delà des frontières actuelles de l’UE.
    Il n’ya jamais eu d’Europe politique et économique non plus, malgré les efforst technocratiques de Jean MONNET pour faire d’une baudruche, une lanterne : nous en avons même la preuve sous les yeux.
    Utiliser certains mots par habitude ou réflexe, c’est donner de la consistance à une utopie.

  6. DUPORT dit vrai:
    – Le national socialisme n’est pas mort ni son cousin jumeau hétérozygote, le communisme.
    Et dire que c’est l’UE qui incarne tout ça aujourd’hui…
    Nous sommes loin des communautés européennes de 1957.

  7. Hollande, l’autre pays de la crétinerie !

  8. Les esprits libres se rejoignent ! On nous fait croire que critiquer l’UE est refuser l’identité européenne. Il n’y a aujourd’hui pas plus attachés à l’Europe que ceux qui critique ceux qui l’administrent.
    http://www.mauvaisenouvelle.fr/?article=monde-l-identite-europeenne-se-passe-de-l-union-europeenne–353

  9. 6 juin1944,l’Amérique socialiste de Roosevelt délivre l’Europe du nazisme pour l’occuper, l’asservir et entamer son exploitation.
    L’Union Européenne était née.
    C’était prévu sous le socialiste Wilson au moins depuis 1917.
    Blum et ses camarades socialistes avaient complèter cette mouvance avec le pacifisme du Front Populaire en 1936.
    Hollande, ses camarades et ses complices de tout bord ne font que prolonger ce processus d’exploitation par le vainqueur américain de la fertile Europe vaincue.
    Var victis.
    Rome n’avait-t’elle pas romanisé une Grèce affaiblie demandant le secours des légions pour se libérer des Macédoniens.
    Trop simple dira t’on? Mais n’est-ce pas vrai.
    L’Europe, n’est qu’un territoire occupé. Unie, elle est plus facile à exploiter.

  10. L’Europe qui nous intéresse n’est pas celle uniquement commerciale, voulue par les Usa et leurs multinationales et “nain politique”.
    Nous voulons celle “de l’Atlantique à l’Oural” avec la Russie, entre chrétiens (de souche) et pour faire bloc face à la Chine.
    A kiev, nos amis polonais se sont laissé entrainer par les USA, en formant depuis septembre 2013 près de Varsovie, les agitateurs de “Prawy Sektor” dont la mission est de faire capoter le rapprochement souhaitable avec la Russie

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services