Les valeurs "humanistes" de la culture de mort

Saluant le décès du franc-maçon Henri Cavaillet, l'Elysée écrit dans un communiqué :

"il défendait les valeurs humanistes et, avant tout, la liberté. C’est ainsi qu’il abordait les grandes questions de société : droit
pour les femmes à l’IVG, don d’organe, lutte contre les discriminations,
fin de vie…"

Les valeurs humanistes du Grand-Orient de France :

"Henri Cavaillet a eu, comme parlementaire, une intense activité de
législateur, préparant nombre de textes sur les dons d'organes,
l'insémination artificielle, l'euthanasie, l'avortement, le divorce par
consentement mutuel, l'internement psychiatrique… Il a aussi fait des
propositions de loi sur l'homosexualité et le transsexualisme
. […] Il a présidé à deux reprises l'Association pour le droit de mourir
dans la dignité (ADMD)
animée par Jean-Luc Romero."

28 réflexions au sujet de « Les valeurs "humanistes" de la culture de mort »

  1. Roland Chastain

    Les “valeurs humanistes”…
    Avez-vous déjà entendu une personne ordinaire employer cette expression ? L’employez-vous ?
    Non. Ces gens-là ne parlent même pas français. Les mots dont le sens est clair et connu de tous ne leur conviennent pas.
    Les lecteurs de Bossuet (je pense à l’Histoire des Variations) ne manqueront pas de faire le rapprochement avec l’ambiguïté caractéristique du calvinisme.

  2. Esperanza

    Le déviant est encencé par les médias pendant que Mère Thérésa est critiquée… Pendant que nous disons “Parle, Commande Reigne, nous sommes tous à toi” à NS, le malin, lui, réclame les même honneurs à ses troupes…. Et elles le font..”
    Quelle misère !

  3. C.B.

    99 ans?
    Paix à son âme et que la terre lui soit légère, comme on dit chez nous.
    M’enfin, pour quelqu’un qui prônait la fin de vie abrégée sous prétexte de “mourir dans la dignité”, que n’a-t-il donné l’exemple
    Sur http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/27/97001-20130227FILWWW00686-mort-d-henri-caillavet-ancien-ministre.php un commentaire rappelle une citation de ce “grand humaniste”: « Permettre à un enfant handicapé de venir au monde est une faute parentale et peut-être même le témoignage d’un égoïsme démesuré ».

  4. Exupéry

    Les valeurs “humanistes” du sieur Caillavet s’exprimèrent, entre autre, par ces affirmation digne du racisme génétique le plus éhonté:
    – “Je n’aurais jamais admis qu’un enfant trisomique soit assis à ma table”.
    – “Si j’avais eu un enfant retardé mental, je ne l’aurais pas laissé vivre. Lui ayant donné la vie, j’ai aussi le droit de la reprendre. Nous devons légaliser cette procédure de façon à ce que les parents ne soient pas considérés comme criminels lorsqu’ils demandent l’euthanasie pour leurs enfants anormaux”.
    “Humanisme” humain rien qu’humain pourrait-on dire en paraphrasant Nietzsche, et encore d’une “humanité” qui serait celle de L’Homo erectus, mais surement pas de l’Homo réputé doublement sapiens!

  5. Dritani

    DEO GRATIAS.
    Un homme haïssant, du fond du coeur, l’humanité dans ses actions, dans ses pensées, dans ses engagements et enseignements, n’est plus.
    Protégez-nous Seigneur de l’homme mauvais.
    (En espérant que cette fois mon commentaire sera publié).

  6. Thibault

    Dieu ait son âme !!!
    C’est ce que nous pouvons lui souhaiter de mieux !
    Mais c’est surtout son choix à lui, car l’homme est un être libre et Dieu respecte la liberté de chacun !
    N’est-ce pas un mystère fantastique ?
    Cela ne mérite-t-il pas de s’engager sans condition pour le bien ?

  7. lève-toi

    esprit libre
    Le Saint Curé d’Ars disait : ‘- c’est faire injure à Dieu de douter de son pardon, nos péchés ne sont que des petits cailloux face à une immense Montagne de Miséricorde-‘
    Ne jugeons pas l’homme, condamnons ses actes , oui.
    Dans notre Salut éternel , il y a notre liberté qui nous pousse à choisir le Bonheur ou la Mort éternels. (Saint Augustin disait cela avec plus de compétences).

  8. Miséricorde

    Certains de ces commentaires sont bien laids pour des catholiques. Le Salon Beige n’annonce pas la mort d’Henri Caillavet pour qu’on se moque de lui, mais pour qu’on prie pour lui.
    “Mon Dieu, ma miséricorde, que vont devenir les pécheurs ?” : que cette phrase de Saint Dominique nous incite à prier pour les âmes du Purgatoire, où nous devons espérer que se trouve Caillavet. Et appliquons à Stéphane Hessel le même traitement miséricordieux.

Laisser un commentaire