Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Les Français ont perdu la foi… dans la religion républicaine

Les Français ont perdu la foi… dans la religion républicaine

Dans une note de l’Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès, Jérôme Fourquet et Jérémie Peltier analysent les ressorts de l’abstention aux élections régionales régionales. Dès le titre, le ton est donné :

Abstention aux régionales : manifestation spectaculaire de la crise de foi républicaine

Les auteurs soulignent que les problèmes techniques d’organisation des élections ont eu une influence toute relative sur l’abstention. Ils proposent donc d’envisager

L’hypothèse d’une « neutralisation » et d’une « dépolitisation » du scrutin […]. Cela fait maintenant trente-cinq ans que les Français sont appelés à désigner leurs conseillers régionaux, consécutivement aux lois Defferre de 1982 sur la décentralisation. Or, comme l’illustre le graphique suivant, l’abstention a tendanciellement augmenté depuis 1986, alors que pendant plus de trois décennies les régions ont beaucoup communiqué sur leurs réalisations et sur leurs actions.

Les auteurs de la note décryptent une crise de foi républicaine dans la cause de l’abstention. Et ils osent un parallèle pertinent avec la crise de l’Eglise :

Pour importants que soient ces paramètres, nous pensons cependant que la montée tendancielle de l’abstention, qui s’est accélérée ces dernières années, doit beaucoup à la transformation de la demande, ou, dit autrement, à la mutation profonde du rapport au vote, voire à la citoyenneté des Français. Selon nous, cette hausse tendancielle de l’abstention constitue le symptôme de ce que nous pourrions appeler une crise de foi républicaine. Cette crise concerne à la fois le geste du vote mais également tout ce qui le sous-tend, c’est-à-dire le sentiment d’appartenance à un collectif de citoyens formant le corps électoral.

Toute chose étant égale par ailleurs, on peut dresser un parallèle entre la situation à laquelle les institutions républicaines doivent faire face aujourd’hui avec celle que connaît l’Église depuis plusieurs décennies. À partir des années 1960 et encore davantage depuis les années 1980, les églises ont été désertées par les fidèles et la participation à la messe dominicale est devenue un rite désuet. Au gré du renouvellement générationnel, cette pratique s’est perdue et est même devenue étrangère aux générations qui ont grandi dans une France qui fréquentait de moins en moins les églises. Le vote revêt lui aussi une dimension rituelle qui peut s’apparenter à une communion républicaine. Comme pour la messe, on vote aussi un dimanche, souvent en famille, et le passage dans l’isoloir comme devant l’assesseur confère à ce moment particulier un aspect solennel et cérémonial, à l’image de la communion. À l’époque où la participation était importante, l’affluence dans les bureaux de vote nourrissait chez l’électeur le sentiment d’appartenance à la communauté nationale comme des bancs garnis à l’église renforçaient chez les catholiques le sentiment d’appartenir au peuple des chrétiens. L’apprentissage de ces gestes et la transmission de cette culture républicaine et religieuse s’opéraient dans les familles, les jeunes enfants accompagnant régulièrement leurs parents au bureau de vote ou à l’église. Au fil du temps, ces mécanismes de transmission ont grandement perdu en efficacité et le fait de se déplacer dans un bureau de vote ne va plus du tout de soi dans les jeunes générations. Ainsi, d’après les données de l’Ifop, pas moins de 82 % des moins de trente-cinq ans ne se sont pas déplacés au premier tour, le fait d’aller voter à ce type de scrutin apparaissant comme véritablement obsolète aux yeux des jeunes. L’abstention a également été massive (près de 70 %) parmi les 35-64 ans. Seuls les soixante-cinq ans et plus, qui ont été socialisés politiquement dans la France des années 1950 et 1960, période à laquelle le vote était massivement pratiqué et perçu comme un véritable devoir, affichent un taux de participation relativement élevé (« seulement » 53 % d’abstention).

La hausse tendancielle de l’abstention observée au cours des dernières décennies s’éclaire ainsi d’un jour nouveau. Elle peut, en effet, se lire comme une conséquence du renouvellement générationnel avec le remplacement progressif des générations ayant baigné dans ce que Jean-François Sirinelli appelle la « civilisation républicaine », par des cohortes démographiques entretenant un rapport beaucoup plus distendu et désacralisé au vote. Pour le dire autrement, alors que certains commentateurs ont analysé l’issue des élections régionales comme la revanche de « l’ancien monde » sur « le nouveau monde », la forte abstention et le caractère obsolète que semble désormais revêtir l’acte même de voter et de se rendre dans l’isoloir tendraient plutôt à indiquer que nous avons assisté au dernier tour de piste de « l’ancien monde », comme si nous étions les témoins d’un monde « que nous avons perdu », pour reprendre le titre du livre de Jean-François Sirinelli. Dans certains départements ruraux à la population âgée du Sud-Ouest, cette civilisation républicaine, qui s’y était précocement enracinée, a un peu mieux résisté qu’ailleurs, comme en témoigne, par exemple, la persistance de la tradition de l’érection des mâts ou « mais » républicains devant le domicile des élus municipaux. L’abstention y a été un peu moins forte que sur le plan national : 56,2 % dans le Lot, 58,3 % en Corrèze et 59,3 % en Dordogne, par exemple. Mais même dans ces vieux bastions républicains, la crise civique est profonde.

