Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Les Verts manquent certainement d’un coup de fourchette bien placé pour se remettre les idées à l’endroit

Les Verts manquent certainement d’un coup de fourchette bien placé pour se remettre les idées à l’endroit

Le Père Danziec revient dans Valeurs Actuelles sur le choix polémique de la municipalité écologiste de Lyon d’imposer à ses élèves des menus sans viande tous les jours de la semaine :

On s’étonnera sans doute de voir un prêtre aborder un tel sujet en plein carême. Défendre le droit de faire bonne chère ? A l’heure où l’Eglise insiste auprès de ses membres à vivre une période de renoncements culinaires et d’abstinence à table, et cela pour s’unir au Christ dans sa passion douloureuse et rédemptrice ? Tout cela, est-il bien sérieux ? Il faut le dire pourtant, les Verts manquent certainement d’un coup de fourchette bien placé pour se remettre les idées à l’endroit. Après les vaines polémiques autour des sapins de Noël criminels qui déforestent la nature ou du soi-disant Tour de France pollueur des campagnes avec sa caravane distributrice de goodies, il faut croire qu’ils ont encore de la ressource. On aurait tort de penser que la mairie EELV de Lyon, en imposant dans ses cantines scolaires des menus sans viande, surfent seulement sur une ligne végane équivoque. A dire vrai, la folie écologiste heurte ici un pan entier de la civilisation française : la gastronomie ou l’art de la table, lieu privilégié où s’exerce la jolie vertu de charité.

Les hôtes reçus comme le Christ dans les monastères

Le bon sens populaire ne rappelle-t-il pas que le moral des troupes est dans la gamelle ? La règle millénaire de saint Benoît, qui régit les milles détails de la vie communautaire dans les monastères bénédictins, va jusqu’à préciser le devoir de rompre le jeûne pour honorer l’invité de passage : « Tous les hôtes qui arrivent seront reçus comme le Christ, car lui-même dira un jour : “J’ai demandé l’hospitalité et vous m’avez reçu”. À tous on témoignera l’honneur qui leur est dû. Le supérieur rompra le jeûne à cause de l’hôte. » Le célèbre et regretté boulanger Lionel Poilâne, en créant en 2002 l’association “De la question gourmande” avait bien compris la portée élévatrice de nos papilles gustatives. Avec ses amis, dont notamment Paul Bocuse et Alain Ducasse, il avait pris l’amusante décision de s’adresser au Saint-Père le pape Jean-Paul II pour lui demander humblement de requalifier le péché de gourmandise en péché de gloutonnerie ou d’intempérance. En effet, selon la vision éthique de Lionel Poilâne, l’aliment, et les saveurs qu’il dégage, réjouit le corps et l’âme. La gourmandise serait, à cet égard, moins un péché qu’une vertu. Sans rentrer dans des considérations théologiques précises, chacun comprend l’idée. Après sa mort accidentelle en hélicoptère au début des années 2000, sa fille Apollinia se chargera de remettre elle-même au pape le texte posthume de la supplique.

