Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Les évêques disent combien il est essentiel que la vie ecclésiale puisse retrouver son caractère communautaire à partir du 11 mai

Les évêques disent combien il est essentiel que la vie ecclésiale puisse retrouver son caractère communautaire à partir du 11 mai

Les évêques se sont réunis aujourd’hui par visio-conférence. Dans leur communiqué, ils montrent qu’ils ont entendu le désir des fidèles catholiques de retrouver l’accès aux sacrements :

Les évêques sont profondément conscients de l’impatience des fidèles à se retrouver pour célébrer et nourrir leur foi et la partagent. Ils entendent l’urgence que tous ceux qui le peuvent puissent s’impliquer davantage auprès des plus pauvres.

Avec tous les fidèles catholiques, ils veulent, de plus, être pleinement solidaires des efforts collectifs pour lutter contre une épidémie qui demeure menaçante et difficile à maîtriser.

Le Président de la Conférence des évêques a pu témoigner de la qualité du dialogue engagé tant avec le Président de la République qu’avec le Gouvernement. Tous se sont réjouis de la convergence de vue entre le Pape François et le Chef de l’Etat sur les enjeux internationaux et humanitaires de la pandémie.

Un plan de déconfinement alliant le désir résolu de permettre à nouveau aux fidèles de participer aux sacrements et un grand esprit de responsabilité sanitaire a été présenté et discuté. Il sera communiqué aux pouvoirs publics dès aujourd’hui pour que le dialogue puisse se poursuivre, tant au niveau national qu’au plan local des préfets et des maires. Ce plan attire aussi l’attention sur la situation particulière des sanctuaires.

Les évêques de France redisent combien il leur semble essentiel que la vie ecclésiale puisse retrouver son caractère pleinement communautaire au même rythme que la vie scolaire, sociale et économique de notre pays à partir du 11 mai 2020.

Ils remercient solennellement le personnel soignant et tous ceux qui permettent à notre société de fonctionner malgré la crise sanitaire en cours. Ils assurent de leur profonde sollicitude les familles en deuil et toutes les victimes de la pandémie. Ils remercient les prêtres, les communautés chrétiennes et les mouvements de leur persévérance et de leur créativité pastorale pendant le confinement. Ils expriment leur ferme résolution de contribuer à la paix sociale et à l’espérance de tous en ce temps de rude crise partagée.

Pour les soutenir, n’hésitez pas à signer notre pétition au Premier ministre (ce dossier n’est plus entre les mains du ministre de l’Intérieur).

Partager cet article

11 commentaires

  1. Et maintenant il faut demander à l’Etat la permission de donner les sacrements ?
    L’Etat est fondé à donner des directives sanitaires, comme la distanciation d’un mètre cinquante.
    Mais quand cette distanciation est respectée, dans une église restée ouverte, l’Etat n’a pas à interdire à un prêtre de dire la messe.
    Aucune humiliation ne nous est épargnée, le gouvernement a même invité les francs-maçons à participer aux discussions sur le culte.
    Abbé Bernard Pellabeuf

  2. Un gd merci chers évêques !
    Ne surtout rien lâcher.

  3. On ne peut que se réjouir de l’initiative, mais aussi regretter qu’aucun mot, ni aucune pensée pour Dieu soient présents dans le communiqué.
    On y trouve des remerciements tout à fait bienvenus pour les soignants, des mots de sympathie pour les familles touchées et les communautés chrétiennes, mais rien pour Notre Seigneur. C’est dommage, on aimerait que notre Eglise ne ressemblât pas à une quelconque ONG, pour paraphraser le pape François. On n’en serait que plus heureux de la retrouver.

  4. Oui, il faut réclamer à temps et à contre temps le respect des droits de l’Eglise et des fidèles.

  5. Je suis un peu surprise par ce communiqué où, à aucun moment, on ne trouve le mot “MESSE”.
    Nous, c’est la messe qu’on veut !
    Les sacrements, le gouvernement ne les a pas interdits (à part le mariage du fait que le mariage civil doit précéder le religieux): Ce sont les évêques qui ont donné aux prêtres la consigne de ne pas communier; Qu’ils la retirent !
    Contrairement à ce que dit le communiqué, on n’est pas impatients de “se retrouver pour célébrer” car c’est le prêtre qui célèbre la messe. On est impatient d’assister à la messe- car c’est une obligation quand on est catholique et parce qu’on aime la messe- et d’y communier dans les circonstances établies par l’Eglise (contrition, confession…),et aussi pour rattraper l’absence de communion pascale .
    La messe, c’est tout, la messe.Pas des célébrations sans communion eucharistique.On aime la messe, on veut la messe .
    Evêques, les prêtres doivent vous obéir mais vous, vous devez obéir à Dieu, pas aux hommes.

  6. C’est effarant qu’il faille que les fidèles réclament !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Imaginez un troupeau de mouton obligé de réclamer sa nourriture à son pasteur !

    On marche sur la tête !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]