Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Les enfants martyrs du 28 février 1794

Triste et sinistre anniversaire que celui d'aujourd'hui qui mériterait d'être inscrit aux programmes scolaires au titre du devoir de mémoire :

Lucs9gr "Le 28 février 1794, tuant et incendiant sur leur passage, les colonnes des généraux Cordellier et Crouzat se dirigent vers le village des Lucs-sur-Boulogne. Mais sur le chemin, ils sont attaqués par Charette et mis en déroute. Cependant, après sa victoire, Charette, obligé de pratiquer la guérilla, se retire. Martincourt, un lieutenant de Cordellier s'en aperçoit et après avoir rallié plusieurs fuyards, se dirige vers Les Lucs avec l'intention d'y exercer des représailles

Les Républicains une fois entrés dans le village, rassemblent la population devant l'église. Les villageois n'étaient guère en mesure de se défendre, la population présente comptant principalement des vieillards, des femmes, des enfants dont 110 avaient moins de 7 ans. La quasi-absence d'hommes adultes convainquit les Républicains que ces derniers avaient participé aux combats sous les ordres de Charette. Matincourt avait choisi de ne pas faire de quartier ; de plus, il souhaitait que l'opération se fasse en économisant le plus de cartouches possibles. Les soldats firent donc entrer la population dans l'église jusqu'à ce que, tout à coup, la cohue s'arrête, l'église s'avérant trop petite pour pouvoir contenir toute la population du village. Les Républicains mirent leur baïonnette au canon, chargèrent et massacrèrent toutes les personnes restées à l'extérieur. Les portes de la chapelle furent ensuite fermées, emprisonnant les civils à l'intérieur. L'église fut ensuite incendiée et des tirs de canons provoquèrent son éboulement."

Voici une prière composée en 1994 pour demander la Béatification des enfants martyrs des Lucs :

"Seigneur Jésus, qui avez couronné de l’auréole des martyrs les petits enfants de Bethléem immolés à votre place par Hérode, daignez nous accorder la Glorification des petits enfants des Lucs, victimes de l’impiété révolutionnaire. N’est-ce pas en haine de votre nom qu’ils furent eux aussi massacrés, nouveaux Saints Innocents de cette paroisse justement surnommée le Béthléem de la Vendée ? Notre-Dame du Petit-Luc, Reine des Martyrs, priez pour nous ! "

Partager cet article

17 commentaires

  1. Et dire que nous étions à la messe aux Lucs-sur-Boulogne ce matin et que cela n’a même pas été évoqué…

  2. le meme massacre avec le peuple brulé dans l’eglise eut lieu à BOUIN en vendée ,il y a toujours la place CHARETTE .

  3. l’ armée avait reçu l’ordre de la Convention de massacrer la population en un mois ( Oct 1793)
    les vendéens n’ étaient plus des hommes mais des brigands à exterminer.
    résultat : 117.000 morts
    (thèse de Reynald SEYCHER)
    ce drame des LUCS n’est qu’ un échantillon
    saint Just avait ouvert des tanneries de peaux humaines ( qu’il vendait) et des fonderies de graisses humaines (qu’il vendait également).
    le bonheur est une idée nouvelle en Europe disait-il.

  4. Au titre de l’histoire, j’aborde ce sujet et d’autres aspects de la révolution française lors de mes cours d’histoire en université.
    Je donne notamment copie de la correspondance échangée entre les révolutionnaires à Paris et ceux qui exécutent les ordres sur place en Vendée.
    C’est une découverte pour la plupart de mes étudiants.

  5. Aucune évocation ni intention de prière au sujet de cet anniversaire à la messe des Lucs Sur Boulogne ce dimanche ??!
    Comment est-ce possible ?
    Que faut-il en conclure : amnésie, reniement, désintérêt ou peut-être simplement ignorance. Dans tous les cas, c’est terrifiant.
    Qui a une explication ?

  6. Curieux comme ces événements en rappellent d’autres… quel nom déjà? Ah, oui, Oradour-sur-Glane.

  7. La république, née dans la barbarie, ne s’est-elle pas encore surpassée par la suite, plus sournoisement, en validant des lois mortifères ?

  8. Sur cette horreur des LUCS, un exemple de révisionnsime historique, avalisé celui-ci par les ”autorités” de Wikipedia.
    L’article de cette pseudo encyclopédie, qui a autorisé un ”débat d’objectivité” sur le massacre des Lucs, dont le nombre des victimes serait ”contestable”, ignore les travaux de Raynald Sécher et met en avant les thèses négationnistes d’historiens partisans, comme Jean-Clément Martin. Dont Wikipedia nous dit qu’ “Il est membre de la Société des Études robespierristes (notoirement marxisante et favorable à ce personnage inventeur de la terreur idéologique de masse). Il s’oppose au fait de considérer les opérations ordonnées en Vendée par la Convention, qu’il s’agisse des colonnes infernales, ou des noyades de Nantes, comme un génocide. Car pour lui, ” il y a bien eu des crimes de guerre et des batailles abominables, c’est clair, mais en aucun cas un génocide ” lors des guerres de Vendée”.
    Appliqué à d’autres génocides, remetre en cause le nombre des victimes, nier le mode opératoire, nier qu’il s’agisse d’un ordre donné et d’une méthode choisie, cela n’est-il pas condamné par la loi ?

