Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Les députés LR ont-ils voté pour un socialiste au parlement européen ?

Les députés LR ont-ils voté pour un socialiste au parlement européen ?

Le Parlement européen ne donne pas (encore) les votes de chaque député à l’élection du président socialiste du parlement. mais plusieurs sources, dont le RN, affirment que les 8 députés LR, dont François-Xavier Bellamy, ont voté pour le socialiste italien David Sassoli.

Il semble donc que toute la délégation française du PPE ait voté pour eux. Mais nous serions ravis de signaler d’heureuses exceptions si des lecteurs ont des renseignements plus précis sur les votes.

Il a été élu pour un demi-mandat, à savoir deux ans et demi – l’autre moitié étant réservée, en principe, au PPE. D’où la connivence entre le PPE et le socialistes… et ce discours qui consiste à dire que l’on est plus près de Macron que du RN.

Addendum : François-Xavier Bellamy, qui est désormais membre de la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie ainsi que de la Commission de la pêche du Parlement européen, et Membre suppléant de la Commission de la culture et de l’éducation, explique sur Facebook :

La première session de Strasbourg s’achève ! Je voudrais partager avec vous le résultat de ces derniers jours, qui ont été mouvementés…

Malgré l’ampleur de l’adversité qu’elle a rencontrée, notre famille politique a remporté les victoires essentielles : c’est au PPE, la droite européenne, que revient la présidence de la Commission européenne [avec Ursula von der Leyen, fédéraliste et soumise au lobby LGBT NDMJ], ainsi que la présidence de la BCE [avec Christine Lagarde, est-ce une victoire ? NDMJ].

En Europe, les électeurs ont accordé la majorité de leurs suffrages aux candidats de droite à l’occasion de l’élection européenne du 26 mai, et il aurait été incompréhensible que les nominations stratégiques de ce début de mandat ne reflètent pas ce choix démocratique. Avec notre délégation française, nous avons constamment maintenu ce principe non négociable ; nous ne sommes pas de ceux qui oublient leur campagne dès le moment de l’élection. Et lorsque les blocages rencontrés au Conseil ont conduit à envisager qu’un socialiste soit investi à la tête de la Commission, nous avons clairement indiqué que nous quitterions le PPE si un tel compromis devait être accepté.

Ces discussions franches et claires ont conduit le PPE à refuser cette perspective, et l’idée de placer M. Timmermans à la tête de la Commission a donc été écartée. Notre priorité absolue est aujourd’hui atteinte. Malgré l’élection de M. Sassoli à la présidence du Parlement, que nous regrettons, les socialistes ont échoué à prendre la main sur la décision politique en Europe : cette fonction institutionnelle, qu’il n’occupera que pour la moitié du mandat, n’a pas d’impact sur les orientations de l’action européenne. Je n’ai pas voté pour lui, mais les conséquences de son élection sont sans commune mesure avec ce qu’aurait représenté le fait de perdre la présidence de la commission.

La droite en Europe a donc gagné la bataille décisive, pour pouvoir faire entendre la voix des électeurs qui lui ont fait confiance le 26 mai dernier. Ursula von der Leyen, membre de notre famille politique qui doit prendre la présidence de la Commission européenne, est venue dès le lendemain de sa nomination échanger avec notre groupe ; nous pourrons travailler avec elle pour traduire concrètement les engagements pris pendant notre campagne. Nous pouvons également être heureux de la nomination de Christine Lagarde, également issue de notre famille politique et dont la compétence est unanimement reconnue.

Malgré ces succès décisifs, les événements des derniers jours ont marqué un profond recul pour la transparence démocratique de la vie publique européenne ; et le premier responsable de ce recul est notre Président de la République…

Comme les autres familles politiques en Europe, le PPE avait élu un candidat pour la présidence de la Commission et l’avait présenté bien avant l’élection du 26 mai, pour permettre aux citoyens de faire leur choix en connaissance de cause, et pour rendre ainsi plus lisibles et plus démocratiques les nominations européennes. Par hostilité envers notre famille politique, Emmanuel Macron s’est opposé à ce processus, et a rendu impossible la désignation de Manfred Weber, qui bénéficiait pourtant de cette indéniable légitimité démocratique. La conséquence de ce blocage a été cette succession de sommets incompréhensibles par les citoyens, et un processus de désignation entre chefs d’Etat qui s’est déroulé dans l’opacité et la confusion la plus totale. Derrière la mise en scène du “nouveau monde”, l’Europe a subi un grand pas en arrière, et la France sort malheureusement de cette séquence encore un peu plus discréditée auprès de nos partenaires européens.

