Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Les vieux schémas de la presse anachronique

Extrait d'un article dans Présent de Me Jacques Trémolet de Villers, qui a été souvent cité ces derniers temps comme étant l'inventeru de la formule "Printemps français" :

"Depuis quelques jours, je réponds à des journalistes qui me
demandent si je suis le père, le fondateur, « l’idéologue » du
« printemps français », que cette formule que j’ai écrite ici, mais que
d’autres aussi ont écrite, n’est pas ma propriété
et que le jeu de
pistes que le journal Le Monde, en l’annonçant à la une, veut nous présenter comme « le secret de la manif » est un anachronisme désolant.

Ainsi, les vieux schémas, pour cette presse, comme pour la police,
n’ont pas éclaté devant la réalité
. Eh non ! Messieurs, ou Mesdames, il
n’y a pas de parti, ni de club, ni de jeu d’influences obscures. Il y a
une colère spontanée, populaire, familiale…
dont la seule explication
est la monstruosité de ce projet de loi. Inutile d’aller chercher plus
loin. Le vieux canevas de Mai 68 les obsède. A l’époque, les
universitaires cherchaient, dans les cours de sciences politiques,
comment décrypter ce qui était venu des trotskystes, des « maoïstes »,
des situationnistes… en appliquant encore à ces groupes nouvellement
constitués la grille léniniste qui était la seule connue. Seul peut-être
le Parti communiste de l’époque avait un peu compris ce qui se passait.
Mais la méthode, elle, d’où qu’elle vînt, était identifiable. Le
procédé était révolutionnaire – et nos maîtres Jean Madiran, Jean
Ousset, l’avaient clairement identifié. Quand les pouvoirs publics,
déroutés, demandaient à leurs renseignements généraux des informations
qu’ils étaient bien incapables de leur donner, nous savions, nous, ce
qui se passait.

La situation se renouvelle, mais, à l’opposé, ou, plutôt de tout autre manière.

Et le pouvoir comme les grands médias n’y comprend rien. Ils font
mine d’être intelligents en affirmant d’un air entendu que les partis et
les associations « classiques » sont dépassés, qu’il s’agit de réseaux
sociaux… mais, après avoir dit cela, ils cherchent encore à savoir où
est le complot initial, qui tire les ficelles, comment s’appelle
l’idéologue
… et par quel lien la Cagoule, Charles Maurras, la milice et
« le complot des soutanes » dirigent le mouvement.

Peine perdue, Messieurs, Mesdames – peine perdue ! Cette loi heurte
le fond même de l’ordre humain, l’amour de l’homme et de la femme, ce
que l’homme et la femme ont de plus cher, de plus sacré, de plus
fervent, depuis qu’ils sont sur cette terre. Ne cherchez pas plus loin !
Ce choc est si violent, la détestation si intense, que loi votée ou pas
votée, divisions internes calmées ou résurgentes, manœuvres conduites
habilement ou désarroi… rien n’y fera. L’insurrection continuera.

[…] Ce que n’ont vu ni les services du ministre de l’Intérieur –
l’employé du gaz qui en fait un usage inconsidéré – ni les enquêteurs
des grands médias, c’est qu’une révolte des familles est absolument
incontrôlable, incommensurable et imparable
. Car aucun organisme ne la
conduit, aucune police ne peut la compter et rien ne l’arrête. J’ai vu,
aux Champs-Elysées, le 24 mars dernier, quelques enfants qui n’avaient
pas douze ans bloquer le mouvement d’un car de police en s’allongeant
devant ses roues. Deux forces dans l’histoire sont irrésistibles : les
femmes et les enfants. Les femmes en tant que mères. Les enfants, comme
des enfants. Tout pouvoir peut écraser une coalition d’hommes, de jeunes
gens, de garçons ou de filles. Aucun pouvoir n’a jamais pu triompher
des familles liguées contre lui.

Nos dirigeants ne savent pas ce que c’est que la famille. Ils
devraient relire Proudhon. Comme la propriété à laquelle elle est
intimement liée, la famille est un vrai principe d’insurrection. […]"

Partager cet article

10 commentaires

  1. Je me dis que, là encore, il y a une différence à faire me semble t il entre enfants en bas âge et jeunes adolescents.
    Si j’avais des enfants de plus de 13/14 ans, oui je les laisserai aller dans les manifs sous escorte d’adultes de confiance.
    En revanche, j’éviterais que mes trois garçons, dont l’aîné à 5 ans, se trouvent dans une situation potentiellement dangereuse.
    Certes, le combat est crucial et le salut des âmes est bien plus important que le salut des corps.
    J’espère simplement que nous n’aurons pas à choisir entre les deux.

