Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Les monnaies locales pour privilégier l’enracinement

Il y a ceux qui critiquent l'euro tous les 4 matins. Et ceux qui créent leur monnaie locale. Plus d'une trentaine de monnaies sont déjà en circulation. Une nouvelle monnaie s'apprête à voir le jour : le galais sur les 54 communes et les 70 000 habitants du pays de Ploërmel, au sud de la Bretagne. Cette monnaie servirait à régler ses achats au sein d'un réseau privilégiant les circuits courts, donc l'emploi et les produits locaux. 

Une petite trentaine de monnaie sont aussi en projet.

Capture d’écran 2015-06-30 à 07.22.20

Partager cet article

14 commentaires

  1. On peut changer l’euro en monnaie locale mais pas le contraire ? Quel drôle d’échange si on ne peut reconvertir en argent officiel !
    Quel intérêt ?
    Celui de nous habituer à ne plus avoir d’espèces, en plus c’est contrôlé par l’état donc ce n’est pas un projet innocent même si l’on argumente sur les échanges locaux.
    Il y a bien longtemps on pouvait changer le billet (papier) en contrepartie OR qui, assurait-on, était dans les coffres bancaires en France. Depuis l’Europe, tout l’OR national se trouverait dans les coffres de Francfort parait-il.
    Il y a bien longtemps que l’on nous a dépossédé de nos richesses !

  2. Ces “monnaies locales” sont un nouvel élément de destruction de la France. Pour qu’un pays existe, il doit avoir :
    – des frontières : nous n’en avons plus.
    – une langue : grâce à l’invasion arabe et aux efforts de la “déséducation nationale”, elle est en train de disparaître.
    – une monnaie : nous n’en avons plus et l’apparition des monnaies locales est un retour en arrière dangereux. D’ailleurs, si “l’Europe” qui a détruit nos monnaies nationales, encourage ces monnaies locales, ce n’est pas un hasard.

  3. L’apparition des monnaies locales n’est pas nouvelle en période de crise grave. De 1914 à 1927 circulèrent en France et en Algérie ce que l’on appelle les monnaies de nécessité (monnaies-carton, timbres-monnaie). Les chambres de commerce émirent également de la monnaie de 1920 à 1927.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Monnaie_de_n%C3%A9cessit%C3%A9

  4. Si on supprime les espèces, il sera facile pour un gouvernement dictatorial de nous faire marcher au pas ! Il nous menacera de bloquer notre carte bancaire comme cela a déjà été fait contre des Russes et des Iraniens.
    Il est donc indispensable de mettre en place une monnaie locale. Au moins, celui qui est “un résistant” pourra se sustenter !

  5. Excellents commentaires de TonyLucky et emilie. J’ajoute que ce système de monnaie locale permet toujours aux mêmes de ne pas payer d’impôts : ceux qui ont du temps à perdre avec cette monnaie locale (et pas trop de scrupules) ne paient pas de TVA ! Et les bons pères de famille, qui travaillent, ont des enfants pour soutenir la nation, payent des impôts, n’auront ni le temps ni le goût d’employer cette monnaie de privilégiés.

  6. Le privilège du souverain est de battre monnaie.
    Vivement le retour à la féodalité et le retour de notre bon roi ! Des libertés en bas et de l’autorité en haut, l’inverse d’aujourd’hui…

