Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Eugénisme

L’eugénisme de masse existe en France

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune, est interrogé par Monde & Vie :

"Depuis quinze ans, les lois de bioéthique et leurs promoteurs nous ont rabâché que, pour «progresser», il fallait nécessairement «transgresser». Aussi, les transgressions se sont-elles multipliées au fil des lois : dépistage anténatal généralisé, diagnostic préimplantatoire, autorisation d’expérimenter sur les embryons abandonnés, tentation du clonage… Mais on attend toujours les progrès censés accompagner ces transgressions ! A la vérité, le progrès ne doit rien à la transgression. Dans le domaine de la recherche sur les cellules souches, la découverte récente de la reprogrammation cellulaire le prouve. C’est cette découverte qui est porteuse d’avenir et non l’utilisation des cellules embryonnaires. Un des principaux enjeux de la révision de la loi de bioéthique à venir est là. Avec celui des dérives eugéniques de notre société. […]

Le professeur Jean-François Mattéi, ancien ministre de la santé, affirme pour sa part qu’il «existe bel et bien en France un eugénisme de masse». […] Certains objectent que ce qui distingue le dépistage de la trisomie 21 d’une politique eugénique est qu’aucune étape ne serait obligatoire. Rien ne saurait être imposé aux couples. Mais ce n’est pas ce que demande la loi. […] Il est faux de prétendre qu’aucune des étapes du dépistage de la trisomie 21 n’est obligatoire. Chacun sait que les médecins ont l’obligation, et non pas simplement la faculté, de proposer cette investigation systématique. Il y a donc bien une étape contraignante qui engage la responsabilité des médecins et les place dans une position d’autorité. En effet, ce sont eux qui diagnostiquent la trisomie 21 et ce sont eux qui envisagent l’avortement. […]

L’eugénisme représente un frein au progrès médical dans la mesure où les 100000000 d’euros investis dans le dépistage généralisé ne le sont pas dans la recherche. En se fermant à toute connaissance d’une maladie aussi importante que la trisomie 21, on se prive de découverte non seulement dans ce domaine, mais aussi ailleurs. […] Sur le plan des applications thérapeutiques, le constat est simple : les recherches sur les cellules souches embryonnaires, autorisées dans certains pays depuis 20 ans, comme en Grande- Bretagne, n’ont débouché sur aucune application thérapeutique. A l’opposé, les cellules adultes et issues du sang de cordon ombilical ont déjà prouvé leur efficacité thérapeutique. […]

L’attrait pour les cellules souches embryonnaires peut s’expliquer par deux raisons: la survivance de positions dogmatiques classiques et l’utilitarisme économique. Les positions dogmatiques tiennent en grande partie à la mise en scène de la techno science dans le cadre de la «science spectacle». Loin de la véritable science, qui, par nature, est longue à manifester son succès, cette science adapte son rythme à celui de l’exigence de l’instantané propre à nos sociétés très médiatisées. Quoi de plus tentant que de réduire le processus très complexe de la science à des formules simples, des slogans, parmi lesquels il est nécessaire de transgresser pour progresser. Dans le sillage de ce slogan viennent se nicher principalement des idéologies assez classiques comme le positivisme, le progressisme, et le scientisme. Il s’agit là d’un matelas idéologique de base qui évacue absolument toute référence à la conscience et à la morale. […] La production de cellules souches à travers les iPS, se fonde sur des techniques nouvelles et qui ne dépendent pas des brevets qui, actuellement, exploitent l’utilisation des cellules embryonnaires humaines et qui ont été déposés il y a déjà des années. Le problème, c’est que ces brevets sont en attente de dividendes, on voudrait bien qu'ils soient rentabilisés et profitables. Or ils ne le sont pas. Un grand nombre de pays ont investi des milliards de dollars ou des millions d’euros dans l’utilisation de l’embryon pour déposer des brevets. Et beaucoup de ces pays ne sont pas prêts, pour des raisons financières, à adopter des techniques différentes, comme les iPS par exemple, uniquement parce qu’elles sont plus efficaces et plus morales."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

1 commentaire

  1. Nous voilà revenu aux temps païens où l’on sacrifie des hommes aux faux Dieux (les embryons), voire pire au cannibalisme car sous couvert de vertus médicamenteuses (contre l’infertilité) seraient consommés en Chine. C’est vrai que là-bas avec la loi sur l’enfant unique, il y a un énorme possibilité de négoces.
    Horrible mais pourtant vrai

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!