Bannière Salon Beige

Partager cet article

Franc-maçonnerie

Les politiciens franc-maçons doivent s’annoncer

Jean-Michel Quillardet, qui a été grand maître du Grand Orient de 2005 à 2008, l'affirme :

"les hommes publics et les politiques doivent arrêter de se cacher, et il y a encore de nombreuses personnalités politiques de premier plan qui ne se dévoilent pas. Lorsque j'étais grand maître, certains maires maçons me recevaient quasiment dans la clandestinité. Ils avaient peur de choquer leur électorat à cause de notre réputation de combinards ou de la question religieuse.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Le Problème avec la FM c’est qu’elle n’est pas unique, mais très divisée entre les différentes obédiences.
    Le Grand Orient est très anti religieux alors que d’autres comme la GLDF sont neutres et d’autres obligent leurs membres à croire en Dieu. Ceci dit la FM n’est pas une religion.
    70 % des francs maçons dans le monde suivent le Rite Ecossais Ancien et Accepté (REAA) qui prône la reconnaissance du Principe Créateur et invoque le Grand Architecte de l’Univers qui pour un chrétien est Dieu.
    La presse dit beaucoup de bêtises sur le sujet par méconnaissance ou mauvaise intention.
    L’article 1374 du Droit Canon condamne ceux qui se livrent à des actions contre l’Eglise.
    Si cela peut être vrai (et encore c’est une question de comportement individuel)pour le Grand Orient de France, il est difficile de l’affirmer pour la GLDF ou la GLNF pour ne parler que des obédiences les plus connues.
    Le pape devrait revoir sa copie sur le sujet, […]
    [Vous devriez plutôt vous instruire sur ce qu’enseigne l’Eglise
    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19831126_declaration-masonic_fr.html
    “Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion”
    MJ]

  2. Et bien oui qu’ils se dévoilent comme cela au moins on sera fixé, mais entre les pro-morts, les francs maçon (c’est un peu pareil), les ralliés, les pas courageux, les incompétants, les carriéristes, et j’en passe il sera de plus en plus difficile de voter

