Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Les résultats contredisent les instituts de sondage

Les instituts de sondage pointés dans Présent :

"S’ils avaient prédit un mauvais score pour la gauche et une poussée du Front national, Robert Ménard, soutenu par le FN à Béziers, devait être au coude-à-coude avec l’UMP (44 % pour le premier, 30 % pour le second), le FN Steeve Briois battu dans tous les cas de figure au second tour (élu dimanche avec 50,25 %), les listes d’union de la gauche d’Anne Hidalgo l’emporter sur celles de l’UMP NKM à Paris (ces dernières sont en tête en nombre de voix)… et les listes socialistes de Patrick Mennucci à Marseille menacer l’UMP Jean-Claude Gaudin (37,64 %, tandis que celles du FN Stéphane Ravier, à 23,16 %, devancent celles du PS à 20,77 %)…

Certes, un sondage n’indique que l’opinion du jour du sondage et les sondés peuvent mentir… A la différence des Instituts de sondage qui eux, bien sûr, ne sont jamais soupçonnables de malhonnêteté. Et puis quoi encore !"

Partager cet article

15 commentaires

  1. La gauche avait tous les pouvoirs , mais nous pauvres naïfs on ne se doutait pas qu’ils avaient acheté aussi les instituts de sondage !
    Et beaucoup ce sont émus du mot STASI!

  2. Les instituts sont honnêtes mais ils sont victimes du fait que les personnes n’osent pas leur dire la vérité…. la force du politiquement correct !

  3. C’est drôle (ou pas): je n’ai pas le souvenir d’une élection où les instituts de sondage aient été plus favorables à la droite qu’à la gauche.
    Ces instituts de sondage sont devenus les outils bien pratiques du « meilleur des mondes », indiquant aux citoyens moutonnisés ce qu’ils doivent penser.
    Faisons leur la preuve de notre liberté de penser.
    #ONLR

  4. Il faut je crois bien distinguer 3 choses:
    – le sérieux de l’enquête de sondage
    – la fiabilité du modèle statistique employé
    – le rôle du sondage: connaissance d’une situation à un instant donné ou prétexte à propagande.
    Là sont les vraies questions!
    Si un sondage est commandé par un parti politique (notamment celui au pouvoir!) pour justifier de la popularité du gouvernement et du bien fondé de sa politique, il est bien évident que le sondeur va fournir des « résultats » qui vont dans le sens de son client!
    Ajoutons à cela que nous n’avons évidemment connaissance que des sondages « divulgués »…
    Ne prenons pas non plus les instituts de sondages pour des demeurés: ils sont capables d’analyses très pointues et très fiables…Mais la règle du jeu est de « sortir » des résultats conformes aux souhaits de leurs clients…
    C’est ainsi que les instituts de sondage se « trompent » mais que curieusement avec des analystes sortis des mêmes écoles et en utilisant les mêmes modèles statistiques, universellement connus, on constate qu’au même moment les « instituts officiels » délivrent des sondages qui s’avèrent « inexacts » alors que les Renseignements Généraux – qui n’existent pas – et les divers systèmes d’enquête du Ministère de l’Intérieur eux, ne se trompent jamais!
    La seule chose, c’est que ces sondages là ne sont pas divulgués, surtout s’ils sont défavorables au gouvernement en place!
    Le reste est une question d’exploitation médiatique où – il faut le souligner – les journalistes constituent une réserve, quasi-inépuisable, d’idiots utiles au service de la manipulation!
    L’exemple le plus flagrant en aura été l’affaire du premier tour de l’élection présidentielle de 2002.
    « Tout le monde » se préparait au duel du second tour Chirac / Jospin…
    Sauf les intéressés, et les sondeurs, qui savaient 8 jours avant de façon définitive que Jospin serait derrière Lepen!
    Les sondages bidon (faits sur des échantillons de 1000 à 5000 personnes!) n’ont aucune fiabilité car on peut démontrer facilement que sur une population de plusieurs dizaines de millions d’électeurs, un échantillon aussi faible ne peut en aucun cas être estimé représentatif à un seuil d’intervalle de fluctuation compatible avec le niveau de confiance voulu pour « garantir » la véracité du résultat!
    C’est comme cela que lors de l’élection présidentielle de 2002, le journal Marianne (pour ne parler que de celui là),qui est mis sous presse avant le week-end, avait préparé sa couverture et tout un cahier intérieur sur le second tour Jospin Chirac…
    Les exemplaires expédiés chez les distributeurs de presse, pour diffusion le lundi,ont été bloqués par fax le vendredi soir! Marianne a refait sa couverture et son cahier intérieur le samedi…
    [Je le sais pour en avoir été témoin: un ami distributeur de presse m’a montré le fax qu’il avait reçu…C’est ainsi que je conserve précieusement les deux versions de Marianne de ce lundi là: le vrai » avec le second tour Chirac / Jospin en couverture et le « refait  » avec la couverture Chirac / Lepen! L’affaire a dû coûté bonbon!]
    Ceci pour dire que des estimations faites sérieusement sont, dans l’immense majorité des cas, parfaitement fiables, encore faut-il que ce soient celles-là qui soient divulguées et surtout médiatisées!
    Certes, par nature, une estimation statistique n’est jamais vraie à 100% – par nature puisque précisément elle tient compte d’une fourchette d’incertitude – mais soyons bien sûrs que, dans 90% des cas, un sondage finalement « faux » est construit, présenté et médiatisé à dessein en toute connaissance de cause!
    Comme le disait Winston Churchill il y a déjà un siècle: « Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même manipulées. »
    Nil novi sub sole…

