Les mots pour le dire

Ligne droite publie quelques définitions pour désigner nos adversaires. Extraits :

  • Capture d’écran 2018-02-21 à 19.18.17Le Système désigne l’ensemble des institutions publiques et privées par le truchement desquelles l’oligarchie mondialiste impose sa domination en France et plus généralement en Occident.
  • L’oligarchie, la super classe mondiale, les oligarques, le cartel de Davos sont ceux qui entendent gouverner contre la volonté des peuples européens et qui ont pris le pouvoir en Occident après la chute du communisme pour imposer leur projet mondialiste.
  • La Nouvelle Gauche, la gauche bobo, la gauche Macron désignent la gauche qui a pris le pouvoir avec Emmanuel Macron. C’est une gauche libertaire, égalitariste, mondialiste, immigrationniste et ralliée ouvertement à l’ultra-libéralisme.
  • Les mondialistes, les cosmopolites, les immigrationnistes constituent une composante essentielle de la Nouvelle Gauche qui renouvelle l’ancien internationalisme et conduit à détruire toute forme d’identité.
  • Les lobbies, les séparatistes, les ligues de vertu antiracistes désignent les groupes communautaristes minoritaires qui imposent leur idéologie ou leurs intérêts à la majorité de la population.
  • Les politiciens ne se préoccupent que de leur élection, par opposition aux politiques qui pratiquent la grande politique et se soucient donc du bien commun.
  • Les médias de propagande représentent les médias grand public, qui, devenus la propriété des grosses sociétés du CAC40, n’informent plus mais diffusent l’idéologie du Système et de la Nouvelle Gauche, n’hésitant pas à censurer tous ceux qui la contestent.
  • Le politiquement correct, la pensée unique, la bien-pensance, la doxa dominante, l’idéologie dominante sont autant de mots pour désigner l’idéologie ultra-libérale, libertaire, égalitariste, mondialiste et cosmopolite de la Nouvelle Gauche au pouvoir. Cette idéologie est présentée sous le vocable trompeur de valeurs, alors qu’elle est une démarche totalitaire qui mène ceux qui la contestent à être traités d’extrémistes.
  • L’individualisme, l’idéologie des droits de l’homme représentent l’idéologie du Système puisque l’ultra-libéralisme repose sur un individualisme méthodologique radical et parce que le culte de droits de l’homme sert à déconstruire la citoyenneté et la souveraineté des Etats, les étrangers étant réputés avoir les mêmes droits que les citoyens, voire des droits supérieurs.
  • La culture de mort véhiculée par le Système aux dépens des seuls Européens prône l’avortement de masse. Présentée comme un droit des femmes, elle conduit au refus de promouvoir la famille et la démographie européennes.
  • L’État Big Mother, parent de Big Brother, promeut la déresponsabilisation des individus et un puritanisme hygiéniste à caractère totalitaire.
  • Le gouvernement des juges désigne le prétendu « état de droit » qui assure la domination des juges inamovibles sur les législateurs élus. Il s’agit en réalité d’une nouvelle forme de théocratie qui fait des juges les gardiens du politiquement correct.
  • La christianophobie, l’occidentophobie, la xénophilie désignent la propension du Système à nier, voire à combattre, notre identité et notamment les racines chrétiennes de notre civilisation.
  • L’immigration de peuplement, le grand remplacement, l’industrie migratoire sont autant de formules pour stigmatiser la politique conduite par la super classe mondiale visant à remplacer la population européenne et les travailleurs européens sur leur propre terre. Le caractère catastrophique de cette immigration de peuplement résulte de son caractère massif qui rend illusoire tout processus d’assimilation. En outre l’immigration de peuplement apporte l’islamisation. L’immigration de masse est encouragée par tout un réseau d’intérêts qui constitue une véritable industrie.
  • L’islamisation désigne le processus d’implantation de la civilisation musulmane sur notre sol.
  • Le populisme est davantage un symptôme qu’un remède. En se focalisant sur les classes moyennes et populaires, le populisme néglige le fait que le renouveau de notre civilisation doit aussi impliquer les élites dirigeantes
  • L’Europe de Bruxelles, l’européanisme désignent l’appareil européen actuel qui, loin de construire l’Europe, pratique en réalité la déconstruction mondialiste et post-démocratique de l’Europe, pour la transformer en un grand marché ouvert.

Laisser un commentaire