  3. Je connais, mais ce ne sont que des affirmations. Mais enfin si cela vous fait plaisir.
    Ne faites pas de fixation sur la FM. Dans notre société il y bien plus grave. Et des obédiences qui se disent franc-maçonnes il y en a tous les jours qui se créent.
    Ne prenez pas les gens qui n’ont pas exactement les mêmes opinions que vous pour des imbéciles.
    […]
    [Je crois malheureusement que vous n’avez pas bien saisi : on ne peut pas être à la fois catholique et franc-maçon comme on ne peut pas être à la fois catholique et musulman. C’est incompatible.
    Et on le voit bien : les catholiques aiment la vérité tandis que les franc-maçons cachent leur appartenance.
    Sur le fond, les arguments ne manquent pas :
    Tout oppose la philosophie maçonnique et la religion catholique.
    1°) Historiquement chacun connaît Saint Pierre, premier Evêque de Rome à qui Jésus a confié son Eglise.
    Les origines de la maçonnerie spéculative sont plus discutables; cependant, beaucoup d’historiens admettent que celle-ci a résulté de la transformation de la maçonnerie opérative (bâtisseurs de cathédrales) à Londres en 1717, sous l’impulsion de deux pasteurs, Anderson presbytérien et Désaguliers anglican, influencés en sous-main par le physicien Isaac Newton, hérétique notoire, pratiquant la magie et l’alchimie, et admirateur de Nostradamus et des Lumières ! Du reste, les Constitutions fondatrices, dites d’Anderson (1723) ne mentionnent Dieu qu’une seule fois, dans une tête de chapitre, et jamais la Sainte Trinité, le péché, le salut, la Résurrection, l’Ascension ni la Pentecôte, la venue du Saint Esprit. En France la maçonnerie apparaît dès 1725 avec Montesquieu, et ses membres, nobles, grands bourgeois voire écclésiastiques sont gallicans, c’est-à-dire opposés à la prééminence de l’Evêque de Rome. En tous cas, la FM, qu’elle soit opérative ou spéculative est une résurgence de la Gnose, hérésie dèjà condamnée par Saint Irénée au II° siècle et que l’on retrouve dans tous les ordres initiatiques.
    2°) Les fondements sont
    – pour le christianisme, le kérygme, c’est-à-dire l’annonce par des témoins oculaires, dont l’apôtre Saint Jean, de la mort et de la résurrection de Jésus pour notre salut; (lire à ce sujet la Deuxième Epître de Pierre);
    – pour la maçonnerie, des mythes, dont le mythe central d’Hiram, architecte du temple de Salomon qui aurait été assassiné par trois mauvais compagnons, ce qui ne repose sur aucune preuve historique, pas plus que la transmission par Saint Jean d’un enseignement secret de Jésus aux ordres initiatiques successifs en passant par les Templiers, pas plus que la transmission des rites initiatiques depuis l’antiquité égyptiennne jusqu’aux francs-maçons modernes, transmission soutenue par le franc-maçon et talentueux romancier Christian Jacq. Rappelons qu’entre la mort de Saint Jean et l’apparition des Templiers près d’un millénaire s’est écoulé, sans qu’un historien ait trouvé trace d’une relation entre eux.
    3°) Les principes de base sont aussi opposés.
    – Le christianisme est une religion révélée par Dieu lui-même, d’abord à Moïse, puis en et par Jésus le Messie, et il comporte un certain nombre de dogmes, inclus dans le Credo, qu’un catholique bien formé et convaincu ne peut contester sans renier sa Foi (Dieu trinitaire, Incarnation, Résurrection, Ascension, Immaculée Conception, Assomption de la Vierge Marie). L’Eglise affirme détenir la Vérité sur les relations entre Dieu et l’Homme. Enfin, le chrétien compte plus sur la Grâce miséricordieuse de Dieu que sur ses propres oeuvres pour accéder au salut.
    – La Franc-maçonnerie prône une philosophie humaniste consacrée à la recherche de la vérité, mais qu’elle estime inaccessible. Elle rejette tout dogme et soutient le relativisme:
    . relativisme religieux qui met toutes les religions sur le même plan, alors qu’elle s’érige au-dessus d’elles, dès 1723, comme “centre de l’union” (indifférentisme);
    .relativisme moral, aucune règle morale n’étant pour elle d’essence divine et donc intangible: sa morale évolue au gré du consensus des sociétés, ce qui ressort également du naturalisme: “En toutes choses, la nature ou la raison humaine doit être maîtresse et souveraine”(Léon XIII dans son encyclique mettant à jour la maçonnerie qu’il qualifie de secte). En quelques mots et toutes obédiences confondues, c’est l’indépendance de l’Homme vis-à-vis de Dieu et la négation de tout phénomène surnaturel: c’est la cité terrestre de Saint Augustin…”l’amour de soi porté jusqu’au mépris de Dieu”. Entous cas, c’est le refus de tout phénomène surnaturel: théophanies, apparitions, miracles.
    4°) Les enseignements
    – dans l’Eglise Catholique sont accessibles à tous; il n’y a pas d’enseignement secret, n’en déplaise à Dan Brown et aux gnostiques: Catéchisme, comptes rendus des Conciles, Encycliques destinées aux Evêques et cependant divulguées urbi et orbi;
    – dans la franc-maçonnerie une formation ésotérique, secrète est donnée aux initiés selon leur grade, qui révélerait progressivement les mystères cachés par les dignitaires de la religion exotérique que serait l’Eglise apostolique et romaine (et pourquoi les Eglises orthodoxes et protestantes dissimuleraient-elles les mêmes mystères, alors qu’elles ont longtemps combattu l’Eglise romaine?). Tous les rituels font miroiter aux yeux des initiés la “Connaissance” d’une soi-disant “Tradition primordiale” préhistorique et d’une “Lumière”, qui au mieux est celle d’une meilleure connaissance psychologique de l’initié par lui-même, mais en aucun cas celle de la Transfiguration au Thabor ou celle d’un Saint Séraphin de Sarov en présence de Motovilov.
    5°) La conception de Dieu est profondément différente:
    – pour un chrétien, Dieu est un être personnel, trois personnes en une, mais un Dieu-personne entretenant une relation d’amour avec la créature humaine: c’est du théisme;
    – pour un FM, ce peut être au mieux le Grand Architecte de l’Univers, Dieu abstrait, mais c’est seulement le “Créateur-maître horloger” comme le désigne le pourtant pasteur Désaguliers et plus tard Voltaire, initié sur le tard: c’est du déisme. Ce GADLU n’intervient pas dans les affaires des hommes.
    6°) L’eschatologie, les fins dernières
    – dans le christianisme, c’est la Vie Eternelle, accordée par grâce, dans une adoration et une louange sans fin, face à face amoureux avec le Seigneur;
    – dans la franc-maçonnerie, c’est le “passage à l’Orient éternel”, espérance de l’abbé J.C Desbrosse, qui échappe à toute définition ou description, hormis le respect des initiés vis-à-vis de leurs défunts.
    7°) Le perfectionnement de l’Homme
    – pour le chrétien, consiste, avec la grâce de Dieu et les sacrements, à s’acheminer vers la sainteté, dans l’imitation de Jésus Christ, l’humilité et la charité;
    – pour le FM, c’est l’élitisme des initiations successives, forme d’animisme (selon René Guénon et Mircéa Eliade), et la recherche du bien qui n’est nulle part précisé, puisque la morale évolue, dans la sincérité qui, chacun le sait, n’est pas synonyme de vérité: le FM est un self-made man. Cela rappelle le pélagianisme combattu par Saint Augustin.
    8°) La relation avec les autres religions
    – pour le catholique, c’est un respect des croyants des autres religions, dans la tolérance due aux personnes qui n’ont pas encore été éclairées par l’Esprit Saint, mais dans la préservation jalouse de la doctrine de l’Eglise, transmise aux Apôtres et leurs successeurs; c’est le véritable esprit de la rencontre d’Assise de 1986;
    – pour le FM, c’est une tolérance générale vis-à-vis de toutes les croyances et philosophies, avec un goût prononcé pour le syncrétisme, c’est-à-dire la combinaison peu cohérente de différentes doctrines spirituelles: c’est aussi la Gnose, subversion de la vraie Foi, affadissement du sel de la terre!
    9°) La relation au corps et au plaisir
    – pour le catholique n’a pas été puritaine, sauf pour les Cathares et les Jansénistes, et elle ne l’est pas dans les écrits du Saint Père, Jean-Paul II, qui célèbre l’acte conjugal comme un “véritable acte d’adoration”, mais le corps et les sens doivent rester soumis à la conscience et à la loi morale et subordonnés à l’amour véritable;
    – pour le FM, elle doit être d’une liberté totale entre adultes consentants; cet hédonisme a conduit la franc-maçonnerie à promouvoir toutes les lois favorisant le divorce, la contraception, l’avortement, le PACS, les manipulations embryonnaires et bientôt la dépénalisation des drogues dites douces, ainsi que la légalisation de l’euthanasie: “c’est tout le concept de famille qui en train de basculer” selon le pronostic du Docteur Pierre Simon (De la vie avant toute chose; Ed. Mazarine 1979).

