Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International

Les conséquences de l’indépendance de l’Ecosse

De Bertrand Lemennicier à l'approche du référendum, jeudi 18 septembre, sur l'indépendance de l'Ecosse :

"[…] Que l’Écosse redevienne un État souverain indépendant n’est pas anodin. Cet événement peut bouleverser l’Europe par un effet d’imitation. En effet, ce qui vaut pour les Écossais peut valoir pour les Bretons, les Alsaciens, les Basques, les Normands, les Gens du Nord, les habitants de la Provence Côte d’Azur, les Corses, les Franciliens ou les habitants de l’ex république des Escartons. Eux aussi pourraient demander la séparation et l’indépendance de leur région à l’égard du pouvoir central parisien. Ce qui est vrai des régions françaises le serait aussi pour les allemands, les espagnols et les italiens. Mais aussi du Royaume Uni lui-même, réduit à la terre d’Angleterre. L’Europe éclaterait en une multitude de petits pays indépendants associés ou non dans une confédération. Pourquoi s’arrêter aux régions ou provinces ? […]"

Partager cet article

22 commentaires

  1. Mais c’est la volonté de tyrans bruxellois de faire l’europe des régions à l’image de l’allemagne ou des USA.
    Giscard alors président avait déjà fait retirer de la vente une carte de l’Europe des régions faite par les bruxellois, car c’était trop tot.
    C’est pour quoi nous ne devons pas accepter que soit dépecée notre Mère-Patrie.

  2. Il ne faut pas se tromper d’objectif :
    Pour les États-nations de l’UE, la priorité, c’est de devenir à nouveau souverain ou indépendant, comme on voudra.
    Par exemple, le problème n’est pas pour la Bretagne ou les Flandres de devenir un État souverain qu’il ne serait pas de toute façon s’il reste dans l’UE mais pour la France de s’affranchir de de son suzerain, les États-Unis et de son Maître qu‘est l’UE (du moins dans sa forme actuelle).
    L’Ecosse, si le oui l’emporte et qu’elle rejoint l’UE sera plus contrainte que si elle reste au sein du Royaume-Uni qui ne prend dans l’UE que ce qui l’intéresse.
    Ce référendum continue ce qui se fait depuis 1945, à savoir, le morcellement de l’Europe (la vraie, pas l’UE) suivant le plan des États-Unis concocté à cette époque de façon à pouvoir rester maître du monde. Il faut un être conscient.
    Question subsidiaire : À quand le retour de bâton ? L’Indépendance d’un État des USA ? Cela est-il au moins possible selon leur constitution ?

  3. Je ne suis pas sûre que la comparaison puisse s’étendre à toutes ces régions.
    L’Ecosse et l’Angleterre n’ont pas été fondées ni habitées par les mêmes peuples. Elles ont longtemps été ennemies et n’ont même plus la même religion depuis le XVIème siècle. Si je ne me trompe, l’Angleterre a conquis l’Ecosse comme elle a conquis l’Irlande. Leur union sous une même couronne fut assez tardive et n’a pas signifié, je crois, une fusion des peuples des deux pays.
    En France, la Bretagne et la Corse, qui sont devenues françaises tardivement et se sont peu mélangées aux autres régions, pourraient chercher à imiter l’Ecosse… mais elles n’ont pas de pétrole, contrairement à l’Ecosse.
    N’est-ce pas surprenant de voir comme les régions qui ont toujours trouvé bon de bénéficier des avantages d’un pouvoir central ressentent soudain le besoin de s’en séparer dès que leur vient une richesse inattendue, et qu’elles n’ont pas très envie de partager ? (cf. Italie du Nord, Flandre, etc.)

