Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Les femmes souffrent de séquelles psychologiques après un avortement

Lu sur Gènéthique :

T "Un certain nombre de psychiatres disent n'avoir jamais rencontré de femmes ne souffrant pas de séquelles psychologiques après un avortement. […] Les femmes ne font pas toujours le lien entre l'avortement et leur souffrance : l'IVG entraîne souvent une "anesthésie psychologique", mécanisme de défense par lequel la femme se protège des troubles ressentis. La souffrance des femmes après un avortement fait l'objet d'un déni social. […] Les médecins pratiquant des IVG n'abordent pas ce sujet avec leurs patientes "sans doute parce qu'ils seraient eux-mêmes pris dans leurs propres sentiments de culpabilité". […] Les politiques sont aussi aveugles devant ces souffrances […] Si de nombreux facteurs influencent le vécu de l'IVG, "il n'est pas exagéré d'affirmer que chaque femme souffrira, plus ou moins intensément et de façon plus ou moins consciente, suite à un avortement". Il est donc nécessaire de reconnaître cette souffrance. Quel que soit le stade de la grossesse, la "réalité psychique de l'enfant" est indéniable pour la mère et un travail de deuil est indispensable. Lifenews cite une trentaine d'études, parues ces cinq dernières années, qui montrent en quoi l'avortement blesse la santé mentale des femmes."

Partager cet article

3 commentaires

  1. Que de souffrances spirituelles l’être humain s’inflige à lui-même !
    http://legaysavoir.blogspot.com/2010/11/pf.html

  2. “La souffrance des femmes après un avortement fait l’objet d’un déni social.”
    Et cela ne relève ni du harcèlement moral, ni d’une discrimination?
    N’y aurait-il pas lieu de poursuivre les psys divers et variés qui ne peuvent pas ne pas être informés de la question (ou alors, leur formation est sérieusement carencée) pour non-assistance à personne en danger?
    L’ouvrage du Docteur Florence Allard date de 2007, il a été publié aux éditions Salvator et coûte 14,90 €.
    Voir aussi http://www.libertepolitique.com/respect-de-la-vie/5841-enquete-sur-le-traumatisme-post-avortement
    et http://psychiatrie.suite101.fr/article.cfm/le_traumatisme_postavortement_dure_realite_

  3. Les pro-mort se soucient davantage du “droit des femmes à disposer de leur corps” que de leur santé psychologique…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services