Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Les Gilets jaunes et la crise de l’euro-libéralisme social

Les Gilets jaunes et la crise de l’euro-libéralisme social

De Roland Hureaux :

Depuis au moins quinze ans, la politique économique de la  France est déterminée par trois  paramètres fondamentaux que la crise de Gilets jaunes a remis en cause.

Ces paramètres : d’abord l’euro auquel  les gouvernements successifs ont choisi de s’accrocher coûte que coûte, quels que soient les inconvénients que certains y voient pour l’économie française. L’euro, on est dedans ou dehors, il n’y a pas d’entre-deux. Ce premier paramètre est donc déterminant.

En découle l’objectif de l’équilibre budgétaire, conforme aux engagements communs des membres de la zone, et même, si possible, d’excédents afin de commencer à résorber la dette. Un objectif que la France n’a jamais réussi à atteindre.

S’y ajoute un troisième paramètre, inavoué celui-là : le refus de toucher à l’Etat social particulièrement généreux qui caractérise notre pays. Cela est particulièrement vrai de la  dernière période : 2012-2018. Macron était le conseiller économique puis le ministre des finances de Hollande ; il y a donc parfaite continuité intellectuelle entre les deux mandatures. Ceux qui attendaient de Macron un vrai libéralisme, conduisant à la réduction des prélèvements  obligatoire oubliaient qu’il avait été élu d’abord avec les voix de gauche.

Mais si l’on remonte dans le temps, la configuration n’était pas sensiblement différente :  Chirac et Sarkozy avaient beau venir de la droite, leur tempérament ne les poussait pas particulièrement  à la rigueur et donc à remette en cause les acquis sociaux, d’autant que sentant leur assise  fragile, ils ne souhaitaient pas se confronter aux syndicats. Les deux lois Sarkozy sur les retraites  eurent peu d’effets immédiats.

La hausse des impôts, variable d’ajustement

Maintien de l’euro, objectif d’équilibre budgétaire mais faible volonté de contrôler les dépenses publiques, la seule variable d’ajustement restait celle des impôts lesquels n’ont  cessé en conséquence de s’alourdir, particulièrement depuis 2012. Au demeurant, de l’équilibre budgétaire recherché, la France ne s’est approchée que de manière imparfaite. Elle a obtenu par  dérogation de ne l‘atteindre que de manière progressive, à partir d’un premier objectif  de 3 % qui devait se réduire mais qui a été reconduit d’année en année.

Comme la hausse de la fiscalité ne pouvait peser ni sur les très grandes fortunes, trop mobiles, et que Macron a même fait bénéficier de la  suppression de la part financière de l’ISF, ni sur le tiers  du bas de l’échelle, smicards ou assistés, il ne restait qu’à écraser chaque année un peu plus les classes moyennes, au sens très large, en y incluant par exemple les petits retraités propriétaires de leur logement. Cela ne choquait ni la fibre socialisante du pouvoir actuel, de l’école Terra nova, plus  indulgente aux « exclus » , migrants compris, qu’aux travailleurs véritables, ni son  libéralisme de type mondialiste peu sensible au sort des classes  moyennes jugées trop enracinées. Un libéralisme très différent par exemple de celui de Margaret Thatcher qui s’appuyait , elle,  sur les classes moyennes.

Ajoutons, pour compléter le tableau, la mollesse chronique de la croissance. Pour compenser  l’avance de compétitivité que l’Allemagne s’était donnée, de manière d’ailleurs assez peu loyale, dès l’entrée dans l’euro (réformes Schröder), il aurait fallu une  « dévaluation interne » à l’espagnole ou  à  la grecque par la baisse des salaires et des charges  publiques. Même la droite n’en a jamais eu que la velléité : on sait combien le programme Fillon qui l’envisageait un peu lui a porté préjudice. Et  rien ne dit qu’une telle stratégie qui aboutit  à contracter la demande et l’activité et donc les recettes fiscales aurait réussi. Ni que le peuple français ait été prêt à l’ accepter, comme le montrent les évènements  actuels.

Le handicap de compétitivité que certains  chiffrent à 25%  a donc perduré  avec l’effet attendu : du côté allemand, croissance et excédents ; du côté français, déficit, même agricole,  et  désindustrialisation rapide.  Macron président n’a pas fait mieux à cet égard que Macron ministre.

Dans ce contexte peu stimulant, les présidents successifs, Hollande surtout, ont  annoncé régulièrement, jusqu‘au  ridicule,  le redémarrage de l’économie  et la baisse du chômage. Aujourd’hui personne n’y croit. Et personne ne croit surtout que les réformes de Macron vont ramener la croissance;  nul ne pense donc que les sacrifices qu’il veut imposer au peuple français serviront  à quelque chose.

La politique monétaire  flexible  de la BCE (quantitative easing) a un moment donné l’illusion que l’activité  pouvait repartir. Mais elle n’a produit  qu’une bulle, atténuée en France pour les raisons qui l’on a dites, et d’autant mieux dissipée que la BCE a cessé cette politique.

La coupe est pleine

Dans sa dimension économique, le mouvement des Gilets jaunes est l’aboutissement de cette conjoncture : une croissance molle, des dépenses publiques  élevées, des impôts lourds  pesant sur la  classe moyenne et la  classe moyenne inférieure  ayant le sentiment d’être devenues la « vache à lait » du système. Même si  les sacrifices exigés des Français  n’ont pas été jusqu’ici  aussi lourds que ceux qui ont été imposés à certains pays du Sud, pour beaucoup, la coupe est  pleine.

C’est en vain que Macron a cru qu’avec une forte  volonté, il réussirait là où ses prédécesseurs  avaient échoué. L’équation telle que nous l’avons exposée, fondée sur une posture qui se veut à la fois européenne, libérale et sociale n’a pas de solution. La crise que la France traverse (avec d’autres pays d’Europe) ne pourra se résoudre que par un changement de paradigme.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. Conclusion : le seul levier sur lequel on pourrait agir, c’est la dévaluation. En passant donc par la sortie de l’Euro. Pas d’autre alternative crédible, la seule qui pourrait aussi sauver l’Italie, elle-même au bord du crash financier qui entraînera toute l’Europe dans l’abîme.

  2. Merci à Roland Hureaux pour son conte de Noël.
    Une manière comme un autre de réécrire l’Histoire…
    Et de manipuler l’opinion publique…

    Nous aurions des hommes politiques stupides et incompétents. Il n’y aurait aucune volonté de détruire le pays et d’appauvrir les populations sur le modèle chinois et l’euro n’aurait pas été crée pour détruire l’Europe…

    Les mesures prises depuis des décennies, dans tous les domaines, ont toujours toutes été mauvaises et, comme elles l’étaient, elles ont été maintenues ou renforcées. Certes l’erreur, la bêtise et l’incompétence peuvent mener à des erreurs mais les mathématiques nous apprennent qu’il est impossible de se tromper à 100% et encore plus sur des périodes aussi longues.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services