La crise de foi républicaine est, selon nous, la conséquence d’une rupture anthropologique à l’œuvre dans la société depuis la fin des années 1960 et qui s’est encore amplifiée depuis une vingtaine d’années. L’individualisation et l’essor de la société du sur-mesure constituent des phénomènes difficilement compatibles avec le principe même d’un vote, geste à finalité collective.

Et en conclusion, nous avons de nouveau une métaphore avec la situation de l’Eglise :

Rite républicain par excellence, le vote dans l’isoloir serait donc devenu un geste désuet ou obsolète. Un ministre de premier plan déclarait ainsi dans Le Monde : « Nous avons des modalités de vote ringardes, on se croirait au temps de la télé en noir et blanc. Même la religion catholique a connu Vatican II, il faut sortir de cette religion du vote cantonné à l’école républicaine. » Le parallèle avec la période ayant précédé Vatican II est des plus intéressants. Ce concile avait, en effet, été convoqué car la hiérarchie catholique avait bien senti les multiples symptômes d’une prise de distance progressive et d’un éloignement des fidèles. Mais l’aggiornamento concédé sur les rites n’a pas constitué une réponse efficace au puissant mouvement de sécularisation qui était en cours et beaucoup s’accordent même aujourd’hui à penser que Vatican II, en abandonnant des rites et des pratiques, a accéléré le processus en sapant les piliers de ce que Guillaume Cuchet a appelé un « catholicisme populaire».    

Quand bien même des réponses techniques peuvent être apportées demain pour lutter contre l’abstention (vote par correspondance, vote électronique, lutte contre la mal-inscription, etc.), le cœur du problème réside dans cette crise de foi républicaine et cette prise de distance avec la chose publique.

Toutes choses étant égales par ailleurs, l’historien Stéphane Ratti a dressé une comparaison lumineuse entre l’état d’esprit ambiant et celui qui prévalait à la fin de la République romaine quand « un individualisme de confort a succédé comme modèle social à l’engagement cicéronien et à la prise de risque ». Dans notre société hédoniste, les citoyens adoptent de plus en plus une attitude consumériste, n’acceptant plus que les « rites du moi » comme seuls rites ayant encore le droit de cité. Le sociologue Paul Yonnet définit l’anniversaire comme symbole du « rite du moi » par excellence à partir des années 1980, anniversaire de la célébration de l’enfant du désir, qui « marque la rupture d’avec les époques antérieures où nos descendants, objets d’une attention moins obsessionnelle, étaient fabriqués à la chaîne parce qu’ils décédaient en grand nombre », pour reprendre les mots de Nicolas Santolaria. Pour le reste, à l’instar de copropriétaires peu investis, ils délèguent massivement leur pouvoir à des syndics de copropriétés pour gérer les affaires courantes et s’abstiennent donc lors des élections intermédiaires. La dépolitisation, engendrée par l’avènement du « en même temps » et l’affadissement du clivage gauche-droite, a renforcé cette tendance, les citoyens-électeurs ne daignant désormais sortir de leur cocon que tous les cinq ans pour désigner le patron du syndic de copropriété.

Les auteurs ne le disent pas, mais, pour reprendre l’adage populaire du “c’était mieux avant”, la république ayant perdu toute légitimité, et si on changeait de régime ?

Partager cet article

8 commentaires

  1. Le titre de l’article met bien le doigt où il faut. La tabula rasa voulue par les républicains de 1792 afin de retrouver la puissance de l’empire romain ne fait plus recette. L’ère du pantalon pour tous (sans-culottes) et toutes, comme disent les genrés, semble terminée. Pour changer de régime il va falloir passer par ‘changer de vêtement’. La parité devient une vieille lune.

  2. Je ne suis même pas persuadé qu’un changement de régime puisse mobiliser les Français. La dernière partie de l’article explique très justement le changement de mentalité des individus, plus orientés vers la satisfaction de leurs plaisirs personnels que vers leur adhésion au bien public. La chose politique ne passionne plus, chacun se renferme dans son propre cocon douillet en ignorant son prochain et son voisin et c’est bien cela le plus grave. La perte de la foi religieuse a entraîné la disparition de l’altruisme et désagrège ainsi tout ciment social.

