Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Allemagne

Les élections en Allemagne préfigurent la vague populiste qui devrait s’abattre sur le Parlement européen

Les élections en Allemagne préfigurent la vague populiste qui devrait s’abattre sur le Parlement européen

Lu dans Les 4 Vérités :

La CSU bavaroise, pourtant beaucoup plus conservatrice qu’Angela Merkel, a payé au prix fort son alliance avec la chancelière responsable d’une catastrophique invasion migratoire. Dimanche 14 octobre, elle a enregistré son plus mauvais score depuis 1950, avec 37 % des voix, en recul de plus de 10 points par rapport aux dernières élections de 2013.

Mais la CSU n’est pas seule à es- suyer un échec cinglant. Le parti social-démocrate (SPD), lui aussi présent dans la coalition de gouvernement à Berlin, a connu un revers important, passant au-dessous de 10 % et divisant ses voix par deux parrapport à 2013, au profit des Verts (qui emportent 18 % des suffrages).

L’AfD, parti « populiste » connu pour son opposition à la politique migratoire d’Angela Merkel, réalise un score plus faible qu’annoncé par les sondeurs, avec 10,3 % des suffrages. Cela ne l’empêche pas d’entrer, pour la première fois, au parlement bavarois. Mais, surtout, les commentateurs oublient en général de noter que l’AfD était concurrencée par les Freie Wähler (les électeurs libres), un parti aussi conservateur qu’elle et plus compatible avec la CSU dominante. Les Freie Wähler réunissent, eux, 11 % des voix.

Ce dimanche électoral manifeste, une fois de plus, le ras-le-bol des peuples devant la politique (ou l’absence de politique) migratoire de l’oligarchie européenne.

Voilà qui préfigure bien la vague populiste qui devrait s’abattre sur le Parlement européen en mai prochain.

Mais, surtout, les conséquences de ce vote devraient éclairer sur ce qui sera possible dans les prochains mois.

Si, comme il est probable, une coalition entre la CSU et les Freie Wähler (peut-être soutenue par le parti libéral FDP) prend la tête de la Bavière, cela montrera que l’alliance populistes-conservateurs reste la meilleure recette de la droite pour prendre ou garder le pouvoir.

Une alliance avec l’AfD aurait certes été une bien meilleure nouvelle à moyen ou long terme, mais l’expérience prouve que cette alliance populistes-conservateurs a souvent besoin d’une sorte de « sas de décompression ». Et les Freie Wähler pourraient parfaitement jouer ce rôle pour banaliser les idées de l’AfD et les faire porter par une nouvelle coalition.

En France, on attend avec impatience une structure capable, elle aussi, de porter les revendications populistes du RN, tout en sachant s’allier, tantôt avec le RN, tantôt avec LR, pour enfin en finir avec le socialisme!

Partager cet article

2 commentaires

  1. “En France, on attend avec impatience une structure capable, elle aussi, de porter les revendications populistes du RN, tout en sachant s’allier, tantôt avec le RN, tantôt avec LR, pour enfin en finir avec le socialisme!”
    Désolé, mais vous prenez vos désirs pour la réalité. Si vous pensez utiliser le RN, qui ne représente que le populisme de”droite” (et donc vous excluez le populisme de “gauche”, ce qui n’est pas très malin quand on veut une majorité…) pour sauver les intérêts d’une fraction de la classe dominante, à savoir une droite d’argent certes catholique mais sur le déclin, oubliez cette idée car vous ne dégagerez jamais une telle majorité nationale-libérale-conservatrice, ce qui n’a de plus idéologiquement aucune cohérence… Du reste, vous aurez contre vous l’autre France d’en haut, la plus cosmopolite et mondialiste, la plus influente, qui ne laissera jamais se constituer une droite “extrême”de gouvernement à l’autrichienne…
    L’autre facette du problème, est “qu’en finir avec le socialisme”, vous vous aliénez de fait la quasi-totalité des classes populaires qui ne demandent pas l’assistanat, mais des protections économiques légitimes, a fortiori pour tout chrétien, ce qui vous interdit tout rêve de victoire d’une majorité droitarde et conservatrice ! En revanche, s’il s’agit de décapiter la technostructure et les emplois “fictifs” de la haute fonction publique, là c’est autre chose et nous sommes d’accord, mais ce n’est pas en vous alliant avec les énarques de LR que vous y parviendrez !
    En méconnaissant les véritables ressorts et mécaniques qui constituent aujourd’hui l’essor du mouvement populiste, une certaine droite ira vers des déboires électoraux qu’elle ne pourra même pas comprendre. Pour vous aider, les différents ouvrages de Christophe Guilluy constituent déjà une introduction et une belle entrée en matière, mais attention : c’est un géographe, donc plutôt de “gauche”….

    • Les “populistes” de gauche sont immigrationnistes sans conditions, et islamophiles à fond … alliance impossible avec ceux de droite !

Publier une réponse