  2. Mes petits enfants ont entre 1 et 4 ans.
    Les 25 000 orphelins fabriqués en Inde en 2012 ont 1 an.
    Il faut savoir ce que l’ont veut.

  3. merci jacques de ce beau texte

  4. Remarquable papier de Jacques Tremolet !
    Dans un tout autre registre, j’ai toujours remarqué que les plus grands succès cinématographiques sont ceux qui peuvent être vus par des familles : la grande vadrouille, voire les ch’tis etc … c’est quand même simple la recette !

  5. C’est clair, cette loi instaure le désordre; en invoquant l’ordre républicain, Valls ment encore.

  6. Le pouvoir s’est rendu incapable de comprendre les mouvements actuels par idéologie, on pourrait même dire « idéologisme » dans le sens où leurs divers réflexes pavloviens ne sont plus qu’une sorte de religion dont ils ne maitrisent plus eux mêmes les tenants et les aboutissants.
    Mais, comme toujours, malgré les nombreuses qualités de Me Tremollet, sa bonhommie et sa foi en Dieu et la France le rendent tout autant inopérant que l’Etat.
    Il y a plus de 20 ans Me Tremollet déclarait dans ses conférences Ictus : « le problème de Maurras c’est que quand il avait fini un éditorial il croyait que le problème était réglé »….et c’est aussi le problème de nombre de personnes de la mouvance aujourd’hui.
    On sait que nous avons raison et que nous avons les gens intelligents, le problème c’est le concret qui fait défaut sans cesse.
    L’impréparation des manifestations dans le contexte actuel en est la flagrante démonstration.
    Il faut arrêter de théoriser le mouvement, maintenant qu’il est là il faut l’accompagner. Si il est avocat il doit créer un pool d’avocats qui se rend sur les manifs pour assister les manifestants, les former, leur indiquer leurs droits, etc… et cela doit se conjuguer avec des équipes qui filment pour avoir des preuves. Les vidéos prises par les manifestants sont très utiles mais on peut mieux faire avec des vrais groupes formés et organisés en périphérie des actions.
    Si c’est un mouvement et une (contre) révolution il faut arrêter de croire à Jeanne d’Arc et agir concrètement aujourd’hui avec ses relations et son savoir.

  7. Beau texte mais on dirait que certains n’ont pas vu passer le XXème et son joyeux cortège de persécution de peuples et d’extermination de masse. Et ces populations comprenaient toutes sortes d’êtres humains, et aussi des familles.

  8. Pour Proudhon, la famille était la cellule de base de la société constituant au profit des individus un rempart contre la soumission à l’autorité de l’Etat.
    Il déclarait « Par la génération, l’idée du droit prend un premier accroissement : d’abord dans le cœur du père. La paternité est le moment décisif de la vie morale. C’est alors que l’homme s’assure dans sa dignité, conçoit la Justice comme son vrai bien, comme sa gloire, le monument de son existence, l’héritage le plus précieux qu’il puisse laisser à ses enfants. Son nom, un nom sans tache, à faire passer comme un titre de noblesse à la postérité, telle est désormais la pensée qui remplit l’âme du père de famille. »
    Y a-t-il quelque chose à ajouter ?

  9. @ Proudhon
    euh…non.
    Ah si. je note que ceux qui sont présentés comme « bas du front », c’est à dire les membres du FN et apparentés sont capables de citer des auteurs fondateurs, et pas forcément de leur bord. Mais pourquoi donc ne suis-je pas surpris?

  10. Merci à Jacques Trémolet, dont je reçois ce message via des amis communs Claire d’Abidjan, fille de Philippe le Choletais – il comprendra –
    Je suis pour ma part dépité, le mot est faible, de constater combien baisse les bras par crainte de devoir vivre des moments de troubles avec éventuellement une violence à l’initiative de nos gouvernants.
    Au fait, que nous disent les textes sur …les faibles & les tièdes ????
    Ne lâchons rien, non par idéologie bornée mais tout simplement par devoir : avoir le courage de ses opinions !
    Hubert

Publier une réponse