Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

L’Etat-charognard

Dans Les 4 Vérités, Guillaume de Thieulloy raconte :

"Un dénommé Yvon Duwel, batelier récemment décédé, reçoit des lettres de relance du Régime social des indépendants (RSI) pour des cotisations impayées. Pourtant, son épouse a signalé la fin de son activité pour cause de décès. Rien n’y fait : les courriers de relance succèdent aux courriers de relance. Un jour, la veuve excédée déclare au RSI que son mari n’habite plus à l’adresse indiquée, mais que sa demeure se trouve désormais au cimetière d’Arleux (59). Que croyez-vous qu’il arriva ? Eh bien, la tombe du malheureux reçut un « dernier avis avant poursuites » ! Il paraît même qu’elle en a reçu plusieurs… Je précise que le RSI n’est pas – il s’en faut de beaucoup – le plus charognard des régimes de «protection sociale». Ce qui s’est passé là aurait pu se passer, je crois, dans n’importe quelle caisse de ce monde opaque. Cette histoire prête à rire […] Mais l’affaire me semble extraordinairement révélatrice d’un fait de plus en plus évident : alors que l’État, et tout spécialement l’État-providence (quoi qu’on en pense par ailleurs…), a pour mission de protéger les citoyens, il est désormais un vulgaire parasite, quand ce n’est pas un charognard. Un parasite quand il suce le sang des organismes en bonne santé. Un charognard quand il s’acharne même sur les cadavres. Et que l’on ne croie pas que cette histoire est une simple anecdote loufoque. Tous ceux qui ont perdu un proche savent que la perte affective est redoublée par les tracasseries administratives, les ponctions fiscales ou sociales, diverses et variées. […]

Oui, nous avons un État charognard. Et, comme tous les charognards, constatant l’absence de réaction, il s’approche d’abord avec circonspection, mais avec une férocité dévorante, des moribonds que nous sommes tous (économiquement s’entend !). Pendant des décennies, nous avons accepté sans réagir (ce qui aiguisait l’appétit du prédateur) ces ponctions de plus en plus lourdes. En nous disant que c’était utile à la grandeur du pays. Mais, il est devenu impossible de croire à cette fiction. Au contraire, ces ponctions servent à diminuer le pays. Non seulement elles coûtent fort cher aux Français. Mais, en plus, elles servent à rabaisser la France. […] Et il ne faut pas oublier non plus que l’État charognard finance allègrement des syndicats et des associations ouvertement anti-français. […] Le masochisme a des limites, tout de même! On peut accepter de se faire dépouiller, ou de se faire insulter ; mais payer pour se faire insulter, cela dépasse l’entendement… […] En définitive, il n’y a qu’une seule question politique d’importance : voulons-nous nous laisser mourir ? Pour moi, c’est clairement non. Et, en tout cas, ne comptez pas sur moi pour payer les croquemorts et, en plus, leur dire merci !

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

11 commentaires

  1. je vis cela au quotidien
    le pire, c’est qu’en dehors de notre sphère personne n’est au courant
    aujourd’hui, j’ai conversé avec la DRH d’une trés grosse boîte: elle savait que les indépendants payent l’URSSAF ,mais elle ignorait qu’en cas de maladie,nous n’avons pas d’indemnité

  2. Il reste à traduire politiquement le ras-le-bol et choisir la personne qui a les plus grandes chances de mettre fin à cet odieux Système.
    Comme on dit : “c’est là que le bât blesse”

  3. Voilà pourquoi depuis 1993, j’ai trouvé un système pour ne plus payer ces voyous, car il s’agit bien de voyous qui n’ont aucun scrupule. Quand la mère Aubry n’avait plus d’argent dans les caisses du régime général elle ponctionnait dans celle des commerçants et artisans parce que quand on est dans cette catégorie on n’a pas le droit d’être malade ni d’arrêter de travailler. Et ils le savent parfaitement, c’est pourquoi ces toutes petites entreprises sont ponctionnées à mort alors que les grands groupes eux ne se gênent pas pour faire du chantage. Je le répète depuis 93 j’ai quitté ces charognards et je m’en trouve très bien. Malheureusement on fait peur aux français et comme bcp sont peureux, les charognards se régalent. S’il y avait une véritable entente entre ces professions demain le RSI(ripoublik, socialistich, inquisition) n’existe plus les gens ne connaissent pas la force qu’ils ont!!!!!Sans oublier que les gens qui travaillent dans ces caisses eux par contre sont des fonctionnaires qui partent à la retraite à 55 ans (c’est vrai que c’est dur de faire rendre gorge aux gens qui font 75 h par semaine!)

