Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Les déboires du vélo à Paris

Lu dans le panorama hebdomadaire de la Préfecture de police de Paris :

"Au cours des 10 premiers mois de l’année 2011, le nombre d’accidents corporels de la circulation enregistrés à Paris impliquant des cyclistes a progressé de 19% par rapport à la même période 2010 ; 576 victimes cyclistes (aucun tué) sont à déplorer contre 554 (dont 2 tués) en 2010. Si les cyclistes peuvent être victimes de comportements dangereux d’autres usagers de la route (ouvertures intempestives de portières), leur propension à transgresser le code la route est encore trop souvent à l’origine de bon nombre de ces accidents.

En 2010, les infractions les plus souvent commises étaient : le non respect des feux tricolores (56,92%), la circulation en sens interdit (10,06%), l’usage du téléphone portable (8, 38% ) et la circulation en dehors de la chaussée ou de la voie affectée aux cyclistes (trottoirs) (5,83%). Cette tendance se confirme sur les 9 premiers mois 2011 dans des proportions similaires. Sur cette période 5 922 timbres amendes ont été établis à l’encontre de cyclistes pour des infractions diverses. Par ailleurs, depuis début novembre trois opérations ciblées ont été menées par la sous direction régionale de la circulation et de la sécurité routières et ont permis de relever 141 contraventions à l’égard des cyclistes notamment 78 pour un franchissement de feux rouges, 10 pour circulation sur le trottoir, et 12 pour circulation sans éclairage."

Partager cet article

10 commentaires

  1. Il y a des comportements de cyclistes objectivement dangereux : pas de lumière, sens interdits, feux grillés,… Il y a aussi certainement des absurdités dans la voirie parisienne. Le code de la route est important, mais il est au service des parisiens, et non pas le contraire.

  2. Il est dangereux et criminel de livrer des cyclistes dans une jungle de voitures !!!

  3. Je suis cycliste à Paris et j’ai constaté que les forces de l’Ordre ne sont jamais postées aux endroits présentant un réel danger pour les usagers de la route et n’ont jamais verbalisé les véhicules m’ayant mis en danger.
    J’ai également constaté que de nombreux cyclistes violent les règles du code de la route.

  4. Cycliste à Paris, je constate surtout que le code de la route est totalement inadapté aux cyclistes dans bien des cas !
    Un exemple: les feux rouges sur les petites rues : 1) la visibilité du cycliste est très largement meilleure que celle de l’automobiliste 2) le danger que fait courir le cycliste en traversant à 15 à l’heure n’a rien à voir avec celui de l’auto ou du camion 3) au même endroit, des piétons passent “au feu rouge” et c’est largement toléré. Or le risque du cycliste est grosso modo celui du piéton. En revanche l’amende du cycliste est proche de celle de la voiture.
    Je ne défends pas le fait de ne pas respecter la loi, mais lorsqu’elle est inadaptée et inutile, il ne faut pas s’étonner du nombre de transgressions.
    Une autre remarque: des milliers de véhicules sont quotidiennement garées sur des pistes cyclables, ce qui oblige les cyclistes à prendre un risque pour avancer en s’insérant dans le trafic de voitures, risque bien plus grand que de franchir bien des feux rouges. A-t-on déjà verbalisé de tels stationnements dangereux ? J’ai déjà vu la police elle même bloquer des pistes cyclables…

  5. D’ici à ce que l’Etat n’en profite pas pour accutentuer la répression sur les automobilistes sur les autoroutes en campagne par temps sec en basse saison …. Pas bon tout ça !