Le festin de Babette ou la civilisation à table

Pour se convaincre de l’importance de la table, point besoin de se plonger dans l’ultime planche de chaque album des aventures d’Astérix et d’Obélix. Point besoin non plus de revisionner Les Visiteurs avec la drolatique envolée pleine d’appétit de Jean Reno à la table de Christian Bujeau et Valérie Lemercier : « Où sont les poulardes ? J’ai faim ! Où sont les veaux, les rôtis, les saucisses ? Où sont les fèves, les pâtés de cerf ? Qu’on ripaille à plein ventre pour oublier cette injustice ! Y’a pas quelques poissons avec de la bonne soivre, un porcelet, une chèvre rôtie, quelques cygnes blancs bien poivrés ? Ces amuse-bouche m’ont mis en appétit ! » Les crêpes à la chandeleur, la bûche de Noël, les chocolats à Pâques, les dragées lors des baptêmes, le festin à l’occasion des noces, toute la culture chrétienne est pétrie de ces déclinaisons festives qui prolongent la joie spirituelle jusque dans l’assiette ou dans la bouche. La première messe du Christ eut lieu lors de son dernier repas. L’Eucharistie, qui est l’autre nom de la sainte Cène, se traduit par “action de grâces”. L’indépassable Festin de Babette, film danois oscarisé en 1988, témoigne justement de la grâce d’un repas préparé avec soin et générosité. L’histoire raconte qu’au XIXème siècle, dans un village luthérien du Jutland, une jeune française, Babette, fuyant les ravages de la Commune, trouve exil comme cuisinière auprès de deux sœurs, filles de pasteur. Après avoir gagné une somme importante grâce à un billet de loterie, la cuisinière va transformer la petite communauté puritaine scandinave. Elle décide de dépenser, en secret, la totalité de la somme remportée pour réaliser un festin magnifique en vue d’apaiser les tensions et de réconcilier les cœurs.

La petite musique culpabilisante sur laquelle jouent les écologistes fait perdre pied avec le réel. Le drame des actions coups de poing des associations antispécistes, tel L214, ne réside pas d’abord dans une appréciation déficiente du monde animal mais principalement dans la haine de l’homme tout court. S’asperger de faux sang devant des boucheries pour dénoncer le « meurtre » des vaches limousines pourrait prêter à sourire si de telles postures n’étaient pas animées par une vision pernicieuse du vivant. A force d’oublier l’ordre de la création et la valeur de l’âme humaine, les antispécistes en viennent à défaire la vie et finissent par désapprendre les vertus simples attachées à la joie d’une bonne entrecôte. L’univers mental de la gauche progressiste relève d’un monde postbiblique où l’homme a oublié que lui seul est doué d’une âme immortelle, créée à l’image de Dieu. « Retirez Dieu aux hommes, disait le curé d’Ars, et ils adoreront les bêtes ». Nous y sommes, et ce monde ne donne pas envie.

Partager cet article

12 commentaires

  1. Les EELV et les antispécistes dont L214 seraient plus crédibles si, puisqu’ils prétendent vouloir protéger les animaux de la souffrance de l’abattage,
    1) ils ciblaient les boucheries halal (les boucheries traditionnelles sont censées commercialiser de la viande de bêtes abattues après étourdissement)
    2) ils militaient en faveur de l’étiquetage informatif sur la manière dont la bête a été abattue: “conformément à la loi” ou “conformément à la dérogation à la loi”. Car il est tout-à-fait contraire à la décence de piéger les consommateurs en leur fourguant, sans le leur dire, une viande sacrifiée à une idole.

    • Ils seraient davantage crédible en ciblant les cliniques d’avortements…

    • sacrifiée à une idole, donc en “infraction” aux préceptes de Saint Paul ! les chrétiens l’ont oublié…

    • Ce sont les vegans qui s’attaquent aux boucheries pas L214 , nuance .
      L’etiquetage informatif est reclamé à cor et à cris par les associations et REFUSE par ce gouvernement .
      L’Oeuvre d’Assistance aux Animaux d’Abattoir ( OABA ) a publié la liste de ces lieux ou il y a etourdissement
      pour eclairer les consommateurs sensibilisés à cette cause .

    • Ce sont les vegans qui s’attaquent aux boucheries , pas L214 , nuance .
      L’etiquetage informatif reclamé à cor et à cris par les associations est REFUSE pas ce gouvernement .
      La liste des abattoirs ” normaux ” est diffusée par l’OABA à l’attention des consommateurs

  2. De fait, l’art culinaire est la première forme d’expression culturelle.
    Grâce à Dieu la Bible n’a de cesse de citer le repas comme référence culturelle, relationnelle et universelle.
    Dévoyer le festin relève de la cancel- culture!

