Bannière Salon Beige

Partager cet article

Franc-maçonnerie

Les franc-maçons au Conseil constitutionnel

J Le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré a reçu ce matin 4 loges maçonniques, le Grand Orient de France, Droit Humain, la Grande Loge Féminine de France et la Grande Loge de France, pour parler de laïcité. Le Grand maître du Grand Orient Jean-Michel Quillardet, a indiqué :

"Nous avons redit notre attachement à la laïcité et notre position sur les éventuels aménagements techniques de la loi de 1905." ["oeuvre franc-maçonne", dixit le même]

Nous avons aussi parlé de l’évolution de la politique à l’égard des sectes "qui ne nous plait pas beaucoup". Il a également été question de "la non rétroactivité des lois qui est un principe essentiel de notre droit", en référence au débat sur la rétention de sûreté.

Mais personne ne semble disposé à parler de la séparation de l’Etat et de la franc-maçonnerie ni de l’obligation pour tout haut fonctionnaire et homme politique de déclarer son appartenance

Michel Janva

Partager cet article

7 commentaires

  1. Oui mais je crois que la position des franc-maçons sur la loi de 1905 va malgré tout dans le bon sens, parce que la non-remise en cause de cette loi limite l’essor des mosquées en France.
    NS veut remettre en cause la loi pour favoriser le culte musulman.
    Or, cela fait 100ans que l’Eglise catholique arrive très bien à exister malgré ou avec cette loi de 1905. Pourquoi changer cette loi de 1905 si cela devait favoriser aussi l’essor de l’Islam?

  2. En conclusion je suis pour le statut-quo sur la Loi de 1905, loi qui bénéficie ou nuit peu à l’Eglise mais loi qui ne favorise pas l’essor de l’Islam.

  3. disposer ou disposé ???
    le problème c’est que séparer l’Etat actuelle de la franc-maçonnerie est difficile, l’un étant quand même assez identifié à l’autre…

  4. La repentance étant à la mode, que ne font ils eux aussi repentance pour (entre autres) “l’affaire des fiches”:
    “Mais la campagne des fiches, en favorisant dans l’armée la promotion de républicains athées et laïcs, quoiqu’incompétents, aura des conséquences désastreuses sur les premiers engagements de la Grande Guerre, dix ans plus tard. Beaucoup d’officiers indûment promus seront alors «limogés» en catastrophe, autrement dit affectés à des bases éloignées du front comme Limoges (d’où l’origine du verbe «limoger», inventé pour l’occasion).”
    Source “Herodote”:
    http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19041104

  5. Excellent votre commentaire Michel ! Keep the good humor.

  6. @ Pol
    On pourrait aussi considérer que sans la loi de 1905, qui a fait du catholicisme une religion privée, puisqu’ interdite de la sphère publique et politique, l’Islam ne serait pas la seconde religion de France en 2007.
    Que par exemple, la République n’aurait pas tout fait pour re islamiser l’Afrique du Nord et islamiser certaines colonies d’Afrique Noire. Qu’ainsi notre relation avec l’Afrique du Nord serait pacifique, après une indépendance qui aurait laissé les Français d’Afrique du Nord demeurer sur place : une relation semblable à celle existant entre l’Angleterre et l’Australie ou le Canada, sans immigration sauvage des Canadiens ou Australiens…..
    C’était une agression contre l’Eglise il y a 102 ans, et le temps n’a rien enlevé aux néfastes conséquences de cette loi de ségrégation : le catholicisme a été affaibli, et l’Islam a pris la place, même sans modifier la loi de 1905. Sarkozy rêve d’un Islam ”de” France. mais nous avons déjà l’Islam ”en” France.
    Faire reculer l’islam ne passe pas par le maintien de la loi de 1905, mais par l’abrogation de celle de 1974.

  7. @ Pascal G,
    Malheureusement, avec des “si” on mettrait Paris en bouteille.
    La création, par Nicolas Sarkozy, des instances de l’Islam de France a été faite sans contrepartie, aucune.
    En 1905, les catholiques ont renoncé à beaucoup de choses, les juifs eux ont par exemple renoncé à la répudiation de la femme par le mari, etc.
    Là, en échange de la création de ces instances de l’Islam de France, le Ministre de l’Intérieur à l’époque n’a pas demandé aux musulmans de renoncé à quoi que ce soit (par exemple sur le voile, le mariage forcé, etc).
    Comment pouvez-vous croire qu’en 2008, l’ancien Ministre de l’Intérieur aujourd’hui Président demanderait quoi que ce soit aux musulmans, alors qu’il ne l’a pas fait quand il était en mesure de le faire?
    Avec les évêques que nous avons (qui se laissent berner par Axel Kahn libre penseur et Alain Christnacht franc-maçon), le statut quo est préférable, non?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]