Les valeurs de François Bayrou

On connaissait l'étrange conception de la laïcité du chrétien François Bayrou. Il vient encore une fois de récidiver au cours d'un colloque intitulé " Jean-Marie Lustiger, cardinal républicain" en déclarant :

Bay

" Il est très difficile de faire comprendre, notamment à ceux qui partagent vos convictions les plus profondes, qu’un élu n’est pas là pour imposer ses propres valeurs. La démocratie est un régime politique dans lequel on pense qu’on n’a pas raison tout seul, même si on adhère à sa vérité du plus profond de ce qu’on est."

En clair, si pour des raisons de convictions religieuses ou d'adhésion aux valeurs familiales, on est contre le travail dominical, il faut tout de même voter pour. En effet, il ne faut pas imposer ses propres valeurs à la République… 

Philippe Carhon

Addendum : Jean-Marie Guénois, rédacteur en chef adjoint chargé des questions religieuses au Figaro, a noté  :

"François Bayrou se distinguant en professant une stricte séparation entre la conscience personnelle et la responsabilité politique accordée par des électeurs et où «ma mission n'est pas de représenter ma famille»." 

6 réflexions au sujet de « Les valeurs de François Bayrou »

  1. RL

    C’est totalement absurde ! S’il faut faire fi des valeurs, où sera la différence entre les différents candidats ? Faut-il voter pour celui qui a la plus belle gueule ou alors pour celui qui saura le mieux administrer froidement le pays ? S’il faut oublier ce que l’on est, cela signifie que le responsable politique doit se contenter d’appliquer bêtement les lois et principes existants. Il n’y a plus d’innovation, plus d’initiative. Tout n’est qu’imitation et application passive de directives et règlements.
    Quant au cardinal Lustiger, n’a-t-il pas dit un jour que les idées des lumières était l’une des pire choses qui soient arrivées à l’humanité ? Pas très républicain, tout ça !

  2. tonio

    A quoi sert-il donc d’être en démocratie, si on ne peut avoir son avis personnel et si l’on doit se ranger à l’avis de la majorité avant même que celle-ci se soit exprimée ?
    Monsieur Bayrou, si vous vous rangez toujours à l’avis des autres, pour ne pas courir le risque d’être tout seul, si pour cela vous êtes prêt à renier la vérité, non seulement vous êtes inutile à la démocratie, mais vous lui êtes nuisible.

  3. Ludovic

    Rassurez vous, les seules convictions qui ne doivent pas être mises en avant par un élu sont les convictions chrétiennes.
    Pour les autres (avortement, travail le dimanche, destruction de la famille, destabilisation sociale par une immigration mal accueillie, promotion de l’Islam…)il est recommandé de les mettre en avant.

  4. une âme

    Dans les émissions :
    “Dieu : de quoi je me mêle” passé sur Arte mardi soir et rediffusées demain vendredi dans la matinée, les propos de Mr Bayrou m’ont étonnés.
    Le sachant catholique, ses propos n’allaient pas avec ses convictions, c’est étrange, et cela reprends ce que vous écrirez Mr Carhon.
    Prions pour la conversion des âmes, et que la Parole de Dieu soit respectée sur terre comme au Ciel.

  5. trahoir

    Mr Bayrou se trompe, il croit être lui même la synthèse d’une démocratie qui se situerait entre son cerveau (de centre) droit et son cerveau (de centre) gauche.
    Si il y a synthèse politique “démocratique” elle doit se faire dans l’espace public et dans les assemblées parlementaires entre une (vraie) droite (qui n’a pas droit à la parole) et la gauche.
    Ce monsieur croit incarner une sorte de synthèse démocratique au delà même des choix des électeurs…la raison en est qu’il se méfie bien évidemment des électeurs de Droite. Notre centriste mational est il un démocrate sauce ex-“démocratie populaire” ?
    Cette attitude montre à quel point il est symbolique d’une période politique….d’après guerre. Son soi disant centrisme, en réalité gaucho centré (ne voyait il pas Marie Ségolène R entre les deux tours de l’élection présidentielle ?) date de l’après guerre.

Laisser un commentaire