Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Eugénisme

Les parents d’enfants trisomiques sont heureux

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

"Sur les 2.044 parents d'enfants trisomiques interviewés dans le cadre d'une enquête menée par l'American Journal of Medical Genetics, l'immense majorité – 79 % – affirment qu'ils considèrent la vie de manière plus positive à cause d'eux ; seuls 5 % se sont dits « gênés » par le regard des autres et 4 % regrettent de leur avoir donné la vie. De même, presque tous les frères et sœurs interrogés ont décrit leur relation avec leur frère ou sœur trisomique comme « positive » ou « valorisante » ; les plus âgés d'entre eux ont précisé – à 88 % – que cette expérience les avait eux-mêmes rendus meilleurs."

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

8 commentaires

  1. Et il y a des gens qui croient qu’un enfant trisomique ne mérite pas de vivre, qu’il faut l’éliminer avant la naissance…

  2. Un jour, il faudra raconter aux partisans de “l’enfant sans défaut” l’histoire édifiante de parents dont l’enfant unique, parfait à l’échographie, de caryotype normal, sans aucune déficience génétique, avec un parfait développement psychomoteur, est devenu toxicomane, voleur, menteur, violent, puis après un refus opposé à une enième extorsion, les a agressé en laissant sa mère pour morte avec un couteau de cuisine dans le ventre.
    Cette histoire, des milliers de parents la vivent, parce qu’un être qui naît aura toujours sa propre histoire et son propre libre arbitre, qui le mèneront parfois plus sûrement vers le statut de “mauvais enfant” qu’un gène à l’envers. Si les couples refusent l’idée d’avoir une famille autre que “normale”, ils feraient mieux de ne pas avoir d’enfants, et de vivre célibataires et chastes.
    Le jour où les gens auront compris qu’exiger un “enfant normal” est sans doute l’un des pires péchés qu’on puisse commettre (j’oserais rapprocher ça du “péché contre l’Esprit” qui ne peut JAMAIS être pardonné), tous les “dépistages”, “diagnostic in utero” et autres saletés disparaîtront comme elles sont apparues.

  3. Il faudrait que Mme Smits l’envoie au député qui s’était demandé pourquoi on “gardait” les bébés trisomiques dans 4% des cas…

  4. Et si bien même, seulement une seule famille sur 100 se sentait heureuse (et non pas 88),est-ce que cela justifierait l’élimination massive des trisomiques?!
    L’on est dans une logique des sondages qui ne devrait pas exister même si j’en comprends le but. Je suppose qu’il faut employer les “armes de l’ennemi” pour le convaincre, mais c’est bien regrettable.
    Poser la question pour d’autres maladies notamment psychiques qui se déclarent plus tard, bien après la naissance, comme par exemple la schizophrénie et qui sont très difficiles à vivre dans les familles, le pourcentage serait sans doute moins favorable. Est ce que cela justifierait ce que certains états ont déjà légalisés pour les personnes âgées…?
    Non vraiment je n’aime pas cette logique de sondage.

  5. J’ai fait erreur, c’est 79 heureux et 88 meilleurs. Mon raisonnement est donc sur le chiffre 79

  6. Je confirme que ces enfants rendent très très heureux. Notre petite fille adoptée nous laisse entrevoir le ciel en quelque sorte et nous montre ce qui est l’essentiel : l’amour

  7. Dans mon église, il y a une petite famille dont la fille est un bébé trisomique 21… le père m’a dit tout son bonheur, tout en me racontant comment sa famille avait rejeté cet enfant, choisissant de ne pas visiter la mère et le bébé à la maternité, etc.

  8. Je vois un bémol à ce sondage: il est fait par un journaml américain avec des sondés américains. Aux Etats-Unis, si l’état est moins présent, le secteur associatif l’est beaucoup plus et il y a une mentalité pro-vie nettement plus développée.
    Les résultats en France sur ce type de sondage seraient sans doute un peu différents.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services