Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Les sujets de philosophie

Ce matin, les épreuves du bac général ont commencé. Voici les sujets pour chaque série:

Série L (littéraire)

  • Peut-on prouver une hypothèse scientifique ?
  • L'homme est-il condamné à se faire des illusions sur lui-même ?
  • Expliquer un extrait du "Gai savoir" de Nietzsche

Série S (scientifique)

  • La culture dénature-t-elle l'homme ?
  • Peut-on avoir raison contre les faits ?
  • Expliquer un extrait des "Pensées" de Pascal

Série ES (économique et social)

  • La liberté est-elle menacée par l'égalité ?
  • L'art est-il moins nécessaire que la science ?
  • Expliquer un extrait de "Les bienfaits" de Sénèque

Série "techniques de la musique et de la danse"

  • La maîtrise de soi dépend-elle de la connaissance de soi ?
  • Ressentir l'injustice m'apprend-il ce qui est juste ?
  • Expliquer un texte de Nietzsche

A toute fin utile, je laisse les commentaires ouverts…

Partager cet article

16 commentaires

  1. “Peut-on avoir raison contre les faits?” Je ne vois pas comment on peut soutenir cette thèse. C’est le problème de l’idéologie, du rapport à la réalité. Aristote, philosophe réaliste, doit fournir des billes contre ça. Si quelqu’un peut m’expliquer comment défendre la raison contre les faits, je suis preneur.

  2. Ghalloun: le sujet appelle une discussion des termes, avant toute réponse à la question…

  3. Ghalloun : c’est ce qui est fait depuis 60 ans. On nie les faits (séquelles liés à l’avortement, indifférenciation hommes-femmes, adaptabilité de la démocratie européenne aux autres cultures…) mais cela finira par nous sauter à la figure.
    Toutefois, pour avoir une bonne note, il vaut mieux soutenir le contraire. Là est le piège !
    Quant à la liberté, elle est confortée par l’égalité au sens d’une stricte égalité des droits et des devoirs, mais elle est menacée par une égalité entendue aujourd’hui au sens d’un nivellement par le bas des différences qui existent naturellement entre les hommes (différences de force physique, d’intelligence, de caractère, de naissance, de sexe). mais de la même manière, comment avoir une bonne note avec un raisonnement pareil lorsque votre copie sera lue par un fonctionnaire de l’éducation nationale !

  4. “Peut-on avoir raison contre les faits”? …
    Non bien évidemment sauf à tomber dans l’idéologie, et encore n’est-ce là qu’une illusion: on contraint les faits à se plier à nos concepts par déformation de leur interprétation sinon par mensonge pur et simple, mais il n’en demeure pas moins que le réel demeure un référentiel objectif hors d’atteinte de notre subjectivité. En cela il est impossible d’avoir raison contre les faits. Car que signifie “avoir raison”? c’est affirmer quelque chose qui est vrai. Or qu’est ce que la vérité? c’est justement la conformité de l’intelligence au réel: “adequatio rei et intellectus” nous dit Saint Thomas d’Aquin. Dès lors on ne peut avoir raison que lorsque ce que l’on affirme correspond à la réalité des faits. C’est tout l’enseignement de la philosophie réaliste contre tous les subjectivismes.

  5. Je suis en terminale S, voici mon plan qui traite de “La culture dénature-t-elle l’homme ?”
    Culture : ensemble des des coutumes, traditions, habitudes, productions artistiques ou innovations propres à un groupe d’individus (communauté, peuple, nation…)
    I – La culture résulte d’une logique naturelle, elle est le fruit d’une adaptation à l’environnement particulier dans lequel le “groupe” évolue. L’existence de différentes cultures s’explique donc par la diversité d’environnements sur Terre. Cela enrichit l’humanité d’expériences et de recherches propres aux différentes cultures.
    II – La culture permet l’épanouissement de l’homme (artisanat, érudition, aptitudes…). Elle est donc bénéfique. Résultant des lois naturelles, la culture participe à la stabilité de la société et à son unité : l’homme, “animal politique” selon Aristote, est donc libre de se réaliser. La culture définit l’homme, il est homme par sa culture (repères, terre, liens “naturels” et liens spirituels…)
    III – C’est l’absence de culture qui dénature l’homme. Il perd son identité donc sa nature. Il perd sa relation avec la terre, son “groupe” et le divin. L’ “aculturation” (néologisme maladroit ?) est un processus visant à déraciner l’homme en lui substituant une pseudo-culture standard et uniforme obéissant à une logique mercantile.
    Je ne sais pas du tout ce que ça vaut, vous en avez les grandes lignes.

  6. addendum :
    III – L’absence de culture dénature l’homme. La culture garantit donc son intégrité.

  7. Il me semble, du peu que je connais de Descartes, que la raison se base sur les faits. Elle ne pourrait donc s’opposer aux faits.
    Maintenant, l’énoncé parle de “avoir raison”. Que cela veut-il dire ?
    C’est de la philo de comptoir, mais quand même : c’est une des ficelles de romans policiers que de proposer une histoire où les faits, mal interprétés dans leur contexte ou extraits de leur véritable contexte, poussent en avant une hypothèse que le brillant détective démonte en retrouvant le véritable contexte de ces mêmes faits et en donne une autre interprétation.
    Mais en fait, on retombe dans un autre problème que je dénonce depuis quelques temps : opposer 2 éléments qui ne sont pas de même nature. Un fait est un fait, “avoir raison” est un acte intellectuel de raisonnement, d’interprétation … des faits et de connaissances. Tout comme dans mon exemple, le détective n’a pas raison contre les faits mais contre une interprétation de ces faits. Simple abus de langage.
    Nous voyons encore un exemple du travail de sape des repères auprès des jeunes et les invitants à entrer dans des méthodes de réflexions stériles et défiant la logique.