  4. Les Ecossais , comme d’autres peuples européesn, n’ont pas vocation à être tenus en laisse par leur voisin, sous prétexte qu’ils ont été vaincus militairement par celui-ci au 18ème siècle.
    S’agissant de la Bretagne, je rappelle que le traité d’Union de 1532 a été violé à plusieurs reprises par les rois de France (louis XIV en particulier) , puis par la révolution française : il s’agissait d’un traité d’union et non pas d’un traité d’annexion : à méditer…

  5. Mais c’est le but de l’UE ! Détruire les Etats-Nations et donc pour cela inciter les régions à demander leur indépendance ! Cette politique a déjà été mis en oeuvre par les Etats-Unis, aidés en cela par les pays occidentaux, en Afghanistan, en Irak, en Libye, au Mali, etc. Ils tentent de le faire en Syrie, en Ukraine, etc …
    Ne soyons pas dupes !

  6. C’est retour aux féodalités. De la construction historique des nations à leur destruction…

  7. L’UE veut devenir le seul et unique état de l’Europe. Pour y arriver il est donc obligatoire de renverser tous les états souverains qui la composent. L’idée de les faire éclater en petits états indépendants de leur nation est très malin. Exit l’identité nationale au profit d’une identité plus centrée sur soi dans de petites communautés qui n’auront plus qu’à gérer les querelles de clochers et n’auront plus aucun pouvoir pour s’opposer à la volonté de l’UE sur les enjeux de l’ordre économique, social et sociétal. Diviser pour mieux régner.

  8. Dans mon premier commentaire j’ai oublié de dire que le communautarisme flattait notre ego et qu’il était très difficile aux nations de s’y opposer.

  9. L’Angleterre a déjà perdu l’Irlande en 1916, il n’y a pas eu d’effet domino. Pas plus que la dislocation de l’Autriche-Hongrie ou la fuin du 2è Reich qui aurait pu voir la Bavière ou la Saxe reprendre leur indépendance.
    La différence est qu’un Ecossais ou un Irlandais ne sont pas anglais alors qu’un Breton ou un Occitan sont français.

  10. Je suis d’accord avec Laureline.
    Certaines imitations n’ont pas de sens, ni économiques ni géographiques.
    Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. L’indépendance de l’Écosse est une bonne chose car pour la France, ce qui affaiblit la perfide Albion est toujours une bonne chose.
    De même que la scission de l’Allemagne serait une bonne nouvelle (ce à quoi ont toujours travaillé les rois français… et ce qu’a laissé tomber les révolutionnaires… avec le succès que l’on connaît).
    De plus, pendant la monarchie, les régions françaises avaient une grande indépendance : cela n’empêchait pas la France d’être une nation, et souvent une nation bien plus forte d’un point de vue identitaire que la France actuelle… Quel breton s’identifie aujourd’hui à l’Élysée ou bien à une banlieue parisienne ?
    Bref, la culture régionaliste est en soi une bonne chose, une chose qu’a détruit avec méthode la Révolution et qu’il est donc bon de retrouver.
    L’Europe joue avec le feu (comme d’habitude) et nous offre aujourd’hui une vraie chance de retrouver ce que la Révolution a détruit : un royaume avec un souverain qui dirige « ses » peuples…
    Pour une fois, ne soyons pas mécontents !

  11. Les consequences de cet évènement sont largement imprevisibles et peuvent bouleverser l’equilibre du monde.
    L”empire sur lequel le soleil ne se couche jamais” va connaître une fin qui ne sera le resultat d’aucune guerre; ce que l’Invincible Armada, Napoleon, Hitler n’ont pas reussi va survenir d’une façon inattendue et mettre fin à la tyrannie qu’Albion a exercé sur la planète depuis deux siécles, toutes les guerres menées depuis la revolution française n’avaient d’autre but que de permettre la conservation et l’expansion de l’empire.
    La liste des exactions et des massacres perpétrés au benefice de sa “gracieuse majesté” est trop longue pour figurer ici; rappellons simplement que la GB a inventé les camps de concentration dont A.Hitler s’est inspiré par la suite et qu’elle a été la première nation à utiliser les gaz contre une population civile en Irak.
    Sa monstrueuse descendance US a perfectionné ses methodes aujourd’hui en reprenant la formule de l’amiral McKinder perfectionnée par Z.Breszinsky.
    Peut-être le monde retrouvera-t-il enfin la paix.

