Les sentinelles ne lâchent rien Place Vendôme devant une police énervée

Témoignage d'une sentinelle présente hier soir devant le ministère de la justice :

0"Hier soir Place Vendôme, une dizaine de sentinelles étaient présentes et
certaines se sont avancées devant le ministère
. La police est donc
arrivée pour empêcher les sentinelles de veiller librement. Ils les ont
donc portés de l'autre côté de la rue
. La police était particulièrement
énervée et les ordres semblaient plus virulents que d'habitude
. Un des
policiers nous a demander d'arrêter de twitter. Le commissaire était
avec eux : celui qu'on voit habituellement aux veilleurs assis,
"commissaire Éric Sommation" comme certains l'appellent. Nous sommes
partis reprendre des forces (bière pour tous) laissant deux
sentinelles veiller seule face à l'ensemble de la police venue en
nombre ce soir. Le commissaire a pu rentrer sentant le "danger"
s'éloigner.

1À notre retour, les policiers étaient assez
décontenancés et ont commencé à appeler dans tous les sens. Nous étions
une dizaine et avons pris notre position de sentinelles, certains
d'entre nous ont avancé, la réaction fut immédiate et violente. Un
policier a menacé une sentinelle " reculez ou je vais vous frapper! ".

Un
peu plus tard, un autre policier a bousculé assez violemment l'un
d'entre nous pour l'unique raison qu'il était sentinelle devant le
ministère en le traitant d'"autiste" (?) et autres noms insultant
non seulement les sentinelles mais aussi et surtout l'ensemble des
personnes atteintes de cette maladie. Le commissaire est revenu en
appelant en haut lieu et précisant qu'il voulait une GAV ce soir.

Les
policiers, pendant la soirée, cherchaient à nous intimider et nous
appelaient par nos prénoms et précisaient nos âges et lieux de travail. À
ce moment de la soirée, nous étions bien une dizaine de veilleurs face à
4 fourgons de police
, une voiture banalisée dans laquelle était
notamment le commissaire, le tout avec une voiture de police qui passait
de temps en temps pour surveiller l'ensemble.

Vers 6 h la police est
partie et les sentinelles ont repris leur place devant le ministère
avec pour seul leitmotiv : on ne lâche rien, jamais, jamais, jamais !!!"

26 réflexions au sujet de « Les sentinelles ne lâchent rien Place Vendôme devant une police énervée »

  1. esprit libre

    Bravo à ces sentinelles !
    La Résistance est en phase cruciale : François Hollande a peur et fait le forcing dans l’anxiété du second front qui s’ouvrirait et fera tout craquer.
    Les conflits sociaux ont temporairement pu être évités mais les caisses se vident. François Hollande a réorienté la politique française en faveur des djihadistes et Manuel Valls a courtisé les islamistes de France pour retarder par tous les moyens les émeutes de banlieues mais elles ne tarderont pas.
    La France semble “s’ennuier” comme au seuil de Mai 68 disait-on mais le pays dégringole et François Hollande ne maîtrise rien et en est bien incapable.

  2. FP

    il faut utiliser le site de lIGS pour rapporter les faits reprehensibles. Ca declenche automatiquement une demande d’explications hierarchiques. Prendre egalement en photo les fonctionnaires. C’est parfaitement legal, contrairement à ce qu’ils affirment systematiquement. Et deposer plainte !

  3. GG

    Bravo les sentinelles !
    Continuez, tous ces ridicules déploiements de troupes et constantes intimidations prouvent à quel point vous gênez ce gouvernement et l’idéologie destructrice qu’il colporte !
    Finira-t’il par craquer ? Donnons-nous le droit d’en rêver…

  4. C.B.

    “Un des policiers nous a demander d’arrêter de twitter.”
    “Un policier a menacé une sentinelle ” reculez ou je vais vous frapper! “.”
    “un autre policier a bousculé assez violemment l’un d’entre nous pour l’unique raison qu’il était sentinelle devant le ministère en le traitant d'”autiste” (?) et autres noms insultant non seulement les sentinelles mais aussi et surtout l’ensemble des personnes atteintes de cette maladie.”
    “Le commissaire est revenu en appelant en haut lieu et précisant qu’il voulait une GAV ce soir.”
    “Les policiers, pendant la soirée, cherchaient à nous intimider et nous appelaient par nos prénoms et précisaient nos âges et lieux de travail.”
    Et ce pays se vante d’être “le pays des droits de l’homme”
    Ou bien faut-il en conclure que certains ne sont pas considérés comme des “hommes”?

