Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Les législatives pourraient ouvrir un nouveau cycle pour le FN

Analyse des Echos :

"(…) Les sondages donnent à peine 15 élus à la formation d'extrême droite dans la future Assemblée nationale (…). Le parti ne compterait que de 7 à 17 élus. Il n'aurait donc pas la certitude de pouvoir constituer un groupe au Parlement, cela ne pouvant se faire qu'à partir de 15 députés (…)

La campagne présidentielle de Marine Le Pen a été ratée, de l'avis général, les résultats étant bien inférieurs aux attentes. Ce qui nourrit les ressentiments à l'intérieur du parti et qui a réveillé les fractures, longtemps tues, sur la ligne politique et économique. 

Sur la sortie de l'euro, par exemple, vue par une partie des troupes comme un totem et par l'autre comme une erreur . « Ces tensions ont éclaté au grand jour au lendemain de la présidentielle », explique Jérôme Fourquet, de l'Ifop. « Le problème, c'est qu'il est impossible de faire la clarté sur la ligne politique avant les législatives à cause du manque de temps. » Et l'abstention, attendue très forte, devrait peser sur le score du FN, dont l'électorat, souvent populaire, semble moins enclin à se mobiliser.

A priori, le discours qui consiste à dire que, dans la prochaine Assemblée, le FN sera le seul parti d'opposition à Emmanuel Macron paraît audible dans un contexte où LR cherche encore la parade face au Premier ministre issu de ses rangs. Pourtant, même si la recomposition politique en cours a longtemps été espérée par le parti d'extrême droite, celui-ci n'en est aujourd'hui que le spectateur. Pas l'acteur. « Les législatives étaient l'occasion unique de détruire LR, mais, en raison de la déception des résultats de la présidentielle, le FN est incapable de la transformer. Le parti n'est pas un pôle d'attractivité pour les élus de droite, ni pour les électeurs de droite », considère Jérôme Fourquet. Cette élection pourrait tourner à la bérézina pour le FN. Et ainsi ouvrir un nouveau cycle pour le parti."

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. C’est dit au conditionnel, donc ne nous laissons berner encore.

  2. Il y a en fait deux choix : soit suivre les directives européennes, soit y renoncer. Comment ? En demandant le frexit comme les Anglais.
    Macron a choisi en bon membre du groupe de Bilderberg et de la french-american association de rester dans l’Union Européenne.
    Le problème, le FN fait de même.
    Quel est l’intérêt de voter FN puisqu’il devra suivre la même politique qu’En avant s’il ne tient pas à être sanctionné par Bruxelles ?
    La seule alternative est ce parti pro-frexit : l’UPR. Il est celui qui présente le plus de candidats :
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2017/05/Screen-Shot-05-24-17-at-05.08-PM.jpg
    Tous les autres sont comme Macron ou Le Pen…

  3. “La campagne présidentielle de Marine Le Pen a été ratée, de l’avis général, les résultats étant bien inférieurs aux attentes.”
    Tous les sondages ont toujours donné MLP battue au second tour contre n’importe lequel des autres prétendants, il ne faut pas l’oublier.
    S’il y a bien un parti qui a raté sa campagne c’est LR qui avait un boulevard devant lui et qui a misérablement échoué.
    “Le parti n’est pas un pôle d’attractivité pour les élus de droite, ni pour les électeurs de droite ”
    Le Maire et NKM sont des élus de droite…on sait ce que ça veut dire…
    Quant à l’électorat LR qui a voté en masse Macron maintenant qu’ils assument…les retraités qui ont eu peur du discours sur l’euro de MLP vont commencer par se prendre un hausse de la CSG dans les dents comme remerciement.