  12. Bravo Papon pour ce morceau de bravoure anglophobe!…
    Mais la question n’est pas là du tout!
    La vraie question est de savoir si l’Ecosse par son indépendance va:
    – rejoindre ou non le marais européiste et la zone euro (mais rien n’est moins sur)
    – continuer à s’inféoder à l’atlanto-sionisme d’un Cameron ou retrouver un minimum de dignité et d’indépendance nationale, choses aujourd’hui totalement disparues en Grande Bretagne devenue une
    simple colonie étatsunienne économiquement comme socialement.
    Si l’Ecosse assume son indépendance, sort de l’atlanto-sionisme comme du carcan européiste pour devenir un état effectivement souverain, tous les espoirs
    seraient permis…
    Y compris une perspective par effet “tache d’huile” de retour des souverainetés nationales face à une Europe enfin
    débruxellisée”!
    Mais ne rêvons pas!
    Le FMI et la BCE veillent!
    Nos politicards européistes aussi!
    Ce qui est sans doute le pire!
    Et puis malgré les rumeurs médiatiques
    dites “persistantes” le vote indépendantiste est loin d’être acquis!

  13. La France a inventé l’Etat-nation, reprise de l’idée de l’état romain. Les rois ont accodré des libertés, privilèges et franchises pour affaiblir les féodalités, et renforcer la centralité monarchique.
    Le jacobinisme, Napoléon et la technocratie socialisante ont caricaturé ce centralisme devenur étatisme totalitaire.
    De nombreux peuples, y compris en France n’en peuvent plus de cette oppression.
    Internet rend possible l’indépendance des peuples dans l’interdépendance nationale. Pour les patriotes français, souvent très nationalistes, il est plus intelligent ce mouvement des peuples dans le cadre de la nation que de le voir être imposé aux nations par un pouvoir impérial eurofédéraliste qui souhaite la fin des nations.
    Le couplet anti américain systématique de certains, récurrent désormais dans la droite nationale catholique (qui par ailleurs adule POUTINE héritier de l’hyper jacobinisme et étatisme bolchevique) est une preuve d’ignorance : il n’y a pas de système plus décentralisé que le système américain qui a autant de parlements, de gouvernements, de législations et d’administrations délocalisées qu’il y a d’états américains.

  14. @ RL : “La différence est qu’un Ecossais ou un Irlandais ne sont pas anglais alors qu’un Breton ou un Occitan sont français.”
    Le problème se pose autrement, puisque la question est non pas le caractère anglais ou pas de l’Ecosse, mais le caractère britannique…

  15. Et l’est de l’Ukraine ?
    @ Karv | 15 sep 2014 08:29:54 : le roi de France était depuis très longtemps le suzerain du duc de Bretagne.
    Sans l’Otan et les USA, la France n’est plus protégée militairement : le “social”, cela coûte très cher.

  16. Si on parle de l’est de l’Ukraine, pourquoi ne dit-on pas des Alsaciens qu’ils sont Allemands de naissance ou de souche ? Idem pour les gens du Nord, les Chtis chers à Dany Boone et à Kad Mérad qui eux seraient des sujets belges ? Pareille pour ceux du sud-ouest (Pyrénées-Atlantique, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Occidentales et Ariège) qui pourraient se revendiquer issu de la nation basque, de la nation occitane ou de la nation espagnole ? Que dirait-on des habitants proches de l’Italie qu’ils sont Italiens ou de la Suisse, Suisses ?
    Je suis Normande de naissance (pas de souche) et je ne revendique pas une quelconque indépendance (sauf pour la province dont je suis originaire et que le drapeau est noir et blanc parsemé d’hermines)… Jusqu’en 1532, nous étions une nation indépendante et après les prises de Fougères et de Rennes par la France, nous sommes devenus Français.