  7. Typique du retour à l’arriération galopante. Quelqu’un peut m’expliquer en quoi une monnaie locale serait “anti-crise” ?
    On nous annonce une “monnaie rurale”. Formidable. Donc l’argent que je gagne à la campagne (en vendant des bières dans mon bistrot, par exemple), je ne peux pas le dépenser à la ville (pour m’acheter une nouvelle machine à café, plus productive). Vachement “anti-crise”, en effet…
    L’argent que je gagne dans un village breton, je ne peux pas le dépenser dans un village savoyard. C’est sûr que mettre des obstacles aux échanges économiques au-delà de quelques kilomètres, ça va ééééénormément favoriser la croissance et l’emploi…
    Qu’est-ce que c’est que ces salades sur les “circuits courts” et “l’emploi local” ? Les circuits courts et l’emploi local, ça veut dire la misère. Les Bretons vont favoriser l’achat de voitures bretonnes ? Ils vont susciter la création d’entreprises numériques réservées à l’Internet breton ?
    Quand les circuits étaient “courts” et l’emploi “local”, les gens allaient pieds nus parce que l’achat d’une paire de chaussures était un luxe inouï. Pour être courts, ils étaient courts, les circuits ! Quant à l’emploi, il était tellement local qu’il n’y en avait pas.
    Les mêmes qui s’indignent que les pitits paysans françoués ne puissent plus exporter leurs produits en Russie, à cause des sanctions, nous chantent les vertus du “galais”, monnaie de singe qui est largement acceptée en Russie, comme chacun sait.
    Bien sûr, ces “monnaies locales” ne sont pas des monnaies. Une monnaie, c’est une banque centrale émettrice, et une autorité politique qui en garantit la valeur, par la force légale si nécessaire. Les monnaies locales sont émises et garanties par qui ?
    Les monnaies locales ne créeront pas un emploi supplémentaire ni un euro de richesse supplémentaire. Elles peuvent donner l’illusion aux gens d’être vertueux et de “faire quelque chose”, en se substituant à la monnaie légale pour une proportion infime des transactions existantes de faible valeur. Au prix d’embêtements sans nom. Mais pas une transaction nouvelle ne sera suscitée.
    Les Français refusent de se soumettre aux lois économiques, et ils choisissent de jouer à la marchande à la place. On ne peut pas davantage échapper aux lois économiques qu’on ne peut échapper à la loi de la gravitation.
    Ce refuge dans l’infantilisme n’augure rien de bon. Ça nous va bien, de nous moquer des Grecs !

  8. “Les monnaies locales”
    Les monnaies locales
    Un pis aller dans le cas où la problématique bancaire grecque arrive en France ?
    Non !
    La monnaie locale une pratique qui anticipe un niveau de crise celui dit du rationnement.
    « En période de rationnement, la population reçoit des cartes ou des coupons appelés « tickets de rationnement », qui peuvent être échangés, dans les services administratifs ou dans les magasins, contre certaines denrées de base. 
    1914
    La pénurie alimentaire se développant après le début de la guerre, le rationnement du pain a été mis en place dès décembre 1914
    1940
    Un système de rationnement similaire à celui établi pendant la guerre précédente a été mis en place dès mars 1940 et fut prolongé, pour certains produits, comme le pain, jusqu’en 1949. »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rationnement
    2015
    Et oui, aujourd’hui je stocke ma monnaie locale.
    Demain avec mes tickets de rationnement j’aurai un matelas financier même si ma banque me fait la gueule.
    Signé : le club des fourmis.