  6. Cycliste moi aussi, je ne peux être que d’accord avec Ludovic. La loi est la loi, certes. Mais présumer qu’un cycliste fait courir le même risque aux autres que des véhicules d’une demi-tonne qui circulent trois fois plus vite, c’est tout simplement absurde. Et c’est pourtant ce que fait le code de la route actuel. A Bruxelles, ils ont mis en place un “code de la rue” qui distingue les vélos des autres véhicules : les feux rouges deviennent de simples cédez-le-passage pour les vélos, les sens interdits sont autorisés sur les voies lentes, etc. Tout le monde s’en porte très bien !
    Une autre remarque : je ne sais pas ce qu’il en est pour l’année dernière, mais la dernière fois que je m’y étais intéressé, l’augmentation, certes massive, du nombre d’accidents impliquant des cyclistes était près de deux fois inférieure à celle du nombre de déplacements à vélo (l’augmentation du vélo à paris a été exponentielle ces dernières années à paris). Donc en fait moins d’accidents, en proportion.
    Ce qui n’est pas très étonnant : ce sont bien les véhicules motorisés qui sont dangereux, pas les vélos. Et plus il y a de vélos, plus les automobilistes font attention à eux. Donc plus il y a de vélos, moins c’est dangereux – pour les vélos, mais aussi pour les autres, car c’est globalement la vitesse qui est dangereuse.
    Honnêtement, il faut vraiment être à côté de la plaque pour ne pas voir qu’on a tous, cyclistes ou non, grand intérêt à ce que la pratique du vélo augmente massivement : ça fait des villes plus sûres, moins bruyantes, et moins polluées.
    Je sais que les cathos n’aiment pas les écolos, mais là, franchement…

  7. Depuis quelque temps,dans les villes de France, il est permis aux cyclistes d’emprunter les rues en sens interdit…Ceci peut être source de problèmes pour les uns et les autres:
    – dans une rue étroite, le cycliste débouchant à contre-sens n’est pas très visible, surtout en cas de défaut d’éclairage!
    – il est tout à fait antipédagogique d’habituer les cyclistes ( qui seront un jour des automobilistes)à ignorer le code de la route
    liste d’inconvénients non exhaustive…

  8. Tout à fait d’accord pour dire que le code de la route n’est pas adapté à la pratique du vélo.
    Les pistes cyclables sont souvent elles aussi inadaptées. L’idéal pour nous ce sont de grandes avenues bien larges et sans trop de feux rouges, et pas des voies en site propre envahies de piétons imprévisibles.
    Prier avant de rouler n’est pas inutile non plus.
    3000 km de Vélo à Paris sans un pépin … merci Seigneur !

  9. A voir cette vidéo. Verbalisé pour être sorti d’une piste cyclable, un new yorkais se fait filmer en train de tomber sur tous les obstacles présents sur les pistes cyclables. Y compris une voiture de police.
    http://www.rue89.com/rue89-planete/2011/11/16/les-dangers-de-la-piste-cyclable-226602

  10. Quelques réponses à Françoise, car il y a une méconnaissance de la réalité du cycliste
    1) je suis d’accord avec elle qu’un cycliste doit avoir un éclairage qui fonctionne. C’est essentiel. Malheureusement, la qualité des équipements fournis sur les vélo est très faible.
    2) Je suis un cycliste qui a le permis depuis près de 20 ans et je peux vous dire que ce n’est pas parce que je passe au feux rouge à vélo que je vais le faire en voiture. Bien au contraire.
    Vous n’imaginez pas la différence de visibilité lorsque vous êtes au guidon d’un vélo et lorsque vous êtes au volant d’une voiture. C’est le jour et la nuit !
    De même pour les sens interdits, la taille et la mobilité du vélo n’ont rien à voir.
    C’est un peu comme si vous disiez que le fait de marcher à pied sur un trottoir vous pousse en temps qu’automobiliste à faire de même
    3) le fait de prendre à contresens les rue à sens interdit n’est pas une infraction au code de la route puisque c’est permis pour les cyclistes.
    Il faut que les automobilistes cessent de raisonner comme si tout était fait pour eux. Le partage de la voirie, c’est aussi comprendre que les règles dépendent du type de véhicule qui l’emprunte et c’est logique.
    C’est déjà le cas entre poids lourds et automobile (vitesse limite par exemple), il n’y a pas de raison que cela ne le soit pas pour le vélo, cf. l’exemple de Bruxelles.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services