Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Les contribuables paieront pour voir le match se terminer par une main…

Lu sur L'observatoire du Parlement :

M "La France croule sous le déficit multiplié par trois en deux ans, les perspectives de la dette sont lugubres, mais le gouvernement ne trouve rien de mieux que d'annoncer des investissements massifs dans les stades de football !

Alors que la polémique sur la main de Thierry Henry est à peine oubliée par les "grands médias", le gouvernement annonce qu'il va lancer un plan de rénovation des stades de football pour l'euro 2016.
La France est en effet candidate pour organiser le championnant d'Europe de football de 2016. Pour satisfaire au mieux les attentes des organisations internationales du football et des télévisions, toujours plus gourmands, assis sur les bénéfices astronomiques de la publicité et des produits dérivés, il faut avoir les stades les plus modernes. C'est logique.

Ce qui est scandaleux, c'est que c'est le contribuable qui va payer !
Puisque le football fait beaucoup d'argent, les millions de contribuables Français vont l'aider.
..
Pour rappel, en Angleterre, en Italie, en Allemagne, en Espagne, c'est-à-dire les pays ou le football est plus brillant qu'en France et encore plus prospère, les clubs possèdent leurs stades ou en sont copropriétaires avec leurs sponsors (notamment Emirates Airlines à Londres).
En France, la confusion public-privé à de beaux jours devant elle. Dans ce cas, c'est le public qui paye et le privé qui empoche les bénéfices !
Les contribuables paieront donc pour voir des joueurs payés quelques millions d'euros jouer pendant une heure et demie et terminer le match par une main ou un penalty…"

Partager cet article

3 commentaires

  1. Et en plus, si j’ai bien compris, les avantages fiscaux des sportifs et des clubs, supprimés par le gouvernement (défendus par la Secrétaire d’Etat aux sports), reviendront par la petite porte, sans tambour, ni trompette.
    Panem (RMI/RSA) et circenses (football).

  2. Le problème à mon sens n’est pas fonds publics ou fonds privés, c’est les sommes absolument astronomiques qui circulent.
    Le plus petit club de D1 ont un budget d’au moins 25 à 30 millions d’€. Que dire de ceux qui sont en tête du classement, c’est au moins cent fois plus ! Alors rien d’étonnant que ces gens là puissent rouler en Ferrari, bus de très grand standing escortés de BMW et autres voitures de luxe pour se rendre à un match, etc……… la liste est longue.
    D’où vient ce fric ? C’est le notre, soit il provient de fonds publics et est prélevé par l’impôt, soit il provient de fonds privés et il est prélevé par la publicité. On peut se demander s’il n’y a pas aussi du blanchiment d’argent sale !
    A mon sens, encore une fois, le scandale, c’est l’argent qui est ainsi détourné et qui pourrait servir à autre chose de plus utile.
    On est très loin d’une juste rémunération pour un juste travail !

  3. De toute manière la dette gigantesque de la France ne pourra jamais être remboursée et notre classe politique dirigeante corrompue le sait mais c’est le dernier de ses soucis. Cela fait plus de 30 ans qu’ils augmentent perpétuellement les impôts, les fonctionnaires, les dépenses publiques et les déficits publics (record d’Europe des dépenses publiques et des fonctionnaires alors qu’on est parti de 0 en 1973; les budgets n’étant d’ailleurs jamais appliqués). Un ménage qui agirait ainsi se mettrait en faillite au bout de quelques années, mais pour la classe politique, ce n’est pas un problème. Ce sont les mêmes qui ont interdit à la France d’emprunter à la banque de France depuis 1973 (Merci Pompidou), les mêmes qui ont imposé les traités de Maastricht (article 104) et de Lisbonne (article 123) qui obligent les états à emprunter auprès de banques privées en leur donnant le monopole de la création de l’argent, alors qu’un Etat est parfaitement en droit de créer et d’imprimer sa propre monnaie. Il est impossible que tout cela n’ait pas été décidé pour des raisons de corruption ou de trahison du peuple.
    Au bout du compte, les grands perdants seront nous tous quand la classe politique sera obligée de vendre tous les biens de l’Etat, et donc tous nos biens, à ceux qui créent de l’argent à partir de rien : les banquiers, car c’est hélas comme ça que ça va finir.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services