  5. Avant de connaître les résultats, tous les votants FN auraient-ils eu le courage de déclarer aux sondeurs qu’ils voteraient FN ?
    Il faut entendre les noms d’oiseaux dont on est le destinataire (ou la réprobation muette !) quand on dit qu’on est pro-FN (en dehors des petits cercles connus).
    Dans un sens, espérons que les Municipales libèreront la parole.

  6. Le problème, c’est que le sondage se fait sur un échantillon censé être représentatif de la population française. Après on en tire des conclusions commune par commune.
    On oublie seulement une chose : une même personne ne voterait pas forcément pour la même tendance dans la ville A ou la ville B.
    Mettons qu’elle arrive dans la ville et qu’elle ne connaît pas vraiment aucun des protagonistes : elle va voter pour sa couleur politique. Mais si elle est de longue date dans une ville où elle a reconnu les qualités du maire sortant qui se représente alors que le candidat de sa couleur politique ne lui semble pas fiable pour ce poste, elle peut voter pour le maire sortant.
    Ce cas de figure et bien d’autres peuvent notablement influer sur les résultats. Sans compter que ces sondages se font par téléphone (je le sais, j’ai été contactée), donc l’anonymat laisse grandement à désirer.

  7. C’est que les résultats ont tort. Seuls les instituts de sondage autorisés sont autorisés à avoir raison.

  8. Comme en 2002 aux présidentielles, où tous les gens que je croisais allaient voter FN, j’ai tout de suite pensé que le FN allait faire un « carton ».
    Il a fallu voir après la mobilisation….donc c’est mieux comme ça, le FN avance tout doucement à l’insu des sondeurs et ça va continuer. Ma fille qui votait à Caluire 69 a voté pour le maire sortant qui défend les valeurs et qui était en tête à LMPT, c’est le bon sens. Restons discret et on avancera plus vite. On va bientôt voir le bout du tunnel……..

  9. La foudre est tombée sur l’avion présidentiel et aussi sur les urnes!
    A quand dans les consciences ??????
    L’éclair déchirera la nuit !

  10. les instituts de sondage n’ont aucune fiabilité et maquillent leurs résultats, la meilleure des preuves étant le score de F. Hollande, toujours à la baisse depuis des mois mais qui stagne à 20% alors qu’il doit être tout au plus à 10% en réalité. Mais il ne le diront pas, car se poserait la question de sa légitimité.

  11. Les patrons de ces institut sont tous francmac

  12. @ miquet
    La question de la légitimité se pose déjà aux 20 ou 15 % de ravis de la crèche, aveugles devant la malhonnêteté et l’incompétence du bonhomme.
    Merci également à Saint-Plaix pour son intéressant exposé.

  13. Rappelons à tout le monde une règle simple…
    TOUT SONDAGE QUI DONNE UN POURCENTAGE EST UN SONDAGE TRUQUÉ !
    Un sondage normal fait par des gens honnêtes donne uniquement des fourchettes.
    Le reste n’est que littérature !

  14. Ça me rappelle un épisode de Perusse cité avec un sondage où le premier ministre passait à 17 % d’opinion favorable… et en fait… la seul option « positive » du sonage était « Oui, je l’adore tellement que je serais pret à partir faire un pic-nique avec lui sur l’autoroute »

  15. Les instituts de sondages sont payants et plutot meme onéreux …..donc pas question de décevoir l’habituelle clientèle assez nantie pour acheter des sondages ,comme l’ump et le ps ….
    Un sondage acheté a pour vocation de servir de prétexte pour faire la propagande habituelle ;
    faire mousser l’umps, rabasser le fn ,faire savoir aux gogos que rien ne change quoi qu’il arrive en France depuis 35 ans,
    pas question de savoir pourquoi l’umps est une catastrophe perdurant meme si tout le monde autour de vous ne vote pas pour eux …..

Publier une réponse