  9. 28 février c’est aussi l’anniversaire du rappel à DIEU de DOM GERARD ,comme le rappelle pére JEAN (site BENEDICTINS DE L IMMACULEE )

  10. Un massacre abominable, que certains ne veulent pas oublier. La Troupe des Coeurs de Chouans, fait partie de ceux qui luttent pour défendre la mémoire des Martyrs de la Révolution Française.
    Elle a récemment rendu hommage aux Martyrs d’Avrillé :
    http://www.dailymotion.com/video/xc6ilu_pélerinage-sur-les-pas-des-martyrs_news
    et rendra hommage, aux Martyrs des Lucs, lors d’un pélerinage le 21 mars prochain.
    Si vous souhaitez y participer, n’hésitez pas !
    Merci aux auteurs du Salon Beige de relayer les informations que beaucoup aimeraient voir disparaître…

  11. Merci pour ce post important. La république est née dans le sang, la France dans l’eau du baptême.

  12. La Terreur démocratique a cherché à tuer la France chrétienne en masssacrant le clergé et les fidèles.
    La V° république continue le travail: pacs , avortement , enthanasie, métissage-invasion ,
    tout est bon pour liquider la France catholique.

  13. Chose surprenante que ce massacre des Lucs : la plupart des bourreaux étaient des soldats d’origine alsacienne et germanique, comme ceux d’Oradour-sur-Glane. On retrouve les mêmes à 150 ans de distance. Les soldats de Cordellier sont les ancêtres des “Malgré-nous” de la Division Das Reich qui opéra le massacre de la population, le 10 juin 1944 à Oradour.
    On devrait jumeler Oradour-sur-Glane avec les Lucs-sur-Boulogne pour marquer la mémoire profonde du peuple de France, martyr de la Révolution (1794) et du nazisme (1944).
    Des ressemblances dis-je : c’est la même horreur.

  14. Si des curés renient, il est des profs aujourd’hui qui honorent leur métier et les victimes que furent ces génocidés en édifiant les enfants et jeunes ados sur les fondements de ce que nous nommons république et démocratie “française”. Une atroce inauguration. Et j’atteste que mes enfants entendent par une bouche vaillante de l’EN ce que l’université avait interdit au chercheur Seycher sans qui, ma foi, nous n’en saurions pas tant.
    RIP

  15. C’est quand même troublant qu’à la messe des Lucs s/ Boulogne il n’ait pas eu une évocation (même simple) de ce massacre, surtout au jour dit. Est-ce à cause de la tempête ? Moi qui vit à 750 kms des Lucs (en pays dit “cathare”), et qui chaque 28 février fait, dans ma propre conscience, mémoire de ce drame… Soljenytsine relève toi, la Vendée semble devenir amnésique. Ne restera t’il que les chansons des Frères Martineau pour se souvenir ?

  16. Il y a seize ans, je me rendais dans les Pyrénées avec mes parents (aujourd’hui décédés)et en cours de route, nous couchions à Oradour-sur-Glane. Qu’elle ne fut pas ma surprise de voir trois choses qui m’ont à tout jamais étonné :
    1°)Une famille, les Reneau, de la Chapelle-Thémer (des boulangers vendéens)ont subi en deux fois le martyrologue : l’un en 1794 par la colonne Cordellier, l’autre en 1944, par la colonne Das Reich à Oradour. Arrivés le 7 juin, les Reneau sont assassinés à Oradour le 10. C’était des Vendéens, descendants d’insurgés de 1793-1794, massacrés en haine de la foi.
    2°)En me promenant le soir dans le nouveau village, je suis intriguée par une affiche de spectacle qui se déroulait à deux kilomètres du village, dans un château : celui du Dorat. Etais-je aux Herbiers, à Chambretaud, aux Essarts ou au Puy-du-Fou ? J’y étais ! et l’affiche montrait un spectacle organisée par les habitants d’Oradour-sur-Glane sur devinez quoi ? Les guerres de Vendée… Ils jouaient les Vendéens contre les Bleus et ceux qui faisaient les Bleus étaient les petits-fils des soldats de la Division Das Reich, installés au village depuis fort longtemps…
    3°)La plupart des noms des habitants ne sont pas tous originaires du Limousin mais des régions de l’Ouest… Il y a du Vendéen chez ces villageois et certains n’oublient pas le martyrologue de leurs ancêtres au temps de la Révolution… Un peu comme si la Vendée était la petite soeur jumelle des habitants de cette contrée limousine.
    Quand j’ai parlé des colonnes infernales auprès des villageois beaucoup m’ont dit que c’était une période dramatique que celle de la Révolution… A l’origine bien avant le drame, Oradour était profondément catholique et conservatrice du point de vue rural…
    Il est vrai que la Vendée militaire a subi ce qu’aucun territoire ait connu : l’horreur des guerres civiles…

  17. A bas la république ! Vive le Roi !

Publier une réponse