  5. ABC

    Ces renseignements sur des personnes pacifiques ressemble fort à ce qui a été “le scandale des fiches” : “L’affaire des fiches” concerne une opération de fichage politique et religieux dans l’armée française au début du XXe siècle (1904 et les années qui ont précédé). Elle fut réalisée par des loges maçonniques du Grand Orient de France à l’initiative du général Louis André, ministre de la Guerre, et, évidemment, de l’inénarrable Émile Combes. Eh bien à cette époque là, bien que les Gouvernants et beaucoup d’élus soient déjà extrêmement intolérants et oppressifs, le Gouvernement a été renversé par les élus du peuple français.

  6. courtoisie

    “Un des policiers nous a demander d’arrêter de twitter.”
    “Un policier a menacé une sentinelle ” reculez ou je vais vous frapper! “.”
    “un autre policier a bousculé assez violemment l’un d’entre nous pour l’unique raison qu’il était sentinelle devant le ministère en le traitant d'”autiste” (?) et autres noms insultant non seulement les sentinelles mais aussi et surtout l’ensemble des personnes atteintes de cette maladie.”
    “Le commissaire est revenu en appelant en haut lieu et précisant qu’il voulait une GAV ce soir.”
    “Les policiers, pendant la soirée, cherchaient à nous intimider et nous appelaient par nos prénoms et précisaient nos âges et lieux de travail.”
    Voici un certain nombre d’éléments qui devraient permettre de poursuivre toute cette racaille devant la vraie justice.
    Ils sont connus, photographiés, filmés en train de violer la loi qu’ils ont le devoir de faire respecter et qu’ils bafouent.
    Le temps de la justice approche, et ces délinquants vont avoir des comptes à rendre !

  7. Stephe

    “Les policiers, pendant la soirée, cherchaient à nous intimider et nous appelaient par nos prénoms et précisaient nos âges et lieux de travail.”
    Une plainte contre la police française au niveau européen est-elle envisageable sur ce point par des élus ?
    En tout cas nul ne peut plus ignorer le caractère totalitaire et policier de ce régime, qui est mieux renseigné sur les veilleurs que sur les djihadistes type merah. On voit où sont les priorités de Valls !

  8. SomeOne

    Hier je faisais sentinelle devant le ministère de la Justice vers 19 h avec 2 messieurs et 2 dames. Je suis une jeune fille. Deux messieurs sont passés devant nous, le visage fermé. Puis ils sont repassés, en me frôlant,et en me disant, à voix presque basse une phrase incompréhensible où j’ai juste compris que notre “cause” était “minable”! Et moi je les trouve simplement tellement lâches d’avoir choisi comme cible la personne la plus faible…

  9. Maurice

    Oui fp, c’est tout à fait légal, la preuve nous en a été donné sur lsb, un document du ministère de l’intérieur du 17 juillet 2006 dit que
    – les policiers ne peuvent pas s’opposer à ce que leurs interventions soient photographiées ou filmées –.
    Je n’ai pas le lien.
    Oui ABC, cela fait plus que ressembler à l’affaire des fiches, n’y a-t-il pas une suspicion de fichage pour des militaires ?!
    Avons-nous une police politique comme au temps de l’URSS et des pays sous sa domination ?!
    @ Arthur : les Copwatch le font très bien ! Il y a une application qui permet d’envoyer directement sur le site en cas de tentative de saisie du smartphone. (à chacun de les aimer où pas)

  10. kop

    ces flics sont des pourris, des racailles, ils ne valent rien, jouent les cowboys car ils savent que nous ne ferons rien contre eux de physiques, mis à part le 26 mai ou certains ont été éclaté, depuis calme plat.
    Ils ne respectent que les racailles violentes. ces types sont des pourris, des lachent et surtout des gauchistes.
    la dcri a compris que la vrai France a ouvert les yeux et détestent les flicailles, et surtout ne bougera plus pour les aider.
    et un jour ces lachent seront jugés par le peuple……..

  11. Arthur

    La police politique de Valls qui nous lit doit savoir une chose : ces comportements abjects ne font que renforcer notre détermination. Il y aura des Sentinelles jusqu’au départ de Hollande et au retrait de la loi Taubira. On ne lâche rien.

  12. BERT

    Bravo les amis !
    Quand je passe place Vendôme en voiture, je klaxonne : ti ti ti ta ta, ce qui voulait dire autre fois “Algérie Française”, mais veut dire aujourd’hui : “ON NE LACHE RIEN”. Il arrive que les veilleurs se retournent et nous échangeons saluts et sourires…
    Amitiés et UDP !

Laisser un commentaire