  4. Du même RSI je recevais en même temps 17 mois après ma mise en retraite un commandement de payer avant saisie, et un avis qu’ils allaient me verser 5000 € de trop perçu au titre de 2009. En effet je refusais de continuer de payer ma cotisation de retraité travaillant toujours tant qu’ils n’auraient pas régularisé ma situation!! Ils n’ont jamais répondu à aucun courrier et le fait d’aller voir un responsable à Arles n’avait rien changé huit mois après!!!
    Il faudrait pour Borloo un Grenelle des cotisations…

  5. Ne croyez vous pas que l’auteur procède à une généralisation un peu hâtive ?
    A partir d’un fait divers, certes assez déplaisant, mais qui doit probablement s’expliquer par des dysfonctionnement interne de la caisse et/ou par la bêtise d’un gratte papier l’auteur en profite pour déverser sa bile sur l’Etat en utilisant toutes sortes d’épithète plus excessifs les uns que les autres.
    L’auteur pense-t-il vraiment que la société serait viable sans état, sans impôt, sans administration ?
    Guillaume de Thieulloy est il libertaire, anarchiste ? Je ne le connais pas mais on pourrais le penser à la lecture de son article.

  6. c’est pas vraiment l’état charognard… La caisse RSI a été “réorganisée ” il y a peu de temps et rien ne marche. Ils font énormément de trucs illégaux, juste pour obtenir leur fric. Mais je ne crois pas que ce soit de la mauvaise foi, je crois surtout que le RSI c’est un ramassis d’incapables bornés, dirigés par un ramassis d’incapables bornés!

  7. Je partage totalement vos commentaires, saufque “l’Etat”, “l’administration”, ……sont des entités abstraites et que ce sont les hommes et les femmes qui y travaillent qui font leur travail bêtement, ou ne le font pas du tout, et s’en moquent complètement. C’est en connaissance de cause que j’ose ce commentaire après réception des courriers reçus de l’hopital où notre fils est décédé !!!!

  8. Mais je vois, moi, des charognards dans d’autres milieux professionnels, judiciaires, commerciaux, industriels, médicaux, pharmaceutiques, agricoles, des assurances, des banques, de divers organismes privés, auxquels moi ou des proches avons eu affaire, et qui n’hésitent pas à vous crucifier sans pitié. Y compris certains Offices HLM…

  9. le charognard reclame toujours les sommes ou cotisations etablies avant le jour du deces

  10. Je complète mon commentaire : la plupart des fonctionnaires d’état, (sauf ceux de l’hôpital, qui demande une qualification médicale) ont présenté un concours, après avoir perdu un emploi dans le privé. Ils auraient bien voulu retrouver un emploi dans l’entreprise, mais en France il y a des décennies que c’est très difficile. Lire et relire les mêmes calomnies sur un forum catholique au sujet des “charognards” que seraient les fonctionnaires est étrange, presque irréel. Il y a très peu de fumistes dans l’administration, contrairement à ce que je lis dans vos commentaires.
    Un gouvernement est un moment, un passage : l’état continue et c’est pour celà que le concours national ou régional externe a été institué. Afin de ne pas dépendre des fluctuations politiques.

  11. Mon mari est décédé en juillet 2009 et j’ai reçu jusqu’au mois de septembre 2010 de ce fameux RSI des lettres de rappel innombrables, commandements de payer malgré quatre ou cinq recommandés de ma part avec acte de décès attachés. Je n’ai jamais pu joindre deux fois de suite le même interlocuteur (vacances, congé maladie, absence le mercredi…). Tout cela s’est arrêté le jour où j’ai menacé de mettre l’affaire dans les mains d’un avocat. Mais je n’aurais jamais eu l’idée d’indiquer l’adresse du cimetière…!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services