Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Les chiffres mensongers de l' »homophobie »

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), qui vient de publier son rapport annuel, ne note aucune augmentation des insultes "homophobes" en 2012 par rapport aux années précédentes : elles auraient touché 0,3% des quelques 14 600 personnes interrogées dans le cadre de l'étude.

Voilà qui contredit sérieusement les chiffres publiés en mai par SOS Homophobie, en pleine contestation de la loi Taubira : + 27% d'actes homophobes et plus précisément, + 15% d'insultes en 2012. Ce qui avait permis l'association homosexualiste de montrer du doigt La Manif pour tous :

"Peut-on être opposé-e au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe et ne pas être homophobe ? SOS homophobie aurait tellement voulu le croire et pouvoir en attester ! Force est de constater que la réponse doit être négative. Car voilà, il est un principe avec lequel on ne transige pas : celui de l’égalité."

On peut dores et déjà prédire une explosion des chiffres de 2013, puisque SOS Homophobie comptabilisera comme victime n'importe quel homosexuel s'étant senti blessé par la tenue des manifestations et ayant appelé à ce sujet l'association.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Ne pas confondre « égalité » et égalitarisme est probablement « homophobe ». Je suis donc « homophobe ».

  2. Ils devraient s’intéresser aux insultes christianophobes ! Là, l’augmentation est significative.

  3. Il faut donc créer (si ça n’existe pas encore) SOS Famillophobie ou SOS Hétérophobie pour porter plainte à chaque manifestation anti-famille et/ou grossièrement provocatrice (Gaypride, Femmen, etc.).
    S’ils veulent une guerre des chiffres, on peut la leur donner !

  4. En fait, c’est contre tous ces mensonges, cette société du mensonge, toute cette intox qui reste impunie que l’on défilera, et plus si affinité, en 2014, non ?

  5. De toute façon nous sommes tous homophobes même Philippe ARIÑO et il n’y a qu’eux qui sont bien.
    Sauf que si vous allez vous balader dans ce milieu, derrière le vernis de façade de rigolos ou de fêtards, vous constaterez rapidement qu’ils sont agressifs, malfaisants, mal dans leur peau, nombrilistes, égocentriques, orgueilleux, narcissiques, superficiels et j’en passe…
    Et Philippe ARIÑO affirme aussi qu’ils sont homophobes !!!

  6. cher Duport, je suis bien d’accord avec vous – je n’irai cependant pas jusqu’à dire « malfaisants » mais pour ce qui est du narcissisme et de l’égoïsme c’est un fait. Cependant, si je peux me permettre
    – nous devons aimer les personnes, car ce sont souvent des personnes en souffrance(difficulté dans les relations au père, dans le rapport au corps, dans les relations aux autres) et car ce sont aussi nos frères
    – dans beaucoup de milieux catholiques français, on rencontre également du narcissisme, de l’égoïsme voire de la méchanceté pure et simple. Ce sont aussi souvent des milieux très fermés, où les familles bcbg restent entre elles. On n’y peut pas grand chose mais c’est un fait néanmoins.