Notre délégation française a donc maintenant une responsabilité décisive. Comme je vous l’ai raconté dernièrement, nous avons travaillé sans relâche au cours des dernières semaines pour avoir les moyens d’agir. Au-delà des résultats déjà obtenus, Anne Sander a été élue ce matin premier Questeur du Parlement européen. Par ce travail patient et déterminé, nous avons montré notre influence, et gagné une vraie capacité d’agir sur les choix essentiels à venir.

Nous nous attacherons ainsi à faire entendre la voix des électeurs français au sein de notre groupe parlementaire, qui aura donc les leviers les plus importants pour agir au cours des prochaines années.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

8 commentaires

  1. Les LR sont bien des gaullistes fidèles à leur modèle dans l’art de mentir et de duper les électeurs. Aucune confiance : ils ont trahi, trahissent ou trahiront un jour …

  2. Comme d’habitude ! LR soutiens la gauche et vote aussi ses lois…
    Le gens normaux ne s’étonneront pas que François-Xavier Bellamy (celui qui se sent proche de Macron…) soit du nombre …

  3. Plus aucune confiance en ces gens là !
    LR sont morts et enterrés !

  4. Cher SB, quelle est la logique d’attaquer FXB ?
    1) sur des informations non disponibles
    2) que l’intéressé dément
    3) en utilisant un tract d’un parti qui lui est opposé
    Un catholique ne doit-il pas avoir un minimum de rigueur journalistique et de bienveillance ?
    Dommage, vous nous aviez habitué à mieux….

    • Cher lecteur :
      1. le SB pose la question. Question que se posent de nombreux lecteurs qui me sollicitent sur ce sujet précis
      2. le texte de FXB est assez décevant puisque finalement, il suffit d’être au PPE pour que ce soit une “victoire”. La nomination d’Ursula von der Leyen n’est certainement pas une bonne nouvelle, malgré ce qu’en dit FXB.
      3. Ce tract a le mérite de mettre sur la même ligne la tête de liste LR avec la tête de liste PS. C’est souvent ce qui est reproché aux 2 partis sur le plan européen. Alors le SB pose la question…

  5. comme d’habitude, ces LR changent vite d’avis, ne respectent pas leurs engagements, leurs dires d’avant l’élection!

  6. Il convient de faire les remarques suivantes, en guise de tentative de rectification et surtout de démystification du discours que tiennent certains :

    Ni le LR sur le plan national, ni le PPE, au niveau européens, ne sont, à proprement parler, des partis de droite au sens où peuvent l’entendre les catholiques authentiques et fidèles au magistère bimillénaire de l’Eglise. Le LR, est un ramassis d’opportunistes, d’arrivistes et d’incompétents, les uns plus cyniques que les autres (pour rester courtois), qui idéologiquement, moralement, se situent à “gauche” sur l’échiquier politique, càd, qu’ils s’identifient à la tendance dite “progressiste” (en réalité moralement et sociétalement décadente, régressiste) du champ politique.

    Le LR est un parti politique parasite qui pendant des décennies a vécu aux dépens des et a fait croire aux Français qu’il était de droite alors que, sur les plans moral et éthique, ses idées se trouvent très clairement dans le camp de la “gauche” subversive et émétique. La loi Veil, dépénalisant l’infanticide intra-utérin pour mieux préparer sa légalisation, a été votée en 1975 avec le soutien d’une partie de la fausse droite usurpatrice et parasitaire.

    Il convient de dire les choses, de les nommer, telles qu’elles sont en réalité et non comme certains mystificateurs incorrigibles voudraient nous les présenter : le LR, dans les circonstances actuelles, est essentiellement un parti centriste, pas un parti de droite. L’étiquette de parti de droite leur sert de façade pour attirer, siphonner des voix à la véritable droite, moralement conservatrice !

  7. Être un responsable politique, c’est aussi poser des choix stratégiques, avec en vue le bien commun (ou parfois le moindre mal). Même si FXB avait voté pour le candidat socialiste, ce qu’il dément, cela n’aurait aucune espèce de gravité et serait encore moins une « trahison » dans la mesure où le Président du Parlement européen n’a aucune prérogative politique importante en dehors de régler le fonctionnement interne de son institution. A l’inverse, le Président de la Commission dispose d’un pouvoir personnel très important (dans les conditions et limites fixées par les traités). A choisir entre la Présidence de la Commission et celle du Parlement, il est clair que le PPE a bien fait de choisir la Commission. On verra à l’usage ce que vaut Mme von der Leyen, qui a au demeurant au moins le mérite d’être une mère de famille nombreuse (7 enfants), mais il est certain qu’entre elle et M. Timmermans, il n’y avait pas à hésiter, quitte à abandonner aux socialistes un demi-mandat de Présidence du Parlement. D’ailleurs c’est aussi le choix des pays catholiques de l’est, Pologne et Hongrie en tête… Avant de critiquer, étudions les choses avec le recul nécessaire.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services