  3. Premier problème, comme toujours : l’esprit de mai 68. Dans une famille nombreuse, on est obligé de se gêner et de faire des efforts pour le bien de tous. Dans la « famille » réduite à un ou deux enfants, tout le monde peut vivre sans faire d’effort particulier. Si à l’école on répète chaque jour aux enfants que leurs parents sont des c** et qu’ils n’ont ni à leur obéir, ni à les respecter, qu’il n’y a plus non plus les formations de base comme le scoutisme, puis ensuite plus de service militaire, lequel repêchait les garçons qui n’avaient rien reçu avant, eh bien c’est le vide sidéral. Ajoutez-y face de bouc, tic toc, instant-gramme et tout-y-t’heure, et vous fabriquez des cerveaux totalement vides, qui n’ont pas la moindre idée de la simple existence de la politique. Ceux de 2020 et 2021 connaissent les noms de Macron, Véran et Castex à cause du Covid, mais ça s’arrête là : alors aller voter pour les Régionales ce n’est même pas envisageable, ça n’existe tout simplement pas dans leur esprit. Mais vous avez raison, à quelque chose malheur est bon : ils n’ont tellement pas d’opinion que l’arrivée d’un roi ne les dérangerait pas plus que ça, contrairement à leurs parents. Génération du bof, et du « like »

    • J’ajouterai, évidemment , l’apprentissage de la haine de soi dès la maternelle : colonialisme, paternalisme, Croisades, Inquisition et j’en passe…

  4. La différence est que ce qu’il reste de vrais catholiques reste fidèle aux enseignements, alors que ce qui reste de votants s’égare vers le progressisme décadent.

  5. Désolé mais cette “analyse” m’inquiète. Le “mode de scrutin désuet” a particulièrement retenu mon attention: il prépare le “vote électronique” censément “progressiste” par comparaison, avec la fraude massive qui l’accompagne. Qui aujourd’hui fait une confiance aveugle dans cette “électronique” porteuse de virus, chevaux de Troie et autres logiciels espions dont la caractéristique essentielle est la discrétion? Ce nouveau mode de scrutin que nos maitres rêvent de mettre en place leur permettrait de se maintenir artificiellement au pouvoir en s’affranchissant de la volonté réelle des électeurs, si “décourageante” (pour eux) lorsqu’on observe les rares sondages en ligne.
    Exemple d’actualité: ceux qui ont été voter sur le site de l’AN comme de l’UE ont pu lire une quasi unanimité de commentaires offusqués, voire rageurs, CONTRE le “pass sanitaire”. Pourtant imposé par ceux qui, forts de leur Pouvoir, persistent à nous priver chaque fois un peu plus de nos libertés essentielles. L’illustration parfaite du “droit positif” théorisé par Hobbes et Machiavel: le “prince” (ici le chef d’état ou la commission européenne) dicte ce qui est juste indépendamment de tout système de pensée. C’est le retour de ce qui a trouvé son achèvement dans les dictatures du XX-ème drapées dans la “raison d’état”.
    La vraie raison de l’abstention est que les électeurs en ont marre d’être pris pour des c**s dont le seul “droit” est de légitimer les personnages présélectionnés présentés comme différents. Combien de victimes faudra-t-il avant un nouveau “Nuremberg”?

  6. Oh oui changeons de regime , le roi ne nous demandait pas de s habiller de telle ou telle maniere , ni un premier sinistre qui poussait à prendre du poison , on laissait cela aux familles ou aux sachants qui connaissaient leur metier et à qui on pouvait faire confiance. Le peuple aimait son roi comme leur père , aujourd’hui, il a une aversion totale de son president en cdd , hier c etait des fêtes sans fin à la naissance du nouveau-né royal, aujourd’hui , on s en moque completement et vu la situation du dernier taulier , on n est pas prés de s extasier ; rien à attendre du côté de la Brigitte, heu pardon de Jean Philippe.
    En fait, foin des masques qui tombent , de quelques habits flottants à la demesure de son ideologie, issus de l Ancien Regime et de l Empire et des fausses valeurs republicaines ( on ne sait toujours par ce qu’elles sont d autant que parler de valeurs et de republique c est faire un bel oxymore ) , le rep montre son vrai visage aujourd’hui, elle ne se cache plus , sûre de son pouvoir , jusqu aux marionnettistes qui se révèlent à visage découvert et sortent du diable vauvert, du fin fond de leurs loges obscures et obscurantistes . De tout cela, comment pourrait-on s enmouracher d une telle gouvernance qui n est composée que du trio argent pouvoir et esclavage dont nous aurons du mal à y échapper. Oremus !

  7. Il était temps que cette perte de foi en cette connerie arrive…. Plus de 2 siècles ont ruiné la France et il en a fallu 10 pour la bâtir… La perte de cette foi de cabinets amènera le retour à la foi traditionnelle catholique de notre belle France. Sus à la gueuse vive le Roy !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services