Les gros sous publics du lobby LGBT

Enquête de Minute sur le lobby LGBT :

"Ainsi, en 2012, le Centre LGBT
d’Ile-de-France a-t-il reçu 112000
euros de subventions
; Act Up a bénéficié de 35000 euros et d’une convention avec la mairie de Paris; Paris foot gay (si, si, ça existe!) a touché
40000 euros
pour taper dans la
baballe dans un joyeux entre soi;
SOS homophobie a reçu 10000 euros; et 8000 euros pour l’association
Cineffable, qui organise un festival
du cinéma lesbien entièrement interdit aux hommes (sans provoquer
de sanctions pour une discrimination
sexuelle, pourtant criante).
Le gouvernement n’est pas en
reste: en 2012, entre autres multiples exemples, le gouvernement de
François Fillon et Nicolas Sarkozy
a ainsi arrosé, à hauteur de 37100
euros, les « Parents et amis (sic) de
gais et de lesbiennes »
, notamment
pour « sensibiliser les collégiens et
lycéens aux effets néfastes des discriminations,
en particulier homophobes
»!
Le RAVAD (Réseau d’assistance
aux victimes d’agressions et de discriminations),
en a reçu autant pour
assurer « la promotion, le maintien et
le soutien des droits LGBT » – en clair,
pour faire du lobbyisme. En 2011,
toujours par la grâce de Sarkozy et
de son premier ministre, Act-Up a
en grangé 125000 euros de subventions
gouvernementales
; et le
SNEG (syndicat national des « entreprises gaies » – ça aussi, ça existe),
a perçu… 640000 euros
tout droit
pompés de vos impôts!
Sentant apparemment le bon filon, l’an dernier, la FIDL (Fédération
indépendante et démocratique ly céenne) a organisé « une campagne de
lutte contre l’homophobie auprès des
lycéens et des jeunes de France ». Banco:
le montant de la subvention gouvernementale s’est élevé à 30000 euros!"

2 réflexions au sujet de « Les gros sous publics du lobby LGBT »

Laisser un commentaire