  7. Si les journalistes avaient fait leur travail…

  8. HOMOPHOBE ET BON CITOYEN
    Hétérosexuel, mes valeurs sont le respect, la vertu, l’obéissance aux ordres de ma conscience.
    Sensé, sain d’esprit, responsable, j’estime être en droit et devoir de dénoncer les nuisances des lobbys homosexuels qui prônent l’homosexualité comme valeur essentielle (voire même prédominante) chez l’humain dans son rapport naturel au couple, au même titre que l’hétérosexualité.
    Affirmer qu’éprouver de l’attirance pour les personnes de même sexe est une chose normale est un mensonge social. Toutes les lois de la biologie -pour ne pas dire de la Création- nient cette prétendue norme, seules les lois humaines l’ont érigée en vérité. Sur des bases aussi arbitraires que fausses, les lobbys homosexuels ont contribué à faire de cette aberration comportementale un dogme étatique .
    Il s’agit ici non pas de combattre les homosexuels mais de les protéger contre eux-mêmes car eux aussi sont victimes de manipulations de la part de leurs propres lobbys.
    La place de la communauté homosexuelle doit demeurer celle, traditionnelle, de l’ombre et non de la lumière.
    La réserve, la décence, la pudeur siéent à cette maladie de l’âme que constitue l’homosexualité, et non le fracas médiatique, la récupération idéologique et le scandale, sources de troubles publics et de désordres moraux. L’homosexualité devrait rester une affaire intime et non publique.
    Je dénonce l’outrageante inversion des valeurs imposée à la société par les lobbys homosexuels. Les premières victimes de cette abomination sont les homosexuels eux-mêmes, instrumentalisés par un système qui flatte et sanctifie leurs instincts déviants, au lieu d’adopter les saines références de l’hétérosexualité.
    Le terme « homophobe », mot magique et tout puissant dans la bouche de ces marionnettistes cherchant à glorifier l’homosexualité, sert à ostraciser sans nuance, de façon efficace et commode, tous ceux que cette révolution perverse choque, c’est à dire les personnes intègres, pieuses, bienséantes, soucieuses de dignité.
    Dans ce climat sensible il est devenu mal vu de parler de vertu et respectable de valoriser l’homosexualité et ses diverses formes d’expression, des plus banales aux plus outrancières…
    A la modestie des hétérosexuels est associée l’intolérance, l’étroitesse de vue, et aux dérèglements de ces derniers est accordée la plus totale légitimité.
    Mon homophobie est le résultat de la complaisance (et même de la préférence) quasi officielle pour cette anormalité que représente l’homosexualité, du dénigrement de l’hétérosexualité en tant que modèle traditionnel du couple et des persécutions morales exercées contre ceux qui défendent ce modèle.
    Le combat des lobbys homosexuels défendant des tendances contre nature est foncièrement inique mais peu de gens osent émettre cette évidence qui ne devrait même pas se discuter, de crainte de passer pour des « arriérés » et des « fachos ». Le règne du « politiquement correct », c’est à dire du mensonge, est total.
    Procéduriers, agressifs, protégés par un gouvernement corrompu à leur cause, ces lobbys homosexuels peuvent ainsi répandre leur hérésie en toute impunité.
    La promotion de l’homosexualité est purement politique, idéologique, voire bassement mercantile. Les intérêts que défendent ces lobbys ne sont pas la vérité et l’ordre social mais le vice, l’immoralité, l’ivresse de faire le mal. Et tout cela sous le masque du progrès, de l’égalité, de la laïcité, de l’humanisme. En réalité c’est par haine de la morale chrétienne qu’est née cette mascarade homosexuelle.
    Les lobbys homosexuels font croire que les homosexuels sont les boucs-émissaires des chrétiens, ce qui est faux. Dire que la promotion de l’homosexualité est un péché ce n’est pas opprimer les homosexuels, c’est seulement être en accord avec la vérité. Les chrétiens acceptent les homosexuels, ce qu’ils n’acceptent pas c’est de faire de leur homosexualité une conformité.
    En revanche ce qui est vrai, c’est que les chrétiens sont devenus les martyrs de ces lobbys pleins de malveillance à leur égard.
    Et en réalité et contrairement à ce qu’ils prétendent, la liberté des homosexuels est non seulement immense mais dépasse largement les limites de la congruité.
    Si bien que le « mariage pour tous » est pour eux un acquis dérisoire dans les faits mais essentiel quant au symbole : l’ultime sanctuaire hétérosexuel à conquérir et corrompre.
    Tourner en dérision l’institution du mariage, en faire un cirque solennel pour unir dans les liens du sacrilège des gens sexuellement dénaturés, telle est la dernière ignominie des lobbys homosexuels.
    Armand LETAYE

Publier une réponse