  17. La dictature de l”UE voulait démanteler les nations en sabotant les droits et libertés des peuples de décider de leur destin .
    Dépecer la Yougoslavie était normal pour l’UE ,mais bombarder l’Ukraine russophone suite à un référendum pour se séparer de la junte judeo-ricaine qui s’est emparé de kiev ,est normal aussi ,parait-il !
    L’Ecosse veut maintenant se scinder de leur oppresseur anglais ,les catalans espagnols veulent se séparer de Madrid collecteur d’impots qui brade l’espagne à n’importe qui .
    L’UE devrait etre ravie de ses magouilles contre les nations mais découvrent que les peuples valident leurs propres référendums sans tenir compte de l’ogre europeiste qui veut les asservir à perpette au lieu de choisir leur propre destin .
    L’ue constate qu’une poignée de pourris sont plus faciles à exploiter qu’une multitude de clans pas forcément motivés par le seul pognon et les lubies ricaines …..
    On le bien bien maintenant l’UE n’est qu’un prétexte pour une dictature sans frontières dans le conformisme otanesque et la grotesque propagande pro-judéo-ricaine .
    Jusqu’à quand allons-nous tolerer cette dictature mondialiste qui brade l’Europe à l’invasion migratoire pour ruiner nos acquis sociaux ? voilà la question …..!

  18. À partir du moment oú on a accepté l’indépendance du KOSOVO, il ne faut plus s’étonner de rien.
    Vive la liberté. Halte à l’oppression d’une Europe qui n’a rien compris.

  19. Le choix est faussé. Les états-nation y perdent en puissance. Les morceaux ne gagneront rien. Comment croire à une indépendance véritable. je crains que la décision de l’Ecosse ne soit qu’un choix entre la tutelle britannique et la tutelle autrement contraignante de Bruxelles.
    Il n’y a pas en vue la moindre possibilité d’indépendance; l’économie faite par les mondialistes n’en laisse pas l’hypothèse.

  20. Certains semblent bien naïfs sur les “indépendantistes” Ecossais.
    La réalité, c’est que le Yes Scotland d’Alex Salmond est pour l’euro. Il le cache, parce que ce n’est pas “vendeur” électoralement : http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/scotland/4143731/Alex-Salmond-Euro-membership-is-a-strong-argument-for-independence.html
    La réalité, c’est que l’UE n’acceptera jamais un nouvel état membre qui refuse d’adhérer à terme à ce pilier de l’UE qu’est l’euro.
    La réalité, c’est qu’on ne peut négocier de dérogation qu’avant la signature d’un traité. C’est ce qu’ont fait le Royaume-Uni et le Danemark (Maastricht). Tous les autres pays de l’UE se sont engagés à utiliser à terme l’euro.
    La réalité, c’est donc que le Y€s Scotland est un Y€s à l’entrée de l’Ecosse dans la zone euro, dans l’espace Schengen et à faire sauter toutes les autres dérogations qu’avait obtenu le Royaume-Uni.
    Quelle belle indépendance, n’est-ce pas ?

  21. L’Ecosse indépendante ne fait plus partie du Royaume-Uni. C’est juridiquement indéniable. Elle ne fait donc plus partie des 28 états membres. Or, tout nouvel état membre doit passer par un processus d’adhésion à l’UE : http://europa.eu/legislation_summaries/enlargement/ongoing_enlargement/l14536_fr.htm
    Cela veut dire qu’elle repart à zéro, sans aucune dérogation.
    Le fameux Yes Scotland est en fait un Y€s Scotland.

  22. Si l’Écosse devient libre, qu’en sera t-il du drapeau de la Grande Bretagne puisque la croix blanche de l’Écosse devrait disparaître ?
    Cela risque de faire du bruit !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services