  9. Voici une explication plus concrète de la MLC :
    http://xyetz.com/monnaie-locale-complementaire-et-nous/

  10. @ jacky.a | 30 juin 2015 13:45:51
    “Et oui, aujourd’hui je stocke ma monnaie locale. Demain avec mes tickets de rationnement j’aurai un matelas financier même si ma banque me fait la gueule.”
    Absurde. Vous confondez deux instruments économiques qui n’ont rien à voir. Lorsque l’autorité légale impose un régime de rationnement, cela veut dire que personne ne peut acheter davantage que ce à quoi lui donnent droit ses tickets de rationnement, même s’il est milliardaire, paye avec des lingots d’or ou avec… de la “monnaie locale”.
    Sauf si vous faites du marché noir, évidemment. Mais dans ce cas, vous avez toujours besoin d’argent ! Ou de “monnaie locale”, peu importe. Vous avez même besoin d’en avoir davantage, puisque les risques que prend le vendeur à vendre illégalement se traduisent par une hausse des prix.
    Vous confondez un rationnement (la marchandise est rare, donc elle est rationnée par l’autorité dans un but d’ordre public) et une restriction de la circulation de monnaie (les banques ferment parce qu’elles font faillite, ou les retraits sont limités pour éviter la fuite des capitaux).
    Une “monnaie locale” peut vous protéger contre ce second risque, mais ni plus, ni moins que si vous détenez une liasse de billets de la monnaie officielle. Plutôt moins, d’ailleurs, puisque par défnition, elle n’est valable que localement, et encore !… chez les “locaux” qui l’acceptent, car elle n’a pas cours légal !
    En cas de fermeture des banques ou de restrictions sur les retraits, la dernière des choses à faire est de stocker de la “monnaie locale” ! Stockez la monnaie légale, c’est la seule qui vous servira… Et ayez une ou plusieurs cartes de crédit en état de marche.
    En revanche, stocker les nécessités de base (alimentation, hygiène…) peut avoir du sens (dans la limite du raisonnable).

  11. L’ignorance et la superstition rivalisent sur ce site militant pro-monnaie locale :
    http://xyetz.com/monnaie-locale-complementaire-et-nous/
    “Lorsque j’utilise une monnaie locale , je dynamise l’économie locale : j’accélère les échanges locaux, parce que je dépense plus rapidement ma monnaie « fondante » (rappel « Fondante » = elle perd de sa valeur monétaire au fil des mois).”
    Quoi ?!? En plus de tout le reste, les monnaies locales perdent de leur valeur au fil des mois ? J’ignore si c’est vrai (et je vois mal comment ce serait organisé), mais si c’est le cas, c’est une raison de plus qui fait que ce sont de très mauvaises monnaies !
    Donc, une monnaie qui vous appauvrit dès que vous la mettez dans votre poche, ce serait une monnaie vertueuse ? Une monnaie avec une inflation incorporée et automatique, ce serait une monnaie préférable à la vraie, laquelle est très peu inflationniste en ce moment ?
    C’est bien ce que je disais : les gens sont devenus complètement fous. Noir c’est blanc, la pauvreté est préférable à la prospérité, l’eau ne mouille pas, etc.
    La conservation de la valeur est considérée, au contraire, comme une qualité indispensable à une bonne monnaie. Depuis la nuit des temps.
    Il serait bon d’étudier un peu le sujet dont on parle avant de se mêler de donner des leçons.

  12. Encore une belle perle, sur ce site signalé par un lecteur :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rationnement
    “En période de rationnement, la population reçoit des cartes ou des coupons appelés « tickets de rationnement », qui peuvent être échangés, dans les services administratifs ou dans les magasins, contre certaines denrées de base.”
    Bien sûr que non ! Ca, c’est ce que croient les communistes, qui s’imaginent que le gouvernement est un père Noël qui distribue gratuitement le pain et la viande ! Un ticket de rationnement ne dispense pas de payer ses achats… Il vous interdit d’acheter davantage que la quantité allouée même si vous avez beaucoup d’argent !
    Encore un bel exemple de la science-Wikipedia, et de la sagesse acquise par copier-coller…

  13. @Robert Marchenoir
    “Absurde.
    Vous confondez deux instruments économiques..”
    Le marché noir…
    est-il un instrument économique?
    @Robert Marchenoir
    “Lorsque l’autorité légale impose un régime de rationnement..”
    l’autorité légale!
    En régime de rationnement…
    c’est le chacun pour soi….
    Regardez l’histoire…on n’est pas chez les bizounours….

  14. A Atlas
    L’administration bloque déjà les comptes bancaires ! Ceux qui ont une entreprise le savent !
    Moralité, il ne faut rien laisser dans une banque, juste de quoi payer les chèques courants ! Et surtout ne pas avoir des paiements automatisés ! Ils ne sont pas obligatoires !

Publier une réponse