  3. Bien d’accord avec CB. Mais pas de souci, ils pourront bientôt manger de la viande d’animaux fabriquée synthétiquement , plus besoin d’abattoir, c’est déjà aux USA ça va bientôt arriver en France et puis cerise sur le gateau ils pourront même se rassasier avec de la viande humaine fabriquée à partir de cellules humaines,(c’était un article dans un des derniers numéros de l’Homme Nouveau, elle est pas belle la vie sous le soleil des végans) sans oublier que s’ils se font vacciner ils auront la joie de se faire inoculer des cellules d’embryons avortés. Satan a réussi

  4. Les chinois sont les plus écolos de la planète.
    Partout ou ils se trouvent, ils achètent LOCAL !

  5. Comme je le répète depuis des années, les Français ne disposent toujours pas des indications « Viande issue d’un abattage avec étourdissement préalable selon la loi française ».
    Cette mention doit devenir obligatoire car c’est un devoir que d’informer les consommateurs afin qu’ils puissent acheter librement ce dont ils ont besoin.
    Il y a quelques années, une information circulait disant que des morceaux d’animaux abattus avec des rites particulièrement cruels (sans étourdissement préalable) et non consommables par les adeptes de ces sectes étaient revendus sans information permettant de les identifier.
    Outre qu’ils sont mauvais pour la santé (stress de l’animal et toxines), la vente de ces morceaux finance lesdites sectes sans que le consommateur en soit informé ; ce qui est contraire au droit français.

    Ce point DOIT FAIRE PARTIE DES PROPOSITIONS DE TOUS LES CANDIDATS des prochaines élections, quelles qu’elles soient ! (Le prévoir dans la liste des questions aux candidats).
    L’étourdissement préalable devrait être appliqué sur tout le territoire français sans exception lors de l’abattage d’animaux (ovins, bovins, …) conformément à la loi. Mais que font les écolos et autres verts… hypocrites qui s’émeuvent (à juste titre) pour un lancer de chat mais laissent cette cruauté inouïe perdurer ?
    Meltoisan 25 février 2021

  6. Les verts ? ROUGE DEDANS VERT DEHORS !!!!

  7. Pourquoi cette vision décidément irréconciliable entre pro-vie et défenseurs des animaux ? Les uns défendent le foetus, les autres la compassion envers les animaux; pourquoi cela ne pourrait-il aller de pair, un point de vue que j’essayais de défendre ici :

    https://www.lesalonbeige.fr/je-ne-suis-pas-un-amas-de-cellules-ne-me-tuez-pas/

    les verts pas plus que les pro-vie n’ont besoin d’un “coup de fourchette bien placé”, mais certainement d’un peu plus de compréhension; végétarien depuis plus de quarante ans, et en bonne santé, merci, je suis assez favorable à la position du maire de Lyon.

    La manière d’évoquer la question de la compassion envers les animaux peut être assez voisine de celle du pape François dans Laudato Si et un parallèle avec les écologistes peut y être fait également. St François d’Assise ne serait-il pas l’un des premiers “Verts écologistes” ?

    Un livre à lire pour mieux se comprendre : “Théologie animale” d’Andrew Linzey

    https://www.babelio.com/livres/Linzey-Theologie-animale/247076

    ainsi pro-vie et défenseurs des animaux ne se regarderont peut-être plus en “chiens de faïence” pour les siècles des siècles …

    C’est vrai que les seconds, plutôt traditionnellement à gauche, sont généralement pro-IVG, mais leur mentalité elle aussi peut évoluer afin que ces chemins de compassion se rejoignent. Quant à l’abattage “clean”, L214 a démontré qu’il n’existait pas vraiment :

    https://boutique.l214.com/librairie/essais/publications-l214/354-l214-une-voix-pour-les-animaux
    https://boutique.l214.com/librairie/essais/publications-l214/465-la-face-cachee-de-nos-assiettes

    … et rien ne nous empêche d’écouter aussi Matthieu Ricard :

    https://www.matthieuricard.org/books/plaidoyer-pour-les-animaux
    https://www.youtube.com/watch?v=oNVSae6lvgA

    ou quand la compassion bouddhique pourrait rejoindre la charité chrétienne …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services