Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classifié(e)

Les lois pro-vie sauvent des vies

L’objectif de la Marche pour la Vie du 21 janvier 2007 est ambitieux : rassembler le plus grand défilé pro-vie en France depuis la loi Veil, et réclamer "des lois pour la Vie" à l’approche des rendez-vous électoraux de 2007. Mais trop de catholiques sont encore démobilisés : certains ne pensent même pas que des lois pro-vie pourront réduire le nombre des avortements.

Une étude vient à point nommé répondre à cette méprise. Un chercheur au think tank Heritage Foundation, Michael New, a analysé Etat par Etat la corrélation entre l’évolution du nombre des avortements dans les années 1990 aux Etats-Unis et l’adoption de lois pro-vie par ces Etats. Ces lois, qui doivent être compatibles avec l’arrêt fédéral Roe vs Wade, sont de portée limitée : par exemple une obligation d’information de la mère – sur les alternatives, les conséquences – avant un avortement (le "consentement informé").

Cette corrélation avait déjà été établie (ici, v.o.) : l’avortement baisse davantage dans les Etats où de telles lois ont été adoptées. Mais est-ce bien en partie grâce aux lois pro-vie que l’avortement baisse ? On peut penser que les Etats qui votent de telles lois fournissent un contexte sociologique qui, loi ou pas loi, pousserait à la baisse de l’avortement

La nouvelle étude établit (ici, v.o.) qu’il y a bien une relation de cause à effet : la méthode a été de comparer l’évolution dans les Etats où la législation a été mise en oeuvre par rapport à celle dans les Etats qui ont voté une législation, mais où cette dernière, cassée par une cour fédérale, n’a pas été mise en oeuvre. Or, dans ces derniers, la baisse est moindre.

Au cours des années 1990, le nombre d’avortements aux Etats-Unis a baissé de 18%. Différents facteurs y ont contribué : la bonne santé économique; le témoignage du mouvement pro-vie qui a fait reculer la banalisation de l’avortement; et, donc, des dizaines de lois pro-vie adoptées à travers le pays. En 1992, pratiquement aucune législation sur le "consentement informé" n’existait, mais en 2000 27 Etats en avaient adopté une.

Ces lois ne sont pas arrivées par hasard : elles ont été obtenues grâce à l’ardente mobilisation du mouvement pro-vie. En France, pendant ce temps, le nombre officiel des avortements est passé de 170.000 au début des années 1990 à plus de 200.000 en 2003.

Henri Védas

Partager cet article

1 commentaire

  1. Bravo, encore un bel effort de contre propagande et du plomb dans l’aile des morticoles!mais combien de français auront accés à cet info?

Publier une réponse