  4. Français, secouez-vous et arrêtez de penser idiot (ou printemps) !
    Pourquoi tourner autour du pot avec de petites et de vaines explications… que les Français ont fini par admettre alors qu’elles sont d’essence antidémocratiques ?
    Les vraies raisons sont :
    1/ Le fait qu’il n’y a pas de PROPORTIONNALITÉ entre le nombre de votes et le nombre d’élus, même pas une petite dose !
    2/ Que les jeux politiques (ni…ni, plafond de verre, échange de postes, ralliements contre nature, …) de ceux qui sont dans le parti unique du SYSTÈME (LREM-LR-PS-UDI) continuent à flouer le peuple de France et à se moquer de lui.
    3/ La conclusion est que LES ASSEMBLÉES ne représentent pas les Français et cela depuis trop longtemps !
    Si on suit votre (non) raisonnement politique, on est donc reparti pour un tour de 5 ans de déconstruction de la France et on n’y peut rien ! Non mais allô, quoi, je rêve ?
    VOTEZ BIEN !
    « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » Bossuet.

  5. Asselineau proposait encore plus nettement que le FN 3 choses désirables mais impossibles:
    – sortie de l(union européenne
    – sortie de l’euro
    – sortie de l’OTAN
    L’ennui du monde actuel et prévisible est que:
    – ce qui est souhaitable est irréalisable
    – ce qui est réalisable (et hélas souvent réalisé) n’est pas souhaitable.

  6. Les Echos nous promettaient l’horreur en cas de victoire de MLP notamment du fait de la position sur l’Euro. Le barnum présidentiel étant terminé, ils ont publié une tribune de Soros disant que les difficultés de l’Euro ne doivent pas remettre en cause l’UE.
    Ce que le FN n’a pas le droit de dire, Soros l’a…

  7. Le problème est le dogmatisme, le manque de pragmatisme de la direction du FN. Ainsi on ne peut parler de la sortie de l’Euro “un totem ou une erreur” sans tenir de la situation économique générale de la France, la question est de savoir dans quelles conditions cela se ferait.
    Une France à l’économie dynamique, tirée par ses exportations et dont la dette servirait à financer des investissements tournés vers l’avenir, n’aurait pas grand-chose à craindre économiquement en quittant la zone
    euro, indépendamment des difficultés politiques et institutionnelles.
    Mais une France souffrant de déficits structurels, dont la dette sert à financer les dépenses de fonctionnement d’un
    État obèse plutôt que des investissements pour les futures générations, ce qui est le cas actuel, ne verrait pas ses problèmes résolus par un retour au franc mais cela ajouterait un gros facteur d’instabilité financière à sa situation avec toujours plus de démagogie avec le refus de réduire le poids de l’Etat dans l’économie.

  8. L’analyse est quelque peu biaisée. On sent que l’auteur de cet article n’aime pas les dirigeants du FN.
    Avec le fameux “front républicain”, syndicat des sortants, il est difficile d’obtenir des sièges quand on n’appartient pas aux partis du Système où le politiquement correct est la règle.
    Le FN en a fait et fera encore les frais. Mais il ne faut pas se leurrer. Si le FN n’existait plus (ce qui peut arriver avec le pouvoir actuel), le PCD ou les autres micro-partis de la dissidence qui seraient l’objet de la ire du syndicat du Système.
    En attendant, l’électorat de France s’apprête à voter les pleins pouvoirs au maréchal, pardon au président Macron.

  9. Vous avez raison Valere, mais au moins après avoir voté, vous avez votre conscience tranquille. vous avez avec vos faibles moyens cherché à être contre les guerres en Libye et Syrie, contre un monde tenu par une oligarchie de la haute finance privée et de ses multinationales grâce à l’endettement systèmatique de tous les pays, contre le dévoiement de la jeunesse, contre le Grand Remplacement, contre les travailleurs détachés, contre la fabrication de marchandises à des milliers de kilomètres des consommateurs, augmentant de fait un hypothétique réchauffement climatique… Voter frexit est une goutte d’eau qui un jour se transformera en ruisseau, en rivière puis en un fleuve arrivant à Paris.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services