Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

Les intellectuels de gauche ont souvent une morale à géométrie variable

Les intellectuels de gauche ont souvent une morale à géométrie variable

Jean Sévillia a été interrogé dans L’Incorrect sur son ouvrage concernant Les Vérités cachées de la Guerre d’Algérie. Extrait :

En 1954, avec la Toussaint rouge, le FLN lance d’emblée une guerre de type terroriste. Mais il adopte un double langage: à l’extérieur, pour la presse occidentale et dans son lobbying auprès de l’ONU, le FLN utilise la rhétorique des droits de l’homme et fonde son action sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. En revanche, à l’intérieur, lorsqu’il s’agit de convaincre les autochtones de se soulever contre « l’occupant français », il fait appel aux ressorts très puissants du djihad, en poussant les musulmans à éradiquer d’Algérie toute présence chrétienne. Cette dichotomie a été très tardivement découverte par la gauche française. En 2016, dans un ouvrage intitulé Un silence religieux. La gauche face au djihadisme, Jean Birnbaum affirme que la gauche a fait preuve de cécité sur la place de l’Islam dans les ressorts intérieurs du conflit algérien.

En 1956, devant l’aggravation de la situation, Guy Mollet obtient, avec le concours des communistes, le vote de pouvoir spéciaux qui permettent au résident général à Alger, Robert Lacoste, de disposer des pleins pouvoirs pour mater la rébellion. En janvier 1957, devant la recrudescence des attentats à Alger, Robert Lacoste confie les pouvoirs de police à la 10e Brigade Parachutiste, sous le commandement du général Massu. C’est dans ce contexte que la torture a été pratiquée, afin de faire parler des hommes et démanteler des réseaux, avec une certaine efficacité sur le terrain, puisque dès la fin de l’année 1957, les attentats cessent et les chefs de la rébellion sont soit capturés, soit en fuite. Cependant, au plan moral, il s’agit d’un cas de conscience qui interpelle beaucoup de militaires et plusieurs d’entre eux refusent d’y recourir, à la fois pour des motifs de dignité de la personne mais aussi pour des raisons d’efficacité (un homme torturé étant prêt à dire tout et son contraire pour ne plus subir de mauvais traitements).

Comment interpréter cette critique de la torture par des intellectuels de gauche à l’époque ?

Les campagnes contre la torture ont commencé lorsque Pierre Vidal-Naquet dénonce en 1957 l’enlèvement de Maurice Audin, membre du Parti Communiste Algérien (PCA), une filiale du PCF interdite par les autorités publiques et lourdement engagée dans le terrorisme. De son côté, Henri Alleg, communiste algérien lui-même torturé par les parachutistes en 1957, publie l’année suivante La question qui lance le débat en métropole. Mais ces intellectuels le font souvent sans contextualiser, ni voir la complexité de la guerre asymétrique dans laquelle était engagée la France. Sans que cela ne vaille justification, il faut savoir que toutes les armées occidentales ont eu recours à la torture dans des situations similaires : l’armée britannique en Irlande du Nord ou les Américains en Irak. Mais les intellectuels de gauche ont souvent une morale à géométrie variable, la fin justifiant les moyens lorsqu’il s’agit d’aider un peuple à accéder à l’indépendance. D’où le fait que les grandes consciences aient ignoré voire encouragé la violence du FLN contre les Français, puis détourneront les yeux des violences subies par les Européens et les Harkis en 1962.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

1 commentaire

  1. les premières victimes de cette guerre furent des instituteurs! l’école a aussi été interdite par les talibans en afghanistan;
    qui a donné les pleins pouvoirs (y compris celui de torturer) à l’armée? guy mollet , socialistes et radicaux au pouvoir, gouvernement soutenu par le pcf!
    les français ont la mémoire courte!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services