Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Les écoles indépendantes peuvent-elles sauver l’école rurale ?

Les écoles indépendantes peuvent-elles sauver l’école rurale ?

Extrait d’une tribune d’Anne Coffinier, directrice générale de la Fondation pour l’école, dans Le Monde :

[…] Les écoles rurales publiques ont été des laboratoires d’innovation depuis toujours : multiniveau, travail par groupes, pédagogie du projet tirant profit des spécificités du territoire local, centralité du maître, mobilisation des ressources numériques pour palier l’éloignement géographique par rapport aux professeurs ou aux ressources culturelles… C’est sur cette expérience de divergence par rapport au modèle ordinaire d’école publique urbaine qu’il faut capitaliser aujourd’hui pour inventer l’école rurale de demain. Ce processus passe notamment par la mobilisation accrue de la société civile du territoire concerné, en développant des écoles indépendantes pour assurer la continuité du service éducatif en l’adaptant au plus près des besoins du territoire.

Dans plusieurs communes, des classes, des écoles ont ouvert quand d’autres établissements fermaient. Qui n’a pas entendu parler de Céré-la-Ronde (Indre-et-Loire), où, confronté à la perspective d’une disparition pure et simple de l’école de la municipalité, le maire s’est largement investi dans la création d’une école indépendante ? Fondée sur la pédagogie de Maria Montessori, l’école devrait accueillir les enfants selon des tarifs différenciés, en fonction des moyens des familles. A Préchac-sur-Adour, dans le département du Gers, des parents d’élèves ont ressuscité l’école du village en lui donnant un statut associatif, payant certes, mais qui a permis d’assurer la continuité du service étendu à la population. Mieux encore : à Molières, dans le Lot, l’école n’est pas seulement indépendante, elle est aussi gratuite, après que les familles ont sauvé l’école communale d’une mort annoncée, la reprenant sous forme d’association à but non lucratif.

Ces initiatives tendent à se multiplier. Elles présentent des atouts : libres des méthodes pédagogiques, elles peuvent aussi adapter les programmes scolaires et les matières enseignées pour servir un projet affirmé, alors susceptible d’attirer plus de familles. Dimension écocitoyenne, écologique ; mobilisation de bénévoles capables d’apporter leur savoir-faire et d’ouvrir l’horizon des élèves ; sollicitation d’acteurs économiques ou culturels locaux renforçant l’ancrage local de ces écoles ; recours privilégié au e-learning et au tutorat individualisé…

Mais ces écoles indépendantes se heurtent souvent au scepticisme des services de l’Etat, très mal à l’aise avec l’idée d’écoles issues de la société civile ou reposant sur des approches pédagogiques différentes de celles de l’Education nationale. Si l’Etat hésite encore, sur le terrain et dans les faits, l’approche idéologique qui conduit à l’opposition stérile entre école privée et école publique, a fortiori quand l’école privée est indépendante, a été purement et simplement abandonnée. C’est la capacité à maintenir une école attrayante au cœur des territoires qui compte, plus le statut public ou privé de l’école. La société civile prend toute sa place dans la lutte pour sauvegarder l’école communale, à rebours des querelles de clochers et des combats d’arrière-garde.

A La Fère, dans le département de l’Aisne, le Cours Clovis fête ses deux ans à la rentrée. Soutenu par la Fondation espérance ruralités, qu’abrite la Fondation pour l’école, cet établissement se développe solidement. Il ne prétend pas lutter contre la désertification rurale. Ce qui l’intéresse, c’est de donner une instruction solide et une ambition pour la vie à des populations scolaires qui s’interdisent trop souvent de croire en elles. Indépendant, le Cours Clovis agit en bonne intelligence avec les services de l’Etat, pour garantir le respect du socle commun des connaissances et l’acquisition par les élèves des savoirs nécessaires à leur bonne formation et à leur épanouissement. Tous les espoirs sont donc permis !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique