Les soutiens de Marion Maréchal-Le Pen écartés au FN

Images-5Alors que Marine Le Pen envisage de nouer des alliances externes, il semble qu'en interne elle ait écarté les soutiens de la branche "marioniste". Un cadre explique :

"Traditionnellement, on laisse un strapontin à chaque sensibilité. Là, ce sont surtout les 'marinistes' qui sont représentés".

Cet interlocuteur en veut pour preuve la non-intégration de deux étoiles montantes du parti, "suspectées d'être proches de Marion Maréchal-Le Pen", au Conseil national: Antoine Mellies et François de Voyer. Le premier est conseiller régional FN et fondateur du collectif Audace, dont la présidence a récemment échu au second. Autre absence: celle de Thibaut Monnier, secrétaire départemental de l'Isère et une autre figure d'Audace. Cette structure de "jeunes actifs patriotes" a pour ambition de séduire les entrepreneurs et échange notamment avec Jean-Frédéric Poisson. Mauvais signe pour un parti qui veut nouer des alliances.

Non élus au Conseil national, Antoine Mellies et François de Voyer n'ont pas été repêchés par la Marine Le Pen. Thibaut Monnier est le président de l’Issep, l’Institut des sciences sociales, économiques et politiques qui est en train de se mettre en place à Lyon avec l’appui de Marion…

Interprétation lapidaire d'un cadre:

"les 'marionistes' ont été exécutés ce week-end".

Un élu du sud confirme :

"Mais s'il y a des perdants et des gagnants à l'issue du congrès, les proches de 'Marion' font partie de la première catégorie". "Comme il n'y a plus personne pour les protéger, les 'marionistes' se sentent clairement menacés".

Marine Le Pen refuse de voir se développer une contestation qui la fragiliserait. Il semble qu'elle ne cherche à s'entourer que de flatteurs. 

Nicolas Bay est également dans le collimateur de l'état-major:

"D'aucuns voient en lui le cheval de Troie des identitaires dans un contexte où Marine Le Pen veut réduire leur influence". "Bay est la cible numéro un de l'entourage de Marine Le Pen".

Laisser un commentaire