Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Les laïcistes doivent vite abandonner la pratique du lit conjugal

Michelle Perrot, historienne, déclare au Monde :

"Le lit conjugal existe depuis longtemps. Lorsque Ulysse rentre de son périple, Pénélope vérifie son identité par l'étrange "épreuve du lit" : "Lequel a été le nôtre ?", dit-elle. L'idéal conjugal existe dans la Grèce antique, mais les habitudes de polygamie et l'astreinte au gynécée [appartement des femmes] font que le lit ne sert pas vraiment à dormir ensemble. Dans la Rome antique non plus, l'homme et la femme ne se retrouvent pas tous les soirs. C'est l'Eglise catholique qui va théoriser très tôt la question du lit conjugal.

Nous dormirions donc à deux par tradition religieuse ?

On peut le dire. Le lit conjugal est latin et catholique. Les deux lits côte à côte sont protestants et anglo-saxons. L'Eglise catholique fait du mariage un sacrement au XIIIe siècle. Le théologien Thomas d'Aquin déclare : "Le couple doit avoir son lit et sa chambre. […]"

Partager cet article

9 commentaires

  1. Je croyais que c’était Notre-Seigneur lui-même qui avait fait du mariage un sacrement. Mais voilà encore une grande savante qui, comme par hasard, prêche comme un vérité « scientifique » un prétendu fait historique contraire à la foi catholique.
    Quant au mariage, il suffit de regarder des sculptures funéraires paIennes et gallo-romaine pour s’apercevoir qu’il était monogame. L’histoire de Pénélope prouve également la monogamie et le culte pour le mariage fidèle présent dans la société païenne.
    Elle a une drôle de lecture de l’Odyssée, la grande savante. Pénélope, celle qui est restée héroïquement fidèle à son mari que l’on croyait mort, met son mari à l’épreuve pour s’assurer de son identité et lui demande de désigner leur lit, ce qui ne signifie pas que Ulysse ait été polygame. La tragédie de Racine « Andromaque » est encore là pour prouver le contraire. La polygamie était tolérée par Moïse à cause de la dureté des cœurs de ce temps-là, mais n’était pas généralisée.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Odyss%C3%A9e
    Toujours les mêmes embrouilles !

  2. Excellent, merci !
    Ça m’arrive de moucher quelques laïcistes en leur disant, que je sache, que le vol et le meurtre sont également interdits dans la société civile, comme dans le Décalogue.

  3. Un jour on demandera aux français « combien de fois…interdiction de manger de la purée plus de I fois par semaine etc…le monde devient fou à lier c’est le cas …Tout absolument tout actuellement est démoniaque. La descente aux enfers continue. Il faudrait que chaque ville, chaque village, chaque bourg manifeste son raz le bol d’être gouvernés par des rigolos inconscients et pervers.Que vient faire cette bonne femme avec son histoire de lit. C’est l’URSS qui s’installe en France ma parole.. …

  4. Ainsi, le sacrement de mariage daterait du XIII siècle et cettte femme serait historienne ?
    C’est vraiment n’importe quoi !
    « Que l’homme ne sépare point ce que Dieu a uni » nous dit le Christ dans l’Evangile et Saint Paul quant à lui affirme : « ce sacrement est grand » dans l’Epitre aux Corinthiens. Excusez du peu !
    Mais c’est bien digne du journal le Monde !

  5. Michelle Perrot, née à Paris le 18 mai 1928, est une historienne et féministe française. […] Mais Michelle Perrot a surtout contribué à l’émergence de l’histoire des femmes et du genre, dont elle est l’une des pionnières en France. source http://fr.wikipedia.org/wiki/Michelle_Perrot
    Sur le mariage: Le quatrième concile œcuménique, ouvert au Latran en 1215 par Innocent III, vient couronner la promotion de l’institution matrimoniale entamée de longue date : le mariage devient l’un des sacrements de l’Église. Jusque-là il demeurait,pour l’essentiel, une affaire privé conclue entre laïcs,l’accord de deux familles qui unissaient leurs enfants et prévoyaient avec soin la dévolution future des biens du nouveau couple.
    Comme dit les commentaires plus haut, le germe du Mariage chrétien prend son essence dans les paroles du Christ, l’église n’a toujours pas dérogé à la règle, mais le problème fut le pouvoir de l’église fragilisé devant des peuplades « barbares » païennes avec le temps « XII eme siècle » le pouvoir religieux fut bien plus puissante pour mettre au pas les brebis galeuses.
    L’histoire fut toujours manipulé par idéologie, encore une belle preuve pour détruire la « monogamie » jugé dernier « bunker » de la base familiale.

  6. Croissez et multipliez-vous.
    Le Créateur s’adresse au couple nouvellement créé, pas à une éventuelle paire déviante parmi leurs descendants.
    Le Christ, oui, certes. Le Créateur : dès le commencement humain des temps.

  7. Excellent.
    Plus j’approfondis notre religion, plus je « l’adore » !
    Vive le Christ vrai porte du Bonheur et du Salut !

  8. Le XIII ème siècle n’a pas découvert le mariage comme sacrement. C’est en fait le triomphe de la conception consensualiste du mariage, en ce sens que ce n’est pas l’union des corps sui fait le mariage, mais bien l’échange des consentements. De ce point de vue, l’Eglise a tranché en faveur de la définition du mariage selon la tradition juridique romaine. Voilà ce qu’ignore cette historienne qui devrait se renseigner au lieu de proférer des âneries.

  9. Pour ce qui est du Mariage-Sacrement, ces mots de Tertullien (entre 150 et 200 de notre ère), cités par Marie Carré (« J’ai choisi l’unité ») sont sans équivoque:
    « Mais comment louer dignement ce mariage dont l’Eglise forme le noeud, que confirme l’oblation sainte [la messe…], que scelle la bvénédiction sacerdotale, que les anges publient là-haut, que le Père céleste ratifie ? »
    Je vois mal comment l’Eglise aurait attendu le XII ou le XIII ème siècle pour en faire un sacrement !

Publier une réponse