  4. la preuve ils viennent de sortir un magazine qui se nomme francs-macons
    http://dl.free.fr/ldU6Xl6b pour la photo

  5. Excellent texte d’Andrepaul.
    Quoi qu’il en soit, il s’agit en général d’hommes intelligents. Comment peuvent-ils avoir des rites aussi ridicules que leurs cérémonies en tabliers de peau de porc, etc. ?

  6. pourquoi tant de pudeur de la part des frans maçons?
    Ne sont-ils pas les maîtres de la République depuis 2 siècles?
    ils font tout ce qu’ils veulent sans rencontrer aucun obstacle.
    Tous les députés sont entièrement à leurs ordres.

  7. Cette mise au point sous le commentaire d’Andrepaul est très instructive. Merci.

  8. Nous voulons détruire la civilisation judéo-chrétienne
    Ces manipulations auxquelles on se livre rappellent étrangement les méthodes des nazis ?
    Si les médecins à croix gammée avaient eu les techniques que nous possédons à l’heure actuelle, il est certain qu’ils auraient expérimenté sur des embryons de Tziganes, de Juifs, de Polonais, de chrétiens, enfin de gens qui n’étaient pas susceptibles de devenir de bons nazis.
    Et il est certain qu’on aurait pendu ces médecins à Nuremberg. Aujourd’hui, on observe un changement profond qui est lié à cette chape d’ignorance que certains ont essayé de répandre sur le monde scientifique.
    Ce voile, il a été jeté dans quel but ?
    Dans un but très simple, que j’ai entendu expliquer par une femme, haut dignitaire, je crois, de la maçonnerie féminine, C’était à Royaumont, plusieurs années avant le vote de la loi Veil. Cette femme a déclaré ceci : ” Nous voulons détruire la civilisation judéo-chrétienne : pour ce faire, nous devons d’abord détruire la famille, pour détruire la famille nous devons l’attaquer dans son maillon le plus faible : son maillon le plus faible est l’enfant qui n’est pas né encore donc nous sommes pour l’avortement “. Et elle s’est rassise.
    Elle n’a dit que cela. Il y avait cinquante journalistes dans la salle, et pourtant cette intervention n’a pas été retransmise dans les journaux. Je crois que cette dame avait exactement craché le morceau !
    Ce problème de l’avortement est à la base de nos difficultés ?
    Non, non, le problème de l’avortement est un symptôme. Certes il connaît une actualité brûlante. Mais le problème majeur est très exactement l’entreprise de destruction de la civilisation judéo-chrétienne, c’est-à -dire de l’idée qu’ont les chrétiens de la nature humaine. C’est cela qu’on veut faire disparaître ; l’avortement est un moyen. Un moyen très puissant, car il laisse des séquelles morales profondes, et parmi les femmes qui ont avorté, et parmi les avorteurs, et parmi ceux qui ont milité pour l’avortement. Ce sont des choses qui marquent profondément le cœur des hommes.
    Même quand ils s’en défendent ?
    Même quand ils prétendent être tout à fait favorables, car ce sont des choses qui atteignent la racine de l’être humain. Véritablement, si nous perdons ce respect, dû à tout être humain pour la simple raison qu’il est un être humain, alors on verra se fabriquer une nouvelle éthique ; au gré des majorités on changera les lois et tes mœurs, on décidera qui a le droit de vivre, et qui ne l’a pas.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services