Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Les dépenses publiques vont continuer de croître

Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation Ifrap, décrypte dans Le Figaro l'illusion des économies que croit pouvoir faire le gouvernement en 2015. Extraits :

I"Contrairement à ce qu'avance le gouvernement, une trajectoire budgétaire plus volontariste que celle de la loi de programmation 2014-2019 est possible (Cette étude de l'Ifrap peut être lue sur le site du think-tank). Le bon effort consisterait, afin de réaliser une baisse d'au moins un demi-point de PIB par an de notre déficit structurel, à adopter une logique d'économies croissantes qui s'ajouteraient aux 50 milliards annoncés.

[…] Ces économies porteraient pour 50 % sur les prestations sociales, pour 30 % sur le fonctionnement des collectivités publiques et pour 20 % sur l'investissement. Il faut se donner des objectifs de baisse des coûts de production des services publics assurés par l'État, les collectivités locales et les organismes sociaux. Toutes nos études montrent qu'il y a une marge de manœuvre importante pour produire moins cher nos services publics.

La France n'est pas condamnée à être dernière de la classe de l'Europe en termes de gestion de ses finances publiques. La situation économique de notre pays pourrait s'améliorer grâce à 21 milliards d'économies supplémentaires et à une nouvelle baisse de charges des entreprises, qui représenterait au total un quasi-doublement du CICE. La France pourrait alors atteindre, dès 2016, un déficit public de 3,2 % par rapport au PIB. Ne laissons pas le gouvernement baisser les bras et laisser filer la dépense publique de plus de 20 milliards d'euros par an dès 2016. Les jeux évidents de tuyauterie budgétaire ne doivent plus nous illusionner."

Partager cet article

7 commentaires

  1. Et si on supprimait les 20 millions d’euros donnés cette année à la Ligue de l’Enseignement, on pourrait faire des économies utiles, financières et humaines, non ?

  2. Suppression du Sénat ; limitation à 2 députés par département et suppression de tout type de cumul pour qu’ils puissent se donner à temps plein à leur fonction ; alignement de leur régime de retraite sur celui du “Français Moyen” ; remboursement de leurs frais sur justificatifs ; imposition de tous leurs revenus et indemnités ; suppression du conseil constitutionnel et de tous les comités théodule existants ; Renforcement du rôle de la Cour des Comptes qui pourrait obliger les mauvais gestionnaires à “plier” à ses injonctions ; suppression des 35 heures (PFFFFFF!) dans la fonction publique pour une disponibilité totale (dans l’espace et dans le temps comme les militaires); limitation sévère du nombre de policiers et gendarmes affectés à la garde de toute cette zélite et qui pourraient retourner dans le service “Actif” ; Diviser par 2 (dans un premier temps) le financement public des partis politiques et autres syndicats ; Récupération de l’excédent versé à Bruxelles chaque année (dans un premier temps); réserver les prestations sociales aux seuls Français ou étrangers européens (sous réserve de réciprocité) etc etc etc …

  3. “Toutes nos études montrent qu’il y a une marge de manœuvre importante pour produire moins cher nos services publics.”
    1) Si on commençait par rendre aux salariés leur salaire complet (coût total employeur, qui est plus du double du salaire net), charge à chaque salarié de s’assurer (obligation comme pour le domicile, le véhicule, …) une couverture santé, une couverture vieillesse, auprès de l’organisme de son choix.
    2) Et si on privatisait la mise en œuvre de l’instruction, chaque enfant recevant une allocation correspondant au coût de sa scolarisation dans l’enseignement public? Allocation non utilisable pour quoi que ce soit d’autre qu’une prestation d’instruction.

  4. Le gouvernement, bonimenteur quotidien et patenté, n’a aucunement l’intention de faire la moindre économie.
    Ses annonces ne sont que des paroles vides du moindre sens.
    Au contraire, il financera ses lubies pharaoniques avec une augmentation des impôts.

  5. Que fait un Rat devant un fromage ?
    Il l’attaque un peu partout, y creuse des trous par ci par là, le détériore à l’aveuglette, se repose un peu et recommence sans fin.

  6. Comment avons nous pu mettre tant de temps pour comprendre que nous sommes gouvernés par des saboteurs de la France?

  7. Les impôts n’augmenteront pas, c’est peut-être vrai, mais il y a confusion entre impôts et prélèvements.
    Le gouvernement ne donnera plus ce qu’il donne aux régions, celles-ci prélèveront plus pour continuer droit dans le mur !
    N’oublions pas que les retraites vont avoir le prélèvement de la CSG qui va augmenter pour beaucoup de retraités, ceux qui pensent que les impôts de la 1ere tranches ne seront plus se trompent, car la seconde tranche à son seuil de baissé, donc plus de contribuables !
    On continue la liste ?

Publier une réponse