Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Les écoles de journalisme enseignent le conformisme et non l’esprit critique

Une analyse de Polémia :

P"Si les journalistes ne critiquent jamais le système, c’est qu’ils vivent grâce à lui et partagent ses valeurs. Dès leur formation, c’est le conformisme et non l’esprit critique qui est enseigné. Deux facteurs prépondérants expliquent cet état d’esprit :

  • La structure des écoles dont l’influence des directives publiques est très importante
  • La pression du milieu et la déontologie journalistique

Structure des écoles :

Il existe 3 types d’écoles :

  • – CELSA (Centre d'Etudes Littéraires et Scientifiques Appliquées) : école publique détenue à 48% par l’Etat. Elle fonctionne comme les grandes écoles. Le concours d’entrée très difficile permet de recruter un profil particulier d’élite.
  • – Ecoles sous statut associatif, dont le diplôme est reconnu par la profession (les syndicats) et par l'Etat
  • – Ecoles privées, plutôt orientées vers l’information et la communication, que vers le journalisme à proprement parler.

Bien que de structures différentes, ces écoles subissent toute l’influence de l’Etat. Notamment les écoles sous statut associatif, qui s’associent aux grandes universités pour délivrer des doubles-diplômes, mais l’Etat a donc un droit de regard plus important grâce à ce partenariat. De plus ces écoles sont soumises à différentes directives dont la « Charte de la diversité pour les médias ». […]

La déontologie journalistique, savoir ce que l’on a le devoir de dire, permet de hiérarchiser les informations, et pose la question : doit-on traiter ou non un événement ? Dans le système de valeurs humanistes, une manifestation pro clandestins a beaucoup plus d’importance qu’un rassemblement nationaliste à qui il faut de toute façon éviter de faire de la pub. Cette discrimination de l’information est le fait des salles de rédaction des grands médias qui décident de ce qui doit faire l’actualité. Les cours de déontologie des écoles permettent aux étudiants de savoir comment traiter tel ou tel sujet sensible de société. Encore une fois, les personnes formatrices ne représentent pas la diversité des opinions, mais sont toujours main-stream. Aucun esprit critique n’est réellement demandé dans les écoles de journalisme. En effet, une remise en question d’une information n’est ni souhaitée, ni encouragée à partir du moment où elle émane d’une source officielle : AFP, Reuters ou AP, les trois principales agences de presse. […]"

Partager cet article

1 commentaire

  1. Un ministre du 1 ier Gouvernement Sarkozy avait fait remarquer que la droite jusqu’alors s’était uniquement intéressé à l’économie et avait négligé l’idéologie que les écoles de journalismes professaient.
    La droite,depuis, y a mis bon ordre !
    Y mettra bon ordre !
    Va y mettre bon ordre !
    Ne le tolèrera plus !

Publier une réponse