  8. Je ne suis pas exactement intéressée par ces sujets et vous prie de m’en excuser.
    Je voulais juste dire que les commentaires me manquent.
    Ils sont un bon indicateur du degré de sensibilité des divers sujets abordés dans ce blog. Par ailleurs, ils renforcent le sentiment de communauté et d’appartenance à cette communauté (c’est si agréable de lire des gens qui pensent comme vous, contre le monde!). Ils rendent aussi le salon plus animé; et un salon animé est plus attrayant qu’un salon vide, non ?
    Enfin, parfois, ils sont une source d’enrichissement de ce blog. Soit par leur qualité, soit parce que les contradicteurs nous poussent à réfléchir et affiner nos propres arguments.
    Quoi qu’il advienne, je saurai rester philosophe.
    Lisa

  9. @ Ghalloun. Comment défendre la raison contre les faits ? Question intéressante. Il me semble que la thèse est en rapport avec le fait et son interprétation. Selon Nietzsche « il n’y a pas de faits, rien que des interprétations ». Autrement dit, les faits résulteraient d’une interprétation et appartiendraient au domaine subjectif. Par exemple, le nombre de manifestants qui défilent est un fait qui serait le fruit d’une interprétation et d’une volonté inconsciente ou consciente d’appuyer une certaine réalité… en fonction du thème de la manifestation. Difficile de soutenir une telle thèse !

  10. Ghalloun : je ne suis pas philosophe (et j’ai d’ailleurs eu une mauvaise note au bac), mais je pense que ce sujet traite des hypothèses scientifiques plus que de l’idéologie, et que si les faits ne peuvent pas mentir, leur interprétation peut parfois être erronée.

  11. @ Ghalloum
    Il s’agissait de prouver -ou non- qu’on puisse avoir raison contre des faits : car tout fait n’est pas une preuve de vérité en soi…….. On peut donc défendre la raison contre des faits : c’est souvent même un impérieux devoir.

  12. @ Boris : il ne s’agit pas de saper les repères ni de défier les règles de la raison mais au contraire d’aiguiser son esprit critique. Si vous passiez le bac vous auriez pu écrire ce que vous dites dans votre dissertation – si vous aviez un peu étayé et expliqué en quoi ces deux “éléments” sont d’une nature distincte vous auriez peut etre eu une bonne note… Ceci dit il aurait peut-etre fallu dépasser un peu le “fait” du roman policier. C’est en tout cas ce qui est attendu par le correcteur…

  13. Bravo à Lysandre, je n’aurais pas été capable de sortir cela en terminale !
    Quant à Descartes, il se méfiait des faits puisque selon lui, le réel est une illusion (exemple du bâton dans l’eau qui semble tordu), reprenant Platon. Il faut donc se fonder sur sa raison. C’est là toute l’origine de l’idéalisme, à savoir une philosophie construite sur les idées (d’où la notion d’idéologie reprise par certains commentaires) et non sur le réel. Nous savons tous que cela ne peut durer. Jean Daujat, dans un article intitulé “l’idéalisme ou les désordres de la société moderne”, démontre bien le cheminement de Descartes aux régimes totalitaires du XXè siècle, en passant par Kant, Nietzsche, Hegel, Marx. Il explique notamment comment le passage de l’idéalisme au matérialisme s’est opéré, notamment en se privant de l’idée de Dieu à laquelle Descartes n’avait pas renoncé. Nous restons toutefois empreints d’idéalisme et, à force de nier les faits, ceux-ci se rappelleront à notre bon souvenir.
    Pour l’autre sujet, la problématique à traiter est la suivante : est-ce la culture qui dénature l’homme ou l’homme qui dénature la culture (Cf. Koons, et autres artistes modernes) ?
    Avec en question subsidiaire : quelle doit être sa nature d’homme pour être ministre de la culture ?

  14. premier sujet ES :
    c’est peu que de le dire et il ne manquait assurément plus que le citoyen Gallouzeau pour en faire la pitoyable et destroy démonstration.

  15. Ca ne nous rajeunit pas : en 1981, mon sujet de philo au bac était déjà “Peut-on avoir raison contre les faits”. OK, la vérité, c’est l’adéquation de l’intelligence au réel ; ceci étant dit, à l’heure où Gallouzeau, effectivement, nous explique que nous devons être pour l’adoption par les homosexuels parce “de fait”, beaucoup d’homosexuels élèvent déjà des enfants, je trouve que c’est un très beau sujet de dissertation, pleinement d’actualité. On peut avoir raison contre ce que plein de gens perçoivent comme un fait indiscutable, pour le moins.

  16. Le grand problème de ces devoirs de philos est, quand on a bien en tête le fil conducteur, qu’il est demandé en fait aux candidats bacheliers de tartiner plusieurs pages pour des sujets qui finallement n’appellent qu’à peine 1/2 page de réflexion. Je pense que Socrate doit ou se tordre de rire ou bien faire une moue désabusée lui qui savait si bien expliquer les comportements humains de façon succinte et claire en véritable philosophe; pour ma part, je pense que seules les explications de texte appellent de longs développements. Je rêve d’un élève qui aurait le culot de traiter les trois sujets pendant le temps imparti de